On a appris ce matin par sa famille le décès de Pierre Guénin, à l’âge de 90 ans. Né en 1927, il commence dès l’âge de 12 à créer ses premiers magazines. D’abord journaliste, notamment pour la revue Cinémonde, il créé en 1967 les éditions S.A.N. et lance des magazines célébrant l’érotisme masculin, préfigurant ainsi la presse gay moderne. Parmi ces titres: Eden, Olympe, et surtout In (qui deviendra Off, plus tard) ou Jean-Paul. Il a également publié plusieurs livres (Source pierre-guenin.com).

On lui doit deux prix. Le premier prix récompensant des films gay, en 1978, le Prix Off. Et en 2009, le Prix Pierre Guénin contre l’homophobie, en partenariat avec SOS homophobie, qui récompensait des initiatives contre les LGBT-Phobies. Hélène Mandroux, Paris Foot Gay, Les Dégommeuses, Edouard Louis ou Jean-Paul Cluzel ont été distingués. Le prix avait été entaché en 2015 par des propos racistes de son créateur, que ce dernier avait regrettés ensuite.

Le journaliste Didier Roth-Bettoni, fait part sur Facebook de sa « tristesse ».  Pour Yagg, l’auteur de L’homosexualité au cinéma nous brosse le portrait de cet homme singulier: «Ce n’était pas vraiment un militant dans le sens politique du terme, plutôt, comme le dit très justement Hélène Hazera, un pionnier du business gay à travers les journaux qu’il a créés, les initiatives qu’il a prises. c’était une midinette aussi, amoureux des stars, du glamour (sa période Cinémonde) et des jolis garçons (il suffit de feuilleter ses journaux pour le voir), et puis quelqu’un de généreux (son prix), jusqu’à la naïveté.» «Une page de notre histoire qu’il a contribuée à écrire, discrètement mais avec persévérance, se tourne.», conclue-t-il.