Opinions & Débats | 10.10.2016 - 17 h 55 | 15 COMMENTAIRES
  • AJL
  • Brigitte Boréale
  • canal+
  • Lamine Lezghad
  • le grand journal
  • ornella fleury
  • victor robert

Sexisme et homophobie au «Grand Journal»: Circulez, il n’y a rien à voir

Publié par
Après les propos de Lamine Lezghad, on était en droit d'attendre une réaction du présentateur du «Grand Journal». Comme elle n'est jamais venue, Maëlle Le Corre a contacté le service presse de Canal+ pour demander une interview. Voici ce qu'on lui a répondu.
Lamine Lezghad Grand Journal

Nouvelles «blagues» sexistes, homophobes et transphobes sur le plateau du Grand Journal. La semaine dernière, c’est par un «Non, mais ça va les pédés, oh, on peut se faire plaisir nous?» que l’humoriste Lamine Lezghad s’est adressé à Brigitte Boréale, après avoir lancé à une invitée que «tout le monde souhaite la baiser».

Mercredi soir, je regarde avec attention Le Grand Journal, pensant que Victor Robert va réagir, comme il avait réagi suite aux blagues transphobes contre Brigitte Boréale à la rentrée. Il pourrait présenter des excuses, laisser à l’humoriste le soin de le faire, ou même annoncer que c’était la blague de trop de Lamine Lezghad. Le comédien est là, l’émission commence… et rien.

Jeudi, je décide de contacter le service presse de Canal+ dans l’idée de pouvoir enfin poser quelques questions à Victor Robert: pourquoi ne pas avoir réagi? Comprend-il que par son silence, il légitime les insultes homophobes et transphobes, mais aussi le harcèlement sexiste? Une attachée de presse chargée des émissions de divertissements m’écoute et ne masque pas son manque d’intérêt pour ce que je lui demande: «Si Victor Robert devait répondre à chaque fois qu’il se passe quelque chose sur un plateau…». Visiblement, les propos de Lamine Lezghad ne sont donc même pas un incident, mais «quelque chose», un sketch comme un autre, à peine un accroc dans la machine bien huilée de l’émission. Je lui explique patiemment: «Oui, mais là, c’est quand même assez exceptionnel, on a quelqu’un sur le plateau qui traite de pédés d’autres chroniqueurs, et qui dit à une invitée qu’il veut la baiser. On serait en droit d’attendre un recadrage, sur le moment, ou même dans l’émission du lendemain.» L’attachée de presse s’agace. Elle me répond que c’est de l’humour, que ce ne sont que des mots.

DIALOGUE DE SOURDES
S’ensuit un dialogue de sourdes:
Moi: Oui, enfin «pédé», c’est une insulte homophobe.
Elle: Mais il s’agit d’un sketch!
Moi: Ok, mais même dans un sketch, «pédé», ça reste une insulte homophobe.
Elle: Mais c’est de l’humour!
Moi: Dire que «pédé» c’est une insulte homophobe, ce n’est pas une opinion personnelle, c’est un fait.

Je sens que mes questions l’embêtent.

Quand je lui laisse entendre que la perspective d’une nouvelle saisine du CSA, par exemple par l’Association des journaliste LGBT (AJL), pourrait être une occasion pour Victor Robert de réagir, l’attachée de presse fait automatiquement le lien avec Brigitte Boréale et les propos transphobes de Lamine Lezghad et Ornella Fleury. «La polémique est passée, et Brigitte Boréale a dit elle-même qu’il n’y avait pas de problème, rétorque-t-elle. De toute façon, le CSA n’est pas intervenu.» Effectivement, mais seulement parce qu’il n’a pas encore examiné les saisines en assemblée plénière.

