Santé | 22.09.2016 - 16 h 47 | 0 COMMENTAIRES
  • coraline delebarre
  • femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes
  • lesbiennes
  • questionnaire sexo

Ce que les femmes qui aiment les femmes doivent savoir sur le «Questionnaire sexo»

Publié par
Le questionnaire sur les sexualités et relations affectives des femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes rencontre un grand succès. Interview de sa conceptrice, Coraline Delebarre.

- Photo : DR

Les enquêtes et les études sur la sexualité des Femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes (FSF) ne sont pas légion en France. C'est lié en grande partie à l'invisibilisation de la sexualité des femmes en général ainsi qu'à un moindre intérêt de la recherche en prévention qui s'est beaucoup concentrée, en raison de l'épidémie de sida, sur les gays et les Hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH).

L'enquête que mène actuellement Coraline Delebarre n'en est que plus importante. Psychologue et sexologue, Coraline est formatrice chargée de mission au Crips Ile-de-France et a été coordinatrice au Kiosque infos sida, à Paris. Pour Yagg, elle explique comment elle a conçu le questionnaire en ligne et quels enseignements elle espère tirer de cette enquête.

Qu'est ce que votre enquête a de différent par rapport aux précédentes enquêtes? Forte d'une expérience militante et professionnelle dans le domaine du VIH, j'ai beaucoup travaillé sur les questions de santé sexuelle des FSF notamment via la coordination de la brochure «Tomber la Culotte !» et la formation. Psychologue de métier je me tourne aujourd'hui vers la pratique libérale clinique en psychosexologie et j’aborde cette enquête sous un angle résolument sexologique. Je dirai qu’il existe deux principales «innovations» à cette enquête. La première: traiter la question de la sexualité des FSF comme un objet en soi, dissocié des questions de risques ou de santé. Motivation, désir, satisfaction, rythme et pratiques sont les interrogations principales de ce questionnaire. La deuxième, l’inclusion. Dans cette enquête, les femmes trans’ peuvent répondre en tant que femmes trans’, (98 répondantes pour le moment). De même on y parle de couples ouverts, de relations extra-conjugales, de partenariat, de relations avec les hommes cis ou trans’, etc.

Bien sûr cette tentative n’est pas parfaite et certaines répondantes se déclaraient insatisfaites de ne pas voir apparaître la polyamorie ou l’expression de la non-binarité… le tout étant de trouver une équilibre pour permettre à la plus grande majorité de s’y retrouver, et que l’inclusion des unes ne devienne pas l’exclusion des autres. Je n'aurai pas la prétention de mettre en comparaison mon enquête et les grandes enquêtes en sexualité auxquelles vous faites allusion. Il s'agit d'une enquête réalisée dans le cadre d'un mémoire de DIU (Diplôme Inter Universitaire) de trois ans «Etude de la Sexualité Humaine», à la faculté de médecine de Paris V et qui sera soutenu en juin 2017.

Comment avez-vous conçu le questionnaire? Le questionnaire comporte 97 questions réparties en cinq parties : Identité et vie sociale, Entrée dans la sexualité, Relations affectives, Sexualité avec vos partenaires féminines, Caractéristiques socio-démographiques. L'entrée se fait par trois questions d'inclusion permettant de valider la participation des répondantes. Concernant la construction du questionnaire, j'ai repris plusieurs questions déjà standardisées par les enquêtes Contexte sexualité en France et l'Enquête Presse Gay et Lesbienne, afin de pouvoir faire des comparaisons avec les femmes en population générale.  J’ai également été inspirée par des enquêtes anglo-saxonnes spécifiques aux questions de sexualité lesbienne comme celle de K. Blair, C. Pukall, A.Ronson et l'excellente méta-analyse de H. Armstrong concernant la fonction sexuelle des FSF. Ces recherches anglo-saxonnes apportent un matériel riche, inédit en France sur les questions de sexualité ainsi que des catégories d'analyse novatrices.  Avant la validation finale, ce questionnaire a été pré-testé par une dizaine de femmes concernées avec des biographies de vie et sexuelle variées. Enfin, il me paraissait important que les répondantes deviennent participantes actives de cette enquête. Il est donc possible de laisser une adresse mail en fin de questionnaire pour être tenue informée des résultats à venir.

Qui peut y répondre? Cette enquête s'adresse à toutes les femmes cis ou trans’ qui ont déjà eu des relations sexuelles avec des femmes au cours de leur vie et au moins une relation sexuelle avec une autre femme au cours des 12 derniers mois.

A quoi vont servir les résultats de cette recherche? Révolutionner la sexologie française ! Plus modestement, cette recherche devrait permettre d'intégrer la sexualité des FSF comme une réalité polymorphe et déconstruire les représentations qui y sont associées. Permettre une meilleure inclusion des FSF par les professionnel.le.s de la sexologie clinique et médicale. Apporter des données qui pour le moment sont inexistantes en France sur cette thématique. Concrètement, mon mémoire se concentrera plus particulièrement sur l’entrée dans la sexualité et des croisements associés à la sexualité des «couples» de femmes, et à discuter le fameux «lesbian bed death». Si le nombre de participantes le permet, j’aimerais ensuite faire des focus plus spécifiques sur des thématiques plus spécifiques et proposer des articles scientifiques avec les données issues de cette enquête.

Avez-vous un objectif pour le nombre de réponses? J’avais pour objectif un échantillon minimal de 600 réponses complètes. J'ai mis en ligne ce questionnaire le 1er septembre 2016 sur les réseaux sociaux et une semaine après, je recevais déjà 777 réponses dont 444 complètes! Aujourd'hui, l'enquête compte 1961 répondantes, dont 1139 qui ont rempli le questionnaire jusqu'au bout! Une vraie belle surprise et surtout la démonstration que les FSF ont envie de participer aux études, d'être intégrées aux champs de la santé et de la sexualité et d'avoir potentiellement des réponses à leurs interrogations. Au vu de cette adhésion massive, je pense réduire la durée de mise en ligne (initialement prévue au 30 novembre) au 15 octobre pour laisser plus de temps à l'analyse des données qui promet d'être très intéressante.

Cliquez ici pour répondre au «Questionnaire sexo: Sexualités et relations affectives des femmes qui ont des rapports sexuels avec d'autres femmes»

 

Print This Post
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.