Sommaire

La Pride House de la semaine: L’Euro masculin de football, c’est maintenant
Le tweet de la semaine: Booba, Aurier et les «fiottes»
L’ambassadeur de la semaine: Lilian Thuram, ambassadeur des Gay Games 2018
Le post de la semaine: Elisabeth Lebovici sur Foot For Freedom
La photo de la semaine: Photo-souvenir de Foot For Freedom
L’équipe de la semaine: Des réfugié.e.s aux JO de Rio
Le vote de la semaine: Les Gaillards Parisiens sponsorisés par Justin Bridou?
La ligne de la semaine: La NBA fait sa Pride
Le témoignage de la semaine: Brittney Griner, malgré tout
La publicité de la semaine: Du sang et des règles
Les félicitations de la semaine: Rapinoe et Wambach derrière Clinton
La carte postale de la semaine: Abby Wambach est à Paris
L’hommage de la semaine: L’hommage des athlètes à Muhammad Ali
La victoire de la semaine: Kristina Mladenovic et Caroline Garcia ont remporté Roland Garros
La liesse de la semaine: Bayonne retrouve le Top 14

LA PRIDE HOUSE DE LA SEMAINE
Pendant l’Euro, une Pride House s’installera à Paris et de nombreux événements (des matches, un colloque à Lyon sur le thème «Sports, discriminations, homophobie: de la vulnérabilité aux innovations», retransmissions de rencontres) auront lieu dans la capitale, à Marseille, Nice ou Lyon, villes hôtes de l’événement. Ces rendez-vous ont pour but de «sensibiliser le public à la lutte contre les discriminations et l’homophobie dans le sport et plus particulièrement dans le football», indique la Fédération sportive gaie et lesbienne (FSGL). Plusieurs associations membres de la FSGL sont parties prenantes: FC Paris Arc-En-Ciel, Panamboyz United, MUST Marseille, Cargo Lyon, Centre LGBT Nice. SOS Homophobie et les Dégommeuses y sont également associées. Le programme complet est ici.

Le principe de la Pride House est né lors des Jeux olympiques d’hiver de Vancouver, en 2010 (lire De Vancouver à Whistler Mountain, la Pride House en forme olympique). Cette initiative s’intègre dans un programme global «Queering Football».

 

LE TWEET DE LA SEMAINE
Suspendu un mois pour ses propos homophobes envers son entraîneur au PSG Laurent Blanc qu’il avait traité de fiotte, Serge Aurier a reçu, mardi 7 juin, le soutien implicite du rappeur Booba. «Le tweet de Booba laisse d’autant plus un goût amer que le rappeur s’est engagé tout récemment à participer à un spot contre l’homophobie qui doit être diffusé sur sa chaîne, écrit Maëlle Le Corre sur Yagg. C’est l’animateur Matthieu Delormeau qui avait annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux, après un échange tendu entre les deux hommes sur le plateau de Touche pas à mon poste».

Et ce tweet est aussi la preuve qu’enregistrer un titre avec Christine and the Queens n’est pas un gage de compréhension des problématiques LGBT.

 

L’AMBASSADEUR DE LA SEMAINE
Lilian Thuram a rejoint, mercredi 8 juin, les soutiens aux Gay Games 2018, qui se tiendront à Paris du 4 au 12 août 2018 (lire Lilian Thuram sera ambassadeur des Gay Games 2018 de Paris). L’ancien footballeur, champion du monde 1998, aura pour mission de «promouvoir l’événement et de défendre ses principes – participation, inclusion, dépassement de soi – auprès du grand public», indique un communiqué de Paris 2018. Il a déjà commencé en promettant dans une vidéo qu’il participerait lui-même aux Jeux si le chiffre de 15000 participant.e.s est atteint (les inscriptions sont ouvertes depuis le 13 mai). Peut-être sera-t-il du tournoi de pétanque qui figure parmi les 36 sports représentés à ces dixièmes Gay Games.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur [Paris 2018] Lilian Thuram plays « pétanque »?

Président de la Fondation Thuram Éducation contre le racisme qu’il a fondée en 2008, Lilian Thuram s’est souvent engagé contre l’homophobie, en soutenant notamment l’opération Foot For Love des Dégommeuses. Il rejoint les autres membres du comité de soutien déjà constitué de Pierre Bergé, Jean-Paul Gaultier, Laura Flessel, Jean-Paul Cluzel ou encore Isabelle Lamour, présidente de la Fédération française d’escrime.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur [Paris 2018] Would you help Lilian thuram to beat the Americans?