Je répète à nouveau que l’on est en droit de demander pourquoi Victor Robert n’est pas revenu sur la polémique au lendemain des propos du chroniqueur, elle me coupe: «Mais Lamine Lezghad, ce n’est pas un chroniqueur, il ne dit pas ce qu’il pense!» Le prétexte est tellement inattendu que je peine à argumenter: sous prétexte qu’il a l’étiquette d’humoriste, Lamine Lezghad jouit d’une impunité totale. Il peut dire ce qu’il veut, il n’est même pas responsable de ses propos. Et l’attachée de presse ne comprend toujours pas pourquoi il faudrait que je parle à Victor Robert: «Il y a eu pas mal de reprises médias, mais maintenant c’est fini.» Une façon de me dire que le dossier est clos. Il ne s’agit finalement selon le service presse de la chaîne que d’une toute petite polémique déjà oubliée, un mini bad buzz de 24 heures à peine, pas de quoi fouetter un chat, ou présenter des excuses. Pour preuve, plus personne n’en parle, et je suis la seule à demander des comptes.

«RIRE DE TOUT»
L’attachée de presse me répète pour la dixième fois qu’il faut «rire de tout». Elle laisse entendre qu’elle fera remonter ma demande au présentateur du Grand Journal. On est maintenant lundi, et je doute franchement d’avoir de ses nouvelles.

J’ai revu la fameuse séquence du Grand Journal. Il ne dure que quelques secondes, mais il y a clairement un malaise sur le plateau. On voit Brigitte Boréale prendre (mollement) son verre, on sent une envie de le balancer à ce comique qui trouve très amusant de s’adresser à une femme de façon aussi graveleuse. On se demande ce qui a retenu son bras. Y a-t-il une consigne, même tacite, sur le plateau du Grand Journal, celle de ne pas faire de vagues, de ne pas faire d’esclandres, de ne pas s’opposer à la bonne humeur en disant «je ne suis pas d’accord avec ce qui vient d’être dit», ou «je trouve ça insultant et pas drôle»? On voit Alice Darfeuille s’écrier «carton rouge!» et rire. Hormis le «s’il ne revient pas, il n’est pas payé», Victor Robert, laisse faire. Et l’émission est repartie comme sur des rails, l’«incident» oublié comme s’il n’avait jamais eu lieu. On peut dire «Monsieur-Madame» à une femme trans, traiter ces collègues de pédés, dire à une femme que tout le monde veut la baiser, tout ça à l’antenne, sans que personne n’y trouve rien à redire. Et ça se passe sur Canal+ en 2016.

Print This Post
Photo du profil de Maëlle Le Corre
Publié par
Journaliste de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (15)
  • Par yaki 10 Oct 2016 - 18 H 29
    Photo du profil de yaki

    Apprécieraient-ils/elles tous et toutes, un : «Non, mais ça va les bougnouls, oh, on peut se faire plaisir nous, avec une bonne tranche de jambon ?»

    Signaler ce commentaire

     
    • Par un chemin 11 Oct 2016 - 18 H 53
      Photo du profil de un chemin

      « bougnouls » est effectivement, il me semble, l’équivalent, pour les arabes, de « pd » pour les gays. C’est ce mot-là qui, à lui seul, semblait justifier qu’on tabasse les arabes, il n’y a pas si longtemps.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par runrun 10 Oct 2016 - 18 H 55
    Photo du profil de runrun

    J’ai été un des premier en novembre 1984 à m’abonner à C+, en 2000, j’ai pris la décision de me désabonner car l’image de C+ ne correspondait plus à ce que je recherchais. Conclusion, j’ai eu raison de laisser tomber.
    Que tous les LGBT se désabonnent, il faut les boycotter et ne plus regarder C+ même en clair.

