A la une, focus, Livres, Plus | 07.09.2016 - 12 h 29 | 6 COMMENTAIRES

Contenu Yagg +

  • Blue Book
  • IPG
  • Les mots a la bouche
  • Librairie LGBT
  • Librairie Vigna
  • violette and co

Enquête: comment les librairies LGBT résistent

Publié par
Plus les années passent, et plus le nombre des librairies LGBT en France s’amenuise. En cette rentrée littéraire 2016, Yagg est parti à la rencontre de ces professionnel.le.s passionné.e.s, dont on oublie trop souvent le rôle crucial qu’ils jouent au sein de la communauté.

Sébastien, aux Mots à la Bouche. - Photo : Xavier Héraud

Comment se portent les librairies LGBT en France ? Si l'on fait le bilan des fermetures depuis le début des années 2000, la réponse peut rapidement déprimer: Pause Lecture en 2003 suivi de Blue Book en 2008 à Paris, État d’Esprit à Lyon en 2009, Les Mots Pour Le Dire à Marseille en 2010... À l’heure actuelle, seuls trois établissements du genre sont encore ouverts : deux à Paris — Les Mots à la Bouche et Violette and Co — et un en régions, à Nice plus précisément: la librairie Vigna.

Meilleure visibilité et plus grande inclusion des personnes LGBT dans la société, crise de l’industrie due à un désintérêt pour l’objet livre, amoindrissement de la fièvre revendicative suite à l’acquisition de nouveaux droits sociaux comme le mariage… autant de raisons avancées pour tenter d’expliquer et de justifier ce phénomène, dont on ne peut saisir l’ampleur qu’à partir du moment où l’on prend conscience des réalités politique, culturelle et sociale qui font de ces librairies décidément pas comme les autres des établissements uniques qu’il importe de sauvegarder.


Pour lire la suite de l'article, vous devez être abonné.e


Je me connecte ou Je m'abonne

Lire aussi: Violette and Co: «On avait envie de mettre notre culture et nos compétences au service d’une librairie qu’on aurait aimé trouver»

Print This Post
 
LES réactions (6)
  • Par helene 07 Sep 2016 - 13 H 05
    Photo du profil de helene

    Les mots à la bouche c’est une jolie barricade contre le stéréotype Warholien Gays=Dalida=series américaines=sous cultures
    peut être il leur manque un rayon de livres anciens…C’est bon de savoir qu’à Paris quand on veut faire un cadeau il y a une librairie avec les Baldwyn disponibles, les sarah Waters, les Crevel, le délice des coeurs d’Ahmad al Tifachi ou garçons de cristal de Bai Hsien-Yong…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par sébastien 07 Sep 2016 - 18 H 02
    Photo du profil de sébastien

    Souhaitons longue vie et prospérité à ces librairies. Cet article, en tant qu’éditeur des EGL, m’a particulièrement intéressé et il décrit bien la situation. Je ne travaille pas, je le regrette, avec Vigna, du moins en neuf, mais heureusement qu’il y a LES MOTS À LA BOUCHE et VIOLETTE AND CO, sinon nous n’aurions plus aucune visibilité. Si j’ai un souhait à formuler c’est que les LGBT hors Paris, ceux qui souffrent le plus d’isolement, réservent leurs achats par Internet à ces deux librairies pour qu’elles puissent vivre. D’année en année je vois leurs commandes se rétrécir ; il faut que les LGBT se ressaisissent et comprennent que rien n’est jamais définitivement acquis. Les droits ça se conquiert et ça se défend.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Silvius 07 Sep 2016 - 18 H 03
    Photo du profil de Silvius

    Merci pour ce bel article de fond ! Je ne connaissais que « Les Mots à la bouche », qui a un fonds riche et varié et que j’aime beaucoup, mais l’article me donne envie d’aller découvrir « Violette and co ».

    Et oui, les librairies LGBT méritent d’être soutenues, tout comme les initiatives culturelles LGBT en général. Aucune avancée n’est définitive, et ces endroits sont des lieux de vie et de sociabilité très importants. L’article a raison de rappeler que c’est un des moyens de lutter contre l’isolement et la culpabilisation sournoise des gens qui se découvrent LGBT.

    Et j’aimerais beaucoup qu’il s’ouvre d’autres librairies de ce genre dans d’autres coins du pays. C’est difficile, mais je suis certain qu’il y a un besoin.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Philippe Vinsonneau 07 Sep 2016 - 23 H 47
    Photo du profil de Philippe Vinsonneau

    il me semble qu’il y a aussi : la mauvaise réputation à Bordeaux et plusieurs autres en France, encore un article très incomplet

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Philippe Vinsonneau 07 Sep 2016 - 23 H 51
    Photo du profil de Philippe Vinsonneau

    en fait on trouve la littérature gay dans les rayons de quasi toutes les grandes librairies ; ce qui manque cruellement ce sont des éditeurs ouverts à la littérature gay ( je parle de littérature pas de roman porno ) c’est par là que se fera la visibilité bien plus qu’au travers d’un magasin orienté !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par friendlyfire 08 Sep 2016 - 8 H 35
    Photo du profil de friendlyfire

    @yagg
    Merci pour cet article fouillé.;
    Je trouverai intéressant de proposer une rubrique tournante à ces librair.i.es, où, une fois par mois et en alternance de chaque magasin, pourrait être présenté une nouveauté, un classique/best seller et un coup de cœur. Je n’ai pas idée de la complexité pratique de l’affaire : je soumets l’idée.
    J’apprécie vos sessions de lecture mais me dis qu’ainsi on pourrait avoir une surface de recommandation;s plus étendue et plus régulière ? Et indirectement être tenté de soutenir les librairi.e.s cité.e.s par des commandes enthousiastes et nombreuses…

    @toutlemonde
    Je construis mon trajet de lecteur au grè des rencontres et des curiosités de hasard mais je dois bien avouer que je n »ai pas de site de référence exclusif pour trouver des nouvelles idées de lecture. Si quelqu’un a de bons blogs/forums/sites à conseiller (particulièrement littérature française/francophone) je suis preneur dans la suite des commentaires.
    Vive la lecture entre les lignes !

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.