Des militants LGBT menacent de boycotter la Gay Pride de Tel Aviv, en Israël, le 3 juin prochain, rapporte le site i24news. Ils reprochent au gouvernement de bloquer toute avancée sur l’égalité des droits et la lutte contre les LGBT-phobies et d’investir dans le même temps environ 3 millions d’euros pour faire venir les touristes LGBT.

Selon i24news, les militants de l’association Aguda ont publié un communiqué dans lequel ils expriment leur mécontentement:  «un meurtrier était présent à la parade de Jérusalem, plusieurs projets de loi n’ont pas réussi à passer le comité ministériel et le plénum, ​​sans compter la violence et l’incitation de la part des membres de la Knesset», dénonce l’association avant d’ajouter:

«Cette année, le gouvernement a l’intention de profiter de notre manifestation pour montrer au monde à quel point il est tolérant envers la communauté homosexuelle. Il y a un « fossé ridicule » entre le financement du tourisme et les demandes de législation et des budgets de la communauté qui sont « scandaleux ».»

Lorsque nous l’avions interviewé en 2014, l’ancien député israélien Nitzan Horowitz pointait lui aussi du doigt le double discours du gouvernement de Benyamin Nethanyaou sur le sujet: «À l’étranger, pour montrer qu’Israël est un pays libéral et tolérant – ce qui est vrai en partie –, [Nethanyaou] parle de la situation de la communauté LGBT dans le pays, qui est bien meilleure que dans les pays voisins. Mais en Israël, quand nous, nous proposons des projets de lois, toutes sortes de démarches administratives ou de choses pour améliorer nos vies, il fait obstacle. »

L’investissement du ministère du tourisme vise à renforcer l’attrait de la ville auprès des touristes gays, auprès de qui la destination est déjà très populaire. Selon le site Ynet qui cite une source ministérielle: «Depuis qu’on a commencé à promouvoir Tel Aviv comme une ville libérale il y a environ 10 ans, le tourisme a connu une progression de plusieurs centaines de pourcents», précisant que le «tourisme LGBT est moins soumis que d’autres aux facteurs liés à l’économie ou la sécurité».

La mairie de Tel Aviv a fait savoir que le défilé aurait bien lieu.

Tous nos articles sur Israël