France, Plus | 01.07.2016 - 10 h 43 | 3 COMMENTAIRES

Contenu Yagg +

  • james baldwin
  • Saint Paul de Vence
  • shannon cain
  • socri

Quand la dernière maison de l’écrivain James Baldwin est squattée par une militante

Publié par
Shanon Cain a décidé d'occuper la dernière demeure de James Baldwin à Saint-Paul De Vence, où des travaux de transformation en appartements ont déjà commencé. Elle explique à Yagg les raisons de son combat.

Shanon Cain dans la maison de James Baldwin - Photo : Shanon Cain

La dernière maison de l'écrivain gay noir américain, James Baldwin, à Saint-Paul de Vence, dans les Alpes Maritimes, est un lieu de pèlerinage pour tous les amateurs de sa littérature. Elle a été le témoin du passage de grands noms du monde de la littérature et de la musique: Nina Simone, Joséphine Baker, Miles Davis ou encore Ray Charles pour lequel James Baldwin composa plusieurs musiques. Mais cette bastide est sur le point d'être défigurée.

En effet, après avoir faillie être rasée par des promoteurs immobiliers, elle a été sauvée de justesse par les Bâtiments de France. Elle sera tout de même "réhabilitée et intégrée au projet de construction de 18 logements répartis sur trois bâtiments et d’une piscine." En novembre 2014, un pan du mur d'enceinte a été détruit, pour permettre à des engins de chantier de se frayer un passage jusqu'à la bâtisse. Dans le même temps, celle-ci était amputée de ses deux ailes, conformément à ce qui était prévu sur le permis de construire.

Une militante a décidé de prendre les choses à bras le corps.


Pour lire la suite de l'article, vous devez être abonné.e


Je me connecte ou Je m'abonne

Lire tous nos articles sur James Baldwin.

 

Print This Post
 
LES réactions (3)
  • Par FriendlyFire 01 Juil 2016 - 14 H 07
    Photo du profil de

    Il y a comme qui dirait un sérieux raté dans les dernières lignes de son manifeste : la transsubstantiation du talent littéraire de James Baldwin n’a visiblement pas eu lieu dans ces murs.

    Le véritable héritage d’un artiste, ce sont ses œuvres, éventuellement ses brouillons, inédits, archives pour les amateurs; le concept de pèlerinage post mortem m’a toujours laissé sceptique .
    Que rencontre-t-on que quatre murs où quelq’un a vécu,rêvé ?
    Ne faut-il pas mieux trouver ses propres lieux de passage ?
    Il y a aussi la solution de maison d’écrivain transformée en maison d’écriture et d’accueil mais c’est un autre projet et un autre budget…
    Un voyage scolaire m’a emmené dans la chambre du petit Marcel de La Recherche du Temps Perdu à Illiers/Combray et l’impression que j’en ai gardé est que la géographie imaginaire est plus intéressante que la reconstitution avec tasse de tilleul de la tante Léonie, petite madeleine sous cloche et pot de chambre d’époque…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Silvius 02 Juil 2016 - 12 H 17
    Photo du profil de Silvius

    Cela peut être l’occasion de s’intéresser de plus près aux agissements de la SOCRI. Ne serait-ce qu’une enquête sérieuse pour vérifier s’il y a bel et bien eu des destructions illégales avec la complaisance des autorités locales, cela mérite.
    Quant à la réaction de la Fondation, elle a été brutale et assez couarde. Que l’association manifeste son désaccord avec sa fondatrice, mettons, mais de là à la virer brutalement sans préalable ni discussion, c’est un procédé inqualifiable.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par FSoulabaille 02 Juil 2016 - 23 H 53
    Photo du profil de FSoulabaille

    En réponse au commentaire précédent.
    Je trouve déplorable qu’il faille qu’une femme blanche non militante LGBTQ qui nous montre l’exemple en défendant la mémoire d’un homme noir gay revendiqué. Je soutient pleinement la démarche de mon amie Shannon Cain. Cela va au-delà de la simple défense d’un patrimoine littéraire, c’est une question de droits humains et de respect.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.