People | 12.09.2016 - 11 h 30 | 2 COMMENTAIRES
  • Alexis Arquette
  • Patricia Arquette

Le bel hommage de Patricia Arquette à sa soeur trans Alexis

Publié par
La comédienne trans Alexis Arquette est morte hier à l'âge de 47 ans.

L'actrice trans Alexis Arquette est morte hier à l'âge de 47 ans. Elle était la soeur des actrices Rosanna et Patricia Arquette et des comédiens Richmond et David Arquette. Elle aura tourné essentiellement dans des films indépendants et/ou à petit budget. On peut également la voir dans une scène d'anthologie du documentaire Wigstock, où elle drague deux ouvriers hétéros.
Sur Facebook, Richmond Arquette a transmis un communiqué de sa soeur Patricia - très engagée en faveur de l'égalité, qui parle au nom de toute la famille. Extraits:

«Sa carrière a été abrégée, non pas par sa mort, mais par sa décision de vivre sa vérité et sa vie de femme transgenre. En dépit de faible nombre de rôles pour les acteurs trans, elle a refusé de jouer des rôles dégradants ou stéréotypés.

Lors de sa transition, Alexis nous a appris la tolérance et l'acceptation. En avançant sur ce chemin, elle est devenue notre soeur et nous a appris ce qu'est le véritable amour. Nous avons appris ce qu'est le vrai courage en assistant au voyage qui l'a conduite à vivre comme une femme trans. Nous avons pu découvrir la seule vérité - que l'amour est tout. Dans les jours qui ont précédé sa mort, elle nous a dit qu'elle voyait déjà l'autre côté, et que là où elle allait il n'y a qu'un seul genre. Que de l'autre côté, nous sommes libérés de tout ce qui nous sépare dans cette vie et que nous ne faisons qu'un.»

La famille demande que les fleurs et les présents soient remplacés par des dons aux associations qui soutiennent les droits des personnes LGBT.

Boy George lui a rendu hommage sur Twitter: «une autre lumière brillante partie bien trop tôt».

 

 

Print This Post
Photo du profil de Xavier Héraud
Publié par
Co-fondateur de Yagg. Rédacteur en chef. Photo. Comédies musicales. Harvey Fierstein. These are a few of my favorite things.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (2)
  • Par papillons1 12 Sep 2016 - 18 H 15
    Photo du profil de papillons1

    Merci d’avoir relayé cette info. Bravo ã cette artiste. Pensées à sa famille et ses proches.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par plume 12 Sep 2016 - 18 H 28
    Photo du profil de plume

    En gros, une transse qualifiée, honorable quoi, est une personne avec des paillettes sur la figure (pour qu’on l’identifie bien comme telle), qui a l’excellent goût de mourir pour qu’on puisse rendre hommage à son courage et à sa singularité, car c’est très important qu’elle soit seule, au milieu d’un monde cis, pour éviter précisément que cette cissitude et ses divers aspects soient, indument forcément, remises en cause. Il n’y a pas d’évolution, de contradiction ni de changement dans le rapport social de sexe, voyons (d’ailleurs il n’existe pas, les rapports sociaux étant paraît-il des illusions qu’il suffit de positiver un coup pour dissoudre dans l’air frais) ; il n’y aurait que des individues originales, irréductibles, autosuffisantes et fort heureusement dans le meilleur des mondes possibles très majoritairement « normales ». La nature, la morale et la civilisation sont sauves.
    Je ne dirai jamais assez combien cette assomption opportune des transses par la mort m’exaspère, combien c’est finalement le seul espace que nous laissent les cis : être « exceptionnelles », et mourir parce que bien sûr les personnes exceptionnelles, hein, il faudrait pas que ça se généralise. Je rappelerai d’ailleurs lourdement qu’il y a encore quelques années, dans la culture popu, c’étaient les lesbiennes cisses qui devaient nécessairement mourir d’exister.
    Pour moi, notre grand jour serait celui où nous organiserions pour vivre, pas celui où les crocodiles prétendument alliées qui souvent aident bien à nous faire disparaître viennent faire mine contrite autour d’un drapeau tricolore (il fallait le faire !) hideux autant que sexuellement bien ordonné. J’ai souvent dit, pareil, à quel point ce TDoR et ce, celleux à quoi et à qui il sert de déresponsabilisateur, m’exaspère aussi. Y en a marre de n’exister que par notre mort. Vivons (et faisons basculer cislande).
    *
    En somme, cela m’exaspère que l’on célèbre nos morts, qui plus est comme des accomplissements (ici je hurle !), pendant que conséquemment on enterre si facilement nos vies. Cela signe bien les priorités et les directions de l’époque. Et même qu’il y en ait parmi nous qui consentent à cet échange ne le justifie pas, ne nous y contraint en rien ! on l’a vu récemment avec quelque chose d’un autre ordre.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.