Brigitte Goldberg analyse la situation en Turquie, après le meurtre sauvage de la militante trans Hande Kader.

Elle estime en particulier que tout recul dans le domaine de la laïcité « ne peut que faire à la fois le jeux des intégristes, qui aimeraient bien transformer la faille intercommunautaire en un mur infranchissable, et de l’extrême-droite. Il est d’ailleurs bon de ne pas oublier que, si il existe des dictatures laïques, il n’y a pas de démocraties religieuses. »
Lire la tribune de Brigitte Goldberg sur Le Plus