Sommaire

L’union de la semaine: La Nouvelle-Zélande s’engage contre les LGBT-phobies dans le sport
Le chiffre de la semaine: Combien d’athlètes masculins out dans les sports majeurs aux États-Unis?
La tenue de la semaine: Cynthia Uwak pour le droit à s’habiller comme elle veut
Le concours de la semaine: Quand les enfants planchent sur les stéréotypes sexistes dans le sport
La campagne de la semaine: #JeNeSupportePasLesBleus
Le rappel de la semaine: Foot For Freedom, c’est maintenant!
La vidéo de la semaine: Always, les filles et les emojis
La vidéo de la semaine (2): Pour la Deutsche Bahn, les footballeurs aussi ont des amoureux
Les chaussures de la semaine: Michelle Heyman a un nouvel équipementier
Les félicitations de la semaine: Megan Rapinoe est fière de l’OL
La résolution de la semaine: Le Sénat américain soutient les footballeuses
La déclaration de la semaine: Gus Kenworthy est très amoureux
La photo de la semaine: Matthew Mitcham se prépare à l’élection de Donald Trump
Le joueur de la semaine: Simon Dunn à la Bingham Cup
La victoire de la semaine: Johanne Defay, vous connaissez?
Le toit de la semaine: À quand un toit à Roland-Garros?

L’UNION DE LA SEMAINE
L’Australie l’avait fait en 2014, sa voisine la Nouvelle-Zélande marche désormais sur ses pas. Les principales fédérations du pays (rugby à XV, à XIII, football, cricket, netball, hockey sur gazon) ont annoncé, mardi 31 mai, l’instauration d’un plan à long terme pour lutter contre l’homophobie dans le sport et favoriser l’inclusion des athlètes comme des fans. D’ici au 31 décembre, les cadres s’engagent à travailler à l’élaboration d’une feuille de route. «Mettre l’accent sur la diversité et l’inclusion n’est pas seulement ce qu’il convient de faire, a déclaré Ian Francis, président de la fédération de hockey sur gazon, c’est aussi une opportunité immense d’augmenter la participation.»

Ce programme s’appuie sur la très large étude Out On the Fields, publiée en 2015, dont les chiffres prouvaient le travail encore immense à accomplir sur l’inclusion dans le sport. Un grand nombre des 9494 personnes – aux trois quarts LGBT –, originaires de Grande-Bretagne, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Australie ou Irlande, qui ont répondu à l’enquête, rapportent avoir subi des violences physiques ou verbales lors de la pratique de leur sport. Parmi les chiffres saillants, 19% des gays et 9% des lesbiennes interrogé.e.s ont indiqué avoir été victimes de violences physiques (respectivement 27% et 17% pour les violences verbales). Pour la Nouvelle-Zélande, le détail des chiffres est ici.

En 2014, en Australie, les dirigeants des fédérations de football, rugby, footy et cricket s’étaient engagés à éliminer l’homophobie de leurs sports respectifs.

La Nouvelle-Zélande est l’un des 21 États à avoir ouvert le mariage, en avril 2013.

 

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE
Zéro, c’est le nombre d’athlètes masculins out dans les sports majeurs américains (basketball, baseball, football américain…), déplore le site Outsports, mercredi 1er juin, premier jour du Pride Month, mois de la fierté, celui des Prides.

 

LA TENUE DE LA SEMAINE

Let me Re-Introduce my SELF …

Une photo publiée par @swa_ssh le

L’habit ne fait pas le moine. C’est en substance ce qu’explique la footballeuse Cynthia Uwak au site nigérian The Cable.

Passée notamment par l’Olympique Lyonnais (avec lequel elle a remporté le Championnat de France en 2009), Cynthia Uwak joue actuellement en Finlande, au sein du club Åland United. Elle a représenté son pays, le Nigéria, avec les Super Falcons, lors de la Coupe du Monde 2007 et des Jeux Olympiques 2008.

