Ciné, Culture & Loisirs, Plus | 05.10.2016 - 10 h 53 | 2 COMMENTAIRES

Contenu Yagg +

  • cinémathèque française
  • françois reichenbach
  • nus masculins

«Last Spring» et «Nus masculins»: deux pépites gays de François Reichenbach à la Cinémathèque

Publié par
Le 14 octobre, la Cinémathèque française propose de découvrir deux films gays et totalement inédits du cinéaste François Reichenbach, tournés dans les années 50. Hervé Pichard, responsable des acquisitions, nous en dit plus.

Avec certains films, les cinéphiles sont un peu comme des archéologues devant une trace inattendue du passé. Il n'est pas toujours facile de reconstituer le puzzle. C'est le cas avec deux films totalement inédits du cinéaste et documentariste François Reichenbach, connu du grand public pour ses films sur les artistes et musiciens des années 60, et qui vont être projetés à la Cinémathèque de Paris lors d'une soirée consacrée au cinéma LGBT. C'est à l'occasion d'une rétrospective des films de ce cinéaste audacieux en 2015 qu'Hervé Pichard, le responsable des acquisitions à la Cinémathèque, a mis la main sur films pépites gays: Last Spring (1954, 23') et Nus masculins (1954, 19'). Comment ces films se sont-ils retrouvés à la Cinémathèque, que sait-on de leur tournage? Qu'est-ce qu'ils montrent de cette époque? Ces deux courts métrages jamais montrés sont, selon Hervé Pichard, d'une très grande modernité.


Pour lire la suite de l'article, vous devez être abonné.e


Je me connecte ou Je m'abonne

«Blanches colombes et vilains messieurs: (re) découvertes du cinéma gay et lesbien», vendredi 14 octobre, à la Cinémathèque française, avec  Jeunes filles en uniforme, de Leontine Sagan, Last Spring et Nus masculins, de François Reichenbach, Olivia, de Jacqueline Audry, Pink Narcissus, de James Bidgood.

Print This Post
 
LES réactions (2)
  • Par bdbg24 05 Oct 2016 - 17 H 39
    Photo du profil de bdbg24

    Reichenbach était gay mais…. « lorsqu’on regarde son cinéma, on ne le perçoit pas du tout. Je dirai même qu’il y a quelque chose d’assez masculin. »
    Ah bon ? quand on est gay on n’est pas masculin ?
    Bravo les stéréotypes ! Ce genre de phrase a quelque chose des horribles (pour les gays) années 50.
    Mais c’est peut-être parce que je n’ai pas assez « le look très gay » que ça me dérange.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Christophe Martet 05 Oct 2016 - 18 H 56
    Photo du profil de Christophe Martet

    Cela correspond à l’idée que l’on se faisait du cinéma dans ces années la. La phrase est en effet un peu maladroite.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.