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Paris 2018 Gay Games 10

 

LE POST DE LA SEMAINE
Avant l’Euro masculin de football qui commence donc vendredi avec la rencontre France-Roumanie, il y a l’opération Foot For Freedom des Dégommeuses (encore elles). Dans un magnifique texte publié sur son blog Le beau vice, Elisabeth Lebovici raconte l’événement, qui se tient jusqu’à vendredi, entre matches, ateliers et projections : «L’Euro de football n’eût évoqué pour moi qu’un flot continu d’emmerdements et de formulations excluantes et discriminatoires à l’égard des personnes racisées, des femmes en tous genres et des sexualités non binaires, s’il n’y avait les Dégommeuses. Ça tombe bien. Celles-ci ont ouvert l’Euro avant l’Euro».

 

LA PHOTO DE LA SEMAINE

De l’inclusion, de l’intersectionnalité, du sport, de l’engagement, c’était donc une semaine intense pour les Dégommeuses et les participant.e.s à Foot For Freedom.

 

L’ÉQUIPE DE LA SEMAINE
En natation, athlétisme ou judo, dix réfugié.e.s disputeront les Jeux olympiques de Rio au sein d’une équipe réunie sous le drapeau olympique derrière lequel ces athlètes venu.e.s de Syrie, de la République démocratique du Congo ou du Sud-Soudan défileront lors de la cérémonie d’ouverture, le 5 août.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Refugee Olympic Team to shine spotlight on worldwide refugee crisis

Parmi elles et eux, la nageuse Yusra Mardini dont Terrains de Jeux avait évoqué l’histoire, en mars. À l’été 2015, elle avait fui la Syrie en guerre. Elle avait plongé, avec sa sœur, du canot pneumatique trop plein qui menaçait de chavirer et terminé la traversée à la nage. Elle est aujourd’hui en Allemagne. «Cette initiative enverra un message d’espoir à tous les réfugiés de la planète et permettra au monde de mieux se rendre compte de l’ampleur de cette crise, a indiqué Thomas Bach, président du Comité international olympique. C’est aussi un signal envoyé à la communauté internationale, à savoir que les réfugié.e.s sont des êtres humains et sont un enrichissement pour la société. Ces athlètes réfugié.e.s montreront au monde qu’en dépit des tragédies inimaginables qu’ils ont vécues, ils peuvent eux aussi, à l’instar de tout un chacun, mettre leur talent, leurs compétences et leur force d’esprit au service de la société.»

En mars, 43 athlètes avaient été pre-sélectionné.e.s pour espérer figurer dans l’équipe.

 

LE VOTE DE LA SEMAINE
Les Gaillards Parisiens sponsorisés par Justin Bridou?

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Bande annonce GAILLARD ! HD

La marque de saucissons propose de sponsoriser une équipe de rugby amateur pour la saison 2016/2017. Jusqu’au 24 juin, vous pouvez voter (une fois par jour) pour que le club LGBT bénéficie pendant un an de maillots, de ballons etc., et surtout d’une visibilité et d’un soutien plus importants.

 

LA LIGNE DE LA SEMAINE
En juin, aux États-Unis, c’est le Pride Month. Des fédérations sportives, des clubs embrassent ce moment de prévention ou de lutte contre les discriminations. Parmi eux, la NBA, la Ligue de basket, qui propose pour les fans des t-shirts floqués des logos de ses 30 franchises aux couleurs arc-en-ciel.

Le fruit des ventes sera reversé au Gay, Lesbian and Straight Education Network (GLSEN), une association sur les questions LGBT en milieu scolaire aux États-Unis et milite contre les harcèlements LGBT-phobes contre les élèves et les étudiant.e.s (lire Harcèlement scolaire: l’exemple des États-Unis avec le documentaire «The Bully Project»).

La WNBA, qui gère le championnat féminin de basket, célèbre de son côté le Pride Month pour la troisième saison avec des événements dans ses franchises comme la visite du basketteur ouvertement, aujourd’hui retraité, Jason Collins lors de la rencontre entre les Dallas Wings et les Phoenix Mercury, le 18 juin.