    Signaler ce commentaire

     
    • Par herveba 11 Oct 2016 - 10 H 43
      Photo du profil de herveba

      j’ai renoncé à m’abonner en partie à cause de cette histoire de blague de C+. j’éprouve cette émotion de ne pas faire partie de la société en voyant cela, ni d’y être égaux. ça fait de la peine. c’est désolant en 2016.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par helene 10 Oct 2016 - 21 H 40
    Photo du profil de helene

    Antoine de Caune a fait pareil mais c’était branché

    Signaler ce commentaire

     
    • Par luc 12 Oct 2016 - 7 H 13
      Photo du profil de luc

      je n’aimais d’ailleurs pas trop les travestissements de de De Caune même s’il n’y a pas méchanceté derrière

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Ziel 11 Oct 2016 - 0 H 02
    Photo du profil de Ziel

    Mais bon sang, quand arrêterons-nous de faire toute une polémique autour de la moindre petite phrase un peu graveleuse, certes, qui joue sur les clichés, évidemment, mais qui est juste destinée à faussement choquer l’auditoire pour juste faire un petit effet ? (après, on a le droit de ne pas rire)

    S’il avait fait la même blague en disant « homo » au lieu de « pédé », ça n’aurait pas fait une ligne. Il y a quand même une différence entre « sale pédé » dit pour insulter ou blesser quelqu’un, et ce qu’il a dit, qui n’a rien de méchant. Et là, non, bien sûr que non, replacé dans son contexte, « pédé » n’a rien d’une insulte homophobe. « on veut tous la b… » c’est du même ordre, c’est grossier, oui, bien sûr, mais on ne dit pas autre chose quand on dit d’une jolie fille qu’elle est « sexy » (dans sexy, il y a bien sexe, non ? le sens est exactement le même, c’est juste la façon de le dire qui change) et jusque là personne n’est encore allé saisir le CSA pour se plaindre d’avoir été traité de « sexy ». (Au rythme où vont les choses, ça ne devrait pas tarder, cela dit).

    Luttons contre l’homophobie et le sexisme, dénonçons-les quand ça vaut la peine, mais là, franchement, qui peut se sentir insulté, meurtri, ostracisé ? Moi si j’avais été sur le plateau, tout « pédé » que je suis, je crois que ça m’aurait fait rire, j’aurais peut-être surenchéri, mais en aucun cas je ne me serais senti insulté.

    Il y a sur Yagg en ce moment un article sur Tony Anatrella. J’ai lu un de ses bouquins, et je peux vous dire que lui, pour le coup, a déversé de l’homophobie à la pelle sans jamais dire une grossièreté. Ca c’était vraiment homophobe et ça oui, ça vaut la peine d’être dénoncé.

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Indoril Nerevar 11 Oct 2016 - 0 H 52
      Photo du profil de

      Nous n’avons aucun ordre à recevoir, de rien.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Damia 11 Oct 2016 - 12 H 23
      Photo du profil de Damia

      Remarque hein, c’est pas comme si des homos se faisaient tabasser dans la rue juste après qu’on leur ai envoyé dans la gueule «Hé regarde, des pédé là-bas !».
      C’est pas comme si tu sors dans la rue pour aller faire tes courses et que des mecs que tu croise te sortent dans ton dos «Oh un pédé !» (chose qui m’est déjà arrivée)
      Voire même : «Sale pédé !» tout en crachant dans ma direction (c’était quelques années avant ma transition).
      Et puis bon, je ne ferai pas l’offense de parler tout simplement du harcèlement scolaire que subissent les jeunes gays, qui doivent gérer avec du « pédé », « pédale », « tarlouze », « tantouse », et tout ce charmant vocabulaire « pas-du-tout-homophobe ».

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Jaay 11 Oct 2016 - 20 H 30
      Photo du profil de Jaay

      @Ziel
      « Qui peut se sentir insulté? » Mais c’est pas parce que toi tu te sens pas insulté qu’il faut croire que tout le monde ressent la même chose…
      Oui, moi je me sens insulté quand je vois cette vidéo. Il y en a assez d’entendre de tels propos sur des plateaux télés, dans des médias de masse à des heures de grande écoute. Alors peut être que oui ce chroniqueur n’avait aucune intention homophobe, et que comme l’a dit Brigitte Boréale à propos du premier dérapage de la saison « ce n’est qu’une blague entre potes »… mais dans ce cas ok, c’est votre problème si vous voulez faire ce genre de blagues entre vous. Mais certainement pas en public.
      Et je trouve cette « blague » d’autant plus insultante du fait que Brigitte Boréale soit une femme trans… et non un « pédé ».

