[Mise à jour, 10h43] La société des rédacteurs d’Europe 1 a réagi.

[Mise à jour: 11h22] Les excuses du manager de Nicolas Canteloup

Le 2 février à Aulnay-sous-Bois en région parisienne, Théo a été brutalisé et violé lors d’une arrestation par quatre policiers. L’un des policiers lui a introduit une matraque dans les fesses, laissant une blessure de 10 centimètres dans la région anale (voir le témoignage insoutenable du jeune homme sur BFMTV). Théo est actuellement hospitalisé et gardera peut-être de lourdes séquelles physiques. Il a reçu hier la visite de François Hollande. C’est cette visite que l’humoriste Nicolas Canteloup a choisi de tourner en dérision ce matin sur Europe 1, avec les termes suivants (il prend alors la voix du Président de la République):

« Le rôle de la police ce n’est pas de mettre des matraques dans les fesses. Je tiens à m’adresser à la population gay de ce pays, une population qui me tient particulièrement à coeur, car c’est moi qui ai fait le mariage gay. «Amis gays, pas la peine de chercher un 2 pièces sur Aulnay centre, la police ne recommencera plus. Ce n’est pas une pratique courante, c’était un accident. (…) J’ai rendu possible le mariage gay. Si après réflexion, Théo se découvre des sentiments pour le policier»…

L’animatrice proteste mollement, mais elle semble lire un texte… ( à partir de 4’50)

On vous laisse juger du goût et de la décence de ces remarques.

Dans un tweet, la société des rédacteurs d’Europe 1 a tenu à faire part de son indignation et de son malaise:

Un peu plus tard dans la matinée, le « manager de Nicolas Canteloup » a présenté des excuses: « C’était un très gros dérapage ce matin, évidemment involontaire. Très mauvaise inspiration qui ne nous ressemble pas. On pensait que c’était trash, c’était juste pas drôle et vulgaire. Très sincèrement désolé. »