Il faut un certain courage pour éditer un magazine gay au Bangladesh, un pays où l’homosexualité est encore réprimée. Ce courage, Xhulaz Mannan, éditeur de Roopbaan, l’a payé de sa vie. Il a été assassiné à coup de couteau chez lui lundi 25 avril par plusieurs assaillants, devant sa propre mère. Un ami à lui, Tanay Mojumdar, présent sur les lieux a également été tué.  Selon le site Dhaka Tribune, les agresseurs étaient 5 ou 6 et se sont présentés en prétextant avoir un colis pour Mannan.

Toujours selon le Dhaka Tribune, Al Qaeda pour le Sous-continent Indien a revendiqué les meurtres. «Ils travaillaient jour et nuit à la promotion de l’homosexualité parmi les gens de ce pays, avec l’aide de leurs maîtres, les croisés américains et leurs alliés indiens», dit le communiqué des terroristes. Les enquêteurs affirment n’exclure aucune autre piste.

Dans un communiqué Amnesty International dénonce le manque de protection des militants dans le pays: «L’assassinat brutal aujourd’hui de l’éditeur d’une publication LGBTI et de son ami, quelques jours après le meurtre d’un professeur d’université, souligne le manque scandaleux de protection pour une partie des militants pacifiques de ce pays.», déclare Champa Patel, directeur d’Amnesty International’s Asie du Sud. D’autant que ces meurtres sont loin d’être isolés:

«Ce mois-ci, on compte quatre assassinats. Il est choquant que personne n’ait eu à rendre des  comptes sur ces horribles attaques et qu’aucune protection n’ait été octroyées à des membres de la société civiles qui étaient menacés. Les autorités bengalaises ont une responsabilité légale à protéger et à respecter le droit de vivre (…) Les autorités doivent condamner ces meurtres, ce qu’elles n’ont pas encore fait jusqu’ici.»

Le magazine gay Têtu avait publié un reportage sur l’équipe du magazine Roopbaan (numéro 206 – janvier 2015). Xhulaz Mannan et les autres se savaient menacés, mais assumaient les risques.

«Depuis tout petit, je me comportais différemment. Mes parents l’ont accepté. Aujourd’hui, quand je donne des fêtes, ils sont présents, ce qui ici est incroyable. Je n’ai qu’une vie et je refuse de la scinder en deux au nom des bonnes mœurs. Je suis tel que je suis et c’est tout.», confiait alors l’éditeur.

L’artiste Xecon Uddin, installé en France le connaissait depuis 2003. «Il était  très actif, bon organisateur. Il nous a aidés à de nombreux événements organisés pour la communauté LGBT à Dacca. C’était quelqu’un de très sympathique. », se souvient-il.

En France, l’association des journalistes LGBT a adressé ses pensées et sa solidarité pour les LGBT, les journalistes et les proches des victimes.

Roopbaan avait été lancé en 2014. Xhulaz Mannan organisait également le Rainbow rally, un événement destiné à célébrer la fierté d’être lesbienne, gay, bi ou trans au Bangladesh.

Xhulaz Mannan avait 35 ans.