Il n’a pas gagné de médaille, mais est arrivé 6e de son épreuve, la marche athlétique sur 20 km, et détient maintenant le record de la Grande-Bretagne. Le marcheur britannique ouvertement gay Tom Bosworth se souviendra toute sa vie de ces premiers Jeux Olympiques (et le fait d’y avoir demandé en mariage son compagnon n’y est sûrement pas étranger).

Le sportif a accordé une interview à BuzzFeed au cours de laquelle il a évoqué de nombreux sujets dont l’homophobie dans le sport: «Est-ce que les instances gouvernantes du sport peuvent faire plus pour combattre l’homophobie? Absolument. Mais je crois que pour les athlètes venu.e.s de pays où ce n’est pas accepté, les choses doivent d’abord changer sur place – pour leur propre sécurité, et pour leur permettre de faire leur coming-out et devenir des modèles.»

Très choqué par la controverse autour de l’article du journaliste du Daily Beast révélant l’homosexualité de plusieurs athlètes du Village Olympique, Tom Bosworth ne mâche pas ses mots: «C’est un acte écœurant. C’est de l’intimidation. Cela pourrait mettre des vies en danger. C’est au-delà de tout ce que j’ai pu voir de la part d’un journaliste. Pour moi, il ne devrait plus avoir le droit d’écrire un seul article. Il n’y avait aucune réflexion dans ce qu’il a fait. Il voulait juste un sujet.»

Les quelques jours qui viennent de s’écouler ont donc tout d’un rêve éveillé pour Tom Bosworth: «Si on m’avait dit que je serais 6e aux Jeux Olympiques, que je battrais le record britannique, que je serai fiancé à mon compagnon avec toute ma famille présente pour le fêter avec moi, j’aurais… je ne sais pas si je vous aurais ri au nez ou dit d’aller voir ailleurs!» Le marcheur a aussi un message pour les jeunes LGBT: «Persévère. Trouve ce qui te plait et travaille dur, parce que ce que tu es et qui tu es, ne définit pas ce que tu peux accomplir dans la vie. Je le croyais; je le pensais vraiment. Mais j’ai appris qu’il faut persévérer – et ça va mieux ensuite.»

Tous nos articles sur les Jeux Olympiques de Rio.