Nous avons adoré Prince, au début de sa carrière. Nous avons aussi fait la moue sur le tournant qu’il a pris à un certain moment et sur certaines déclarations pas franchement gay-friendly.

Le début de la carrière de Prince, à la fin des années 70, est marquée par des chansons où la sexualité explose, à l’inverse d’un Michael Jackson chaste auquel le génie de Minneapolis est souvent comparé. Le funk sensuel, suave et aussi électrisant de Prince s’accompagne de lyrics explicites.

À la fin des années 70, il n’hésite pas, comme un Bowie dix ans plus tôt, à cultiver cette image ambigue, entre androgynie et icône gay. La pochette de son deuxième album, intitulé simplement Prince, le montre les cheveux longs, le torse dénudé, et détail qui fait mouche, la photo dévoile presque un téton…

prince

En 1980, il chante dans Controversy de l’album du même nom: «Am I black or white? Am I straight or gay? Controversy» (Suis-je Noir ou Blanc? Suis-je hétéro ou gay? Controverse). Sa carrière est définitivement lancée. Sa réputation aussi.

 

https://www.youtube.com/watch?v=O6aYbWhzBXU

Dans Kiss, en 1986, extrait de l’album Parade, la référence à Dynasty, soap hyper populaire chez les gays, est perçue comme un clin d’œil à la communauté homo.

https://www.youtube.com/watch?v=MfxhRy-iFqs

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Prince Kiss (vidéo)

En 1988, pour l’album lovesexy, il est totalement nu dans un décor floral et prend une pose très alanguie. Une photo signée Jean-Baptiste Mondino, à qui on doit entre autres de nombreuses couvertures de TÊTU.

 

prince lovesexy

Durant toutes les années 80, les titres de Prince font merveille dans les clubs. Comme l’analyse Chris Molanphy sur Slate, la musique de Prince a beaucoup influencé les artistes pop et funk, de Janet Jackson aux Bangles.

Prince représentait aussi une fluidité dans le genre et la sexualité en phase avec son époque. C’est aussi durant cette période qu’il travaille avec Wendy&Lisa (pour Wendy Melvoin and Lisa Coleman), deux artistes lesbiennes (mais pas out à l’époque) qui faisaient partie de son groupe The Revolution. Elles seront présente lors de la remise de l’Oscar de la meilleure musique pour la BO de Purple Rain, le film de Prince daté de 1984.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Prince wins original score

Il y a quelques années, dans Out Magazine, Liza avait déclaré: «Il est petit et efféminé. Mais il n’est absolument pas gay. Il est comme une lesbienne chic.» Pourtant, en 2013, dans le titre Da Bourgeoisie, Prince évoquait avec dégoût une relation lesbienne, comme Yagg le relatait.

Prince devient officiellement Témoin de Jéhovah et il fait en 2008 cette déclaration surprenante au New Yorker:  «Dieu est venu sur Terre et a vu des gens la mettre n’importe où et faire n’importe quoi avec. Et il a détruit tout ça. Il a pensé: Assez!»

Comme le souligne le site Thump, Prince était tout à la fois un héros LGBTQ et un cauchemar.

L’immense artiste, qui a influencé des générations de musiciens et de performers, serait  à l’image de cette Amérique de tous les possibles dans les années 70 et 80, devenue plus puritaine et obsédée par Dieu dans les années 2000. Restent les sublimes chansons et cette incroyable énergie que dégageait Prince, mort jeudi 21 avril à l’âge de 57 ans.