Le football féminin nigérian est notamment connu pour ses chasses aux lesbiennes (lire Coupe du monde de foot: Une chasse aux lesbiennes dans l’équipe nigériane et Lesbiennes exclues des clubs de foot nigérians: les Dégommeuses, Lilian Thuram et d’autres réagissent). C’est dans ce contexte que Cynthia Uwak défend son droit à s’habiller comme elle le souhaite sans que quiconque en tire quelque conclusion que ce soit sur son orientation sexuelle.

«Je porte les vêtements dans lesquels je me sens bien, insiste-t-elle. (…) Que je sois homo, hétéro ou bie ne devrait pas être défini par ma façon de m’habiller. (…) Je vis simplement ma vie comme j’ai envie de la vivre. Je ne dois d’explication à personne, et rien ne m’oblige à dire si je suis homo ou hétéro ou bisexuelle. (…) Si les gens jugent ma façon de m’habiller homo, ils sont libres de croire que je le suis

 

LE CONCOURS DE LA SEMAINE
Comment lutter contre les stéréotypes sexistes. Depuis trois ans, Les Nouvelles News, en partenariat avec le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (Clemi), Causette et TV5Monde, organisent un concours auquel participent écolièr.e.s, collégien.ne.s et lycéen.ne.s. Cette année, 60 articles et 57 dessins ont été reçus. Parmi les 8 lauréats, la classe de CM1 B de l’école Jean Jaurès à Dugny qui s’est interrogée sur le sexisme dans le sport. Simplement parfait.

On aime aussi beaucoup ce dessin de Nora Senhaji-Rhazi, élève de 5e du collège Victor-Hugo de Nantes:

cestcaetreunefille

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

 

LA CAMPAGNE DE LA SEMAINE
Les violences conjugales augmentent lors des événements sportifs. L’association Elle’s imagine’nt a voulu profiter de l’Euro 2016, qui débutera le 10 juin en France, pour le rappeler et prévenir.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur JE NE SUPPORTE PAS LES BLEUS

Lancée sur Twitter, la campagne #JeNeSupportePasLesBleus sera diffusée pendant toute la compétition.

 

LE RAPPEL DE LA SEMAINE
Avant l’Euro, il y a Foot For Freedom, dont Yagg vous a déjà parlé. Toutes les infos sont ici.

 

LA VIDÉO DE LA SEMAINE
L’ancienne attaquante américaine Abby Wambach s’enthousiasme d’un tweet de l’actrice Emma Watson qui partage une vidéo devenue virale: une publicité d’Always. Toujours sur le thème «Comme une fille», la marque de protections hygiéniques s’attaque une nouvelle fois aux clichés, et ici aux emojis.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Always #CommeUneFille – Emojis filles

Coup marketing du géant américain Procter & Gamble, propriétaire de la marque, ou militantisme, il y a débat. La question des clichés, en tout cas, mérite d’être posée.

 

LA VIDÉO DE LA SEMAINE (2)
La Deutsche Bahn fête les 25 ans de ses trains à grande vitesse avec une très jolie publicité qui met en scène un fan de football (Euro oblige), qui, grâce au TGV allemand (ICE, en VO), rejoint son footballeur d’amoureux:

https://youtu.be/2j80tCzDZgU

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Deutsche Bahn « Der Fan » #ICE25

«Nos clients, les gens que nous accueillons à bord de nos trains, sont le reflet de notre société, indique la description de la vidéo sur YouTube. Ils sont jeunes ou vieux, Allemands ou issus de l’immigration, ce sont des familles avec enfants, des scientifiques, des banquiers, des opérateurs de grue, des chômeurs, des footballeurs, des musiciens, des gays ou des lesbiennes.» Le slogan: «Nous relions plus que A et B».

