Pour le CSA, c’était de l’humour.

Le 5 septembre dernier, la journaliste trans Brigitte Boréale, toute nouvelle chroniqueuse au Grand Journal de Canal +, avait été accueillie avec des remarques pour le moins désobligeantes de ses collègues (Lire «Le Grand Journal»: Brigitte Boréale accueillie par des remarques transphobes).

L’humoriste Lamine Lezgad lui avait ainsi lancé: « Nous, les mecs, quand on est stressés, une petite [masturbation], ça détend. Hein, Brigitte?».  Ornella Fleury, la nouvelle « Miss Météo » de l’émission, avait ensuite enchaîné avec l’expression suivante: « Bonsoir monsieur-dame, enfin Brigitte » et avait ajouté: « Brigitte, on ne te connaît très peu, et du coup je trouve ça un peu excitant, ça me donne envie de faire un plan à trois. »

L’Association des journalistes LGBT [qui compte l’auteur de ces lignes parmi ses membres, ndlr] avait alors vivement réagi par voie de communiqué: «Ces remarques ne sont pas drôles, elles sont injurieuses,bavait considéré l’AJL. Elles nient le fait que Brigitte Boréale est une femme — sous-entendant qu’elle serait aussi, simultanément, un « monsieur ». Elles la cantonnent à des questions d’ordre sexuel et génital.» Déplorant le manque de réaction en plateau, l’association avait saisi le CSA.

« HUMOUR GARANTI PAR LA LIBERTE D’EXPRESSION »
Ce dernier a fait part de sa réponse vendredi dernier: « Après examen des séquences litigieuses, le Conseil a estimé que les propos tenus, s’ils pouvaient légitimement choquer, s’inscrivaient dans le registre de l’humour garanti par la liberté d’expression. »

Le CSA n’y voit donc aucun « manquement de la chaîne à ses obligations », et affirme avoir « assuré les plaignants de sa préoccupation constante de la lutte contre les discriminations dans les programmes télévisés ».

Le lendemain de l’émission, Brigitte Boréale avait volé au secours de ses collègues, assurant qu’il s’agissait « de la bonne vanne entre amis » (Lire Brigitte Boréale: «La transphobie, c’est quand on crache sur mon passage dans la rue, ce n’est pas une vanne entre amis»).