Le nombre d’attaques LGBT-phobes ont plus que doublé au Royaume dans les trois mois qui ont suivi le vote des Britanniques en faveur du Brexit, la sortie de l’Union européenne.

Selon l’étude de l’association LGBT Galop, les crimes de haine ont augmenté de 147% en juillet, août et septembre, ce que rapporte le site du Guardian. Les statistiques de la police ont aussi montré une augmentation des crimes de haine envers les minorités ethniques et les étranger.e.s.

Pour Nick Noone, le directeur exécutif de Galop, « la réponse britannique au crime de haine est parmi une des meilleures au monde, mais nos lois sont loin d’être parfaites. » Il pointe en particulier la différence entre la peine encourue pour une agression LGBT-phobe ou handiphobe, qui est de six mois, contre deux ans pour une agression en raison de la race ou de la croyance.
Le gouvernement britannique se déclare conscient du problème et déclare avoir, en juillet, renforcé la législation sur les crimes de haine.

Lire l’article sur The Guardian