L’ex-ministre de la Justice Christiane Taubira s’est rendue à Nantes ce lundi 31 mai en fin d’après-midi et a rencontré les militant.e.s du centre LGBT. C’était l’occasion pour elle de s’exprimer sur les faits qui ont eu lieu dans la ville ces derniers jours. Yagg a contacté Emmanuelle Sanchez, co-organisatrice du Cinépride, pour rapporter les dires de la ministre.

Sur l’attaque contre le centre LGBT:

Dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 mai, le centre LGBT de Nantes a été attaqué et des vitres ont été brisées. «Christiane Taubira a déploré des actes à caractère homophobe qui montre que le combat pour les droits et la reconnaissance LGBT est loin d’être terminée» rapporte Emmanuelle Sanchez. «Elle a également mentionné que nous entrons dans une saison festive, avec les Marches des Fiertés dans différentes villes de France, et qu’il y a encore des gens qui supportent mal cela et qui s’adonnent à des actes d’intimidation.»

Sur la suppression de la subvention accordé au festival:

L’ex-ministre a dénoncé «des combats idéologiques individuels», toujours selon la co-organisatrice de Cinépride. «Elle a rappelé par ailleurs que les fonds de subventions sont publics et que les gens n’ont pas à décider, de manière arbitraire, de supprimer ces aides.» Au moment de la polémique fin avril, Emmanuelle Sanchez avait dénoncé auprès de Yagg une manœuvre purement politique de la part du Conseil régional contre le centre LGBT et le festival.

Emmanuelle Sanchez s’est montré satisfaite de la venue de Christiane Taubira, affirmant qu’il s’agissait de quelqu’un «d’exceptionnel pendant le mariage pour tous»: «Elle a porté le combat, de manière très juste. Le seul point de non-satisfaction est liée à la PMA qui n’a pas été intégré au texte de loi.»