[Mise à jour 17h23] Le drapeau est à nouveau hissé.

Cette scène hallucinante est filmée par le Midi Libre. Djamel Boumaaz, élu au Conseil Municipal avec l’étiquette FN, a décroché ce matin le rainbow flag hissé par le maire de Montpellier devant l’Hôtel de Ville lors de la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Il a ensuite « symboliquement enterré » (du moins il a essayé) le drapeau, en estimant que c’était là « sa place ».

Il entendait ainsi dénoncer l’influence du « lobby de la LGBT ». « Ces lobbys sont en train d’infiltrer nos institutions, nos collectivités, nos écoles et bientôt nos crèches. », affirme-t-il au journaliste. Il reproche également à la ville d’avoir signé la charte d’engagement LGBT de l’Autre Cercle, qui selon lui protège contre les discriminations selon l’orientation sexuelle, « voire de déviance sexuelle ».

Vincent Boileau-Autin, président de Fierté Montpellier Pride n’en décolère pas. Joint par téléphone, il affirme y voir « l’expression d’une haine. » Jusqu’ici, il n’avait pas voulu faire de publicité à l’élu, mais il estime que désormais il n’a plus le choix. « Je demande au Maire de Montpellier Philippe Saurel la plus grande fermeté en sanctionnant cet élu sans complaisance, je demande également à l’ensemble du Conseil Municipal de Montpellier, opposition comprise, de condamner cet attentat à la diversité, à liberté, à l’égalité, et à la fraternité, poursuit-il. Je me réserve le droit au nom de l’association dont je suis le Président de déposer plainte ce jour. Pour l’heure notre cabinet d’avocats travaille dans cette perspective. »

Joint par téléphone, Jérémie Malek, adjoint à la lutte contre les discriminations, ne veut surtout pas polémiquer avec cet élu. « Nous sommes en train de faire réparer le drapeau. Il sera hissé à nouveau dès que cela sera terminé », se contente-t-il de répondre.

Dans un communiqué, Philippe Saurel, le maire de Montpellier affirme qu’il « condamne fermement cet acte d’intolérance et réaffirme que les manœuvres d’intimidation ne viendront pas ébranler [son] engagement en faveur de la lutte pour l’égalité des droits. »

UNE RANCUNE TENACE
L’élu nourrit une rancune tenace à l’égard des gays, des lesbiennes, des bis et des trans. En conseil municipal, il intervient régulièrement pour critiquer le soutien de la mairie aux associations LGBT.  Dans un statut publié sur sa page Facebook, intitulé #Fucklgbt, il s’en prend au « 1er mariage gay dont les petits fours et boissons payés avec l’argent du contribuable étaient offerts à quelques centaines d’invités internationaux triés sur le volet. » Une allusion au mariage de Vincent et Bruno Boileau-Autin. Il termine son message avec une « quenelle » devant un rainbow flag (on le voit par ailleurs poser avec Dieudonné).

13247945_1615959052058511_6304583481877891630_o

En fin de journée, le drapeau était à nouveau hissé, comme a pu le constater Vincent Boileau-Autin

Tous nos articles sur Montpellier