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Ziel 11 Oct 2016 - 21 H 17
      Photo du profil de Ziel

      Allez, un dernier mot pour vous répondre par ce que je vois bien que je ne me fais pas bien comprendre (mais c’est sans doute que je m’exprime mal). Evidemment, les mêmes mots prononcés par un homme politique dans un discours qui se voudrait « sérieux », par exemple, m’auraient énormément choqué. Et pour répondre à Damia, je suis même un jour allé jusqu’à porter plainte pour avoir été chahuté (pas frappé mais c’était limite) menacé et agressé verbalement avec des propos homophobes (et j’ai gagné mon procès, au passage, je le dis pour ceux qui pensent que ça ne sert à rien : il faut être patient et ne pas lâcher l’affaire, mais on finit par obtenir des condamnations et des dommages et intérêts significatifs).

      Je ne cautionne pas du tout l’expression de l’homophobie, je n’ai aucune envie de me faire insulter ou de me faire agresser, ou de tolérer que d’autres subissent les agissements que tu décris et que nous sommes très nombreux à avoir subi un jour ou l’autre, et certains beaucoup trop souvent. Ce n’est pas du tout ce que je dis. Je dis seulement que je fais la différence entre une blague de mauvais goût et des propos hostiles ou méprisants. Tout est une question de contexte, du moins de mon point de vue.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Jaay 12 Oct 2016 - 17 H 57
      Photo du profil de Jaay

      @Ziel
      Mais d’accord, c’est évidemment pas un drame… Seulement ça fait plusieurs fois qu’il y a de genre de dérapage sur Canal depuis la rentrée, ça commence à faire un peu beaucoup non? Il y a d’autres manières de faire des blagues.
      Et puis j’estime aussi que tout incident de ce genre doit être signalé ou repéré (au moins). Il n’y a que comme ça qu’on se rend compte réellement à quel point des termes homophobes sont passés dans le langage courant sans que ceux qui les utilisent le réalisent nécessairement. C’est pas parce qu’il n’y a pas mort d’homme ou agression violente ou des flots d’insultes qu’il faut oublier de genre de choses, même si c’est pas intentionnel.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par herveba 11 Oct 2016 - 10 H 48
    Photo du profil de herveba

    merci d’avoir contacté le service presse de Canal+, d’avoir fait cette démarche. la réponse ne m’étonne pas venant de Canal Plus. je suis horrifié et triste.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par papillons1 11 Oct 2016 - 20 H 50
    Photo du profil de papillons1

    Maintenant, que vous ayez l’impression que Mme boreale se sente gênée… on s’en moque totalement… c’est elle qui s’est mise dans ce M…. qu’elle l’assume jusqu’au bout. Elle a suffisamment jeté le discrédit sur tout le monde.
    Le boiïcot de canal+ pourrait commencer par ne plus écrire de commentaire sur ce groupe puisque cela les fait tant rire.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par cinetique70 12 Oct 2016 - 19 H 07
    Photo du profil de cinetique70

    Ne faudrait-il pas contacter le CSA ?
    C’est quand même le « gendarme » de la télévision.
    Enfin, c’est une suggestion, elle est peut-être inutile.

    Je fais partie d’un panel de téléspectateurs (Harris Interactive). Tous les jours, il faut indiquer les émissions regardées et ce qu’on en pense. Si vous y êtes également, dites que vous avez regardé LGJ et mettez 1 sur 10 (c’est le minimum). Peut-être que cela pourrait avoir un impact si nous sommes nombreux.
    Surtout, ne jamais renoncer !

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.