 

LA RÉSOLUTION DE LA SEMAINE
Le Sénat américain a approuvé, jeudi 26 mai, à l’unanimité, une résolution appelant la Fédération américaine de football à en finir «immédiatement avec l’écart de salaire entre hommes et femmes et à traiter tous les athlètes avec le respect et la dignité qu’ils méritent». Cette résolution, déposée le 12 mai par la sénatrice démocrate Patty Murray et appuyée par 21 de ses collègues du parti démocrate, n’est pas contraignante mais elle représente une victoire pour les footballeuses qui sont entrées dans la bataille pour l’égalité des revenus en équipe nationale.

Le même jour, une audience s’est tenue au Palais de justice de Chicago où une juge a examiné la demande de Carli Lloyd, Hope Solo, Alex Morgan, Becky Sauerbrunn et Megan Rapinoe – les cinq joueuses qui ont porté plainte, en mars, contre cette inégalité des revenus –, de leur accorder le droit de faire grève pour les Jeux olympiques si elles n’obtiennent pas gain de cause avant le tournoi, qui commence le 5 août.

 

LES FÉLICITATIONS DE LA SEMAINE
Megan Rapinoe n’a pas oublié son passage par Lyon et un brin de son cœur est toujours là-bas.

La milieu de terrain américaine félicite ses consœurs pour leur titre de championnes d’Europe, jeudi 26 mai, après leur victoire en finale de la Ligue des Champions face à Wolsfburg (1-1, 5-3 aux tirs au but). C’est le troisième trophée européen de Lyon après ceux de 2011 et 2012. L’OL réalise cette année le triplé avec le championnat de France et la Coupe de France.

 

LES CHAUSSURES DE LA SEMAINE
Michelle Heyman a signé avec l’équipementier américain Concave:

La footballeuse australienne s’envolera pour les Jeux olympiques de Rio avec les Matildas, l’équipe nationale, une première depuis 2004 et le rêve d’une vie réalisé pour Michelle Heyman.

 

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE

Heels over head.

Une photo publiée par gus kenworthy (@guskenworthy) le

Le skieur américain Gus Kenworthy est très amoureux. Il le fait savoir de façon fort artistique.

 

LA PHOTO DE LA SEMAINE

Just preparing for the day Trump becomes #POTUS.

Une photo publiée par Matt(hew) Mitcham (@matthewmitcham88) le

Donald Trump, président des États-Unis? Matthew Mitcham se prépare psychologiquement au cas où

 

LE JOUEUR DE LA SEMAINE

Repost from the @sydneyconvicts do me a favour and get behind this amazing club and like their page!

Une photo publiée par Simon Dunn (@bobsleighsimon) le

Le bobsleigheur australien Simon Dunn a participé à la Bingham Cup (la coupe du monde gay de rugby) à Nashville avec l’une des deux équipes des Sydney Convicts. La compétition a été remportée par les Melbourne Chargers contre les Convicts.

 

LA VICTOIRE DE LA SEMAINE
Johanne Defay a remporté, mardi 31 mai, le Fidji Women Pro, cinquième étape du circuit pro féminin. La surfeuse française a battu en finale Carissa Moore, la championne du monde en titre.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Fiji Highlights: Make Way for Defay

Johanne Defay, qui n’a pas de sponsor principal depuis trois ans, indique L’Équipe, se hisse à la quatrième place du classement mondial.

 

LE TOIT DE LA SEMAINE
Il manque, le court avec toit rétractable, à Roland-Garros. Contrairement aux trois autres tournois du grand chelem (Australian Open, Wimbledon, US Open) qui peuvent faire jouer respectivement sur trois courts à Malbourne, un à Londres et un à New York, les Internationaux de France sont toujours soumis aux aléas de la météo… particulièrement pluvieuse à l’approche de l’été. Lundi 29 mai, tous les matches ont été annulés. Le numéro un mondial, Novak Djokovic a, mercredi 1er juin, pointé le problème. Pourquoi une telle particularité? Dans Le Parisien, la chronologie des turpitudes du stade Roland-Garros en quête de modernisation. Un toit? Au plus tôt en 2020.