Le musée Tate Britain, une des plus importantes collections d’art au monde, devient queer. En 2017, pour marquer les cinquante ans de la dépénalisation de l’homosexualité, ce musée va présenter l’histoire du queer art en Grande-Bretagne, de 1861, année de l’abolition de la peine de mort pour sodomie à 1967, où l’homosexualité a été totalement décriminalisée.

Cette exposition va inclure des œuvres de David Hockney, John Singer Sargent, Francis Bacon, Dora Carrington, Ethel Sands et Keith Vaughan

Pour la commissaire de l’exposition, Clare Barlow, interviewée par The Guardian, «il y aura un peu de douleur et de désespoir dans cette exposition, mais aussi beaucoup de moments plus calmes et de très beaux moments.»

Si le musée a choisi le terme queer dans le titre de l’exposition (Queer British Art), c’est en partie pour s’inspirer du réalisateur gay Derek Jarman. «Le mot queer met en lumière tout un tas de différentes possibilités», assure Clare Brown.

L’exposition ne va pas seulement dire que les artistes gays ont seulement créé des œuvres qui reflètent leur désir pour le même sexe, mais elle va montrer des travaux engagés sur ces questions.

Des œuvres très personnelles et intimes seront présentées à côté d’œuvres destinées à un plus large public. Ensemble, selon le communiqué du musée, «ces œuvres révèlent un éventail remarquable d’identités et d’histoires, du ludique au politique et de l’érotique au privé.»

L’exposition aura lieu du 5 avril au 1er octobre 2017.