 

LE TÉMOIGNAGE DE LA SEMAINE
Toujours en l’honneur du Pride Month, ESPN publie tout au long du mois de juin des tribunes sur le sujet. Pour la première, Naomi Jackson, auteure du roman The Star Side of Bird Hill, explique pourquoi la visibilité d’une athlète noire ouvertement lesbienne – en l’occurrence, Britnney Griner – est essentielle, malgré les aspects négatifs (un mariage immédiatement suivi d’une rupture, une violente dispute qui a valu à Griner et à son épouse Glory Johnson d’être suspendues par la WNBA… Glory Johnson vient d’ailleurs de revenir en WNBA, après 22 mois d’absence dus à sa suspension et à la naissance de ses jumelles).

«Griner a une chance de faire pour les femmes noires et queer ce qu’Ellen DeGeneres a fait pour la communauté LGBT, écrit Naomi Jackson. Et nous avons les yeux fixés sur elle. Au-delà du problème de la pression que l’on met sur les athlètes pour qu’ils et elles servent de modèles, voilà ce que nous apportent les médias: un fantasme auquel comparer nos rêves, une projection de nos désirs enfouis, un idéal auquel aspirer, une personne à qui vouloir ressembler en grandissant tout en étant nous-mêmes. J’ai admiré le portfolio d’ESPN en 2014 qui mettait en valeur le style de dandy de Griner, style qu’elle partage avec tant de femmes que j’ai aimées. J’ai fait la grimace quand les médias ont raconté la bagarre sanglante qui a eu lieu dans la maison que partageaient Griner et Johnson à l’époque, j’ai détourné le regard quand Griner a fondu en larmes lors dune interview où elle regrettait un mariage dont elle avait compris que c’était une erreur. (…) Ce que mes amies homos noires et moi cherchons quand nous regardons Griner et d’autres lesbiennes noires out de sa génération, c’est la reconnaissance et l’affichage publics des rituels personnels de séduction et de style que nous chérissons. Griner – 2 mètres 03, des chaussures pointure 54, une voix grave et un corps élancé – est un fantasme vivant pour bon nombre de fems noires

 

LA PUBLICITÉ DE LA SEMAINE

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Blood

Pour une fois, ça parle de sang dans une pub pour protections hygiéniques. C’est athlétique, c’est kickass mais on reste dans l’association d’idées. La prochaine fois, on parle de règles?

 

LES FÉLICITATIONS DE LA SEMAINE
Megan Rapinoe et Abby Wambach comptent parmi les soutiens à Hillary Clinton dans la course à l’élection présidentielle américaine. La milieu de terrain de l’équipe américaine de football et l’ancienne attaquante de l’équipe se félicitent de sa victoire dans la primaire démocrate.

Our time is now! What an incredible night for @hillaryclinton and women all over America! Congratulations Hillz

Une photo publiée par Megan Rapinoe (@mrapinoe) le

L’ancienne championne de tennis Martina Navratilova est au diapason.

 

LA CARTE POSTALE DE LA SEMAINE

BonJour Paris!! Can’t wait for the 2016 Euro’s the start. Tune in folks. @espn

Une photo publiée par @abbywambach le

Abby Wambach, qui est donc à Paris.

L’HOMMAGE DE LA SEMAINE

#RIP to the Greatest boxer that ever lived #muhammadali

Une photo publiée par Michael Sam (@mikeysam52) le

Parmi les milliers d’hommages qui ont accueilli la mort de Muhammad Ali, vendredi 3 juin, celui du footballeur américain ouvertement gay Michael Sam qui rappelle une citation du champion poids lourds entré dans l’histoire depuis si longtemps.

L’ancien basketteur Jason Collins, lui aussi out, poste l’un des plus fameux clichés de la légende.

La basketteuse Layshia Clarendon, qui en août 2015 se définissait comme «noire, homo, de genre féminin, non-cisgenre et chrétienne», elle, tire les leçons de «la façon dont les athlètes peuvent utiliser leur tribune pour quelque chose de plus grand».

 

LA VICTOIRE DE LA SEMAINE

Kristina Mladenovic et Caroline Garcia ont remporté, dimanche 5 juin, la finale du double des Internationaux de France de Roland Garros en battant (6-3, 2-6, 6-4) les Russes Elena Vesnina et Ekaterina Makarova.

 

LA LIESSE DE LA SEMAINE
Bayonne a retrouvé, samedi 4 juin, le Top 14, première division du championnat de France de rugby en battant Aurillac en finale d’accession (21-16). Cela a fait chavirer le cœur des supporters qui ont attendu leurs joueurs sur la place de la liberté en chantant et en dansant. Le pinacle a été évidemment atteint quand les héros du soir sont venus saluer la foule.