A la une, Égalité des droits, Gay Pride | 15.04.2016 - 13 h 06 | 12 COMMENTAIRES
  • droits des trans'
  • euro 2016
  • marche des fiertés 2016

Le mot d’ordre (à rallonge) de la Marche des Fiertés 2016 enfin dévoilé

Publié par
À Paris, l'accent est mis cette année, dernière Marche avant la présidentielle de 2017, sur les revendications de la communauté trans: «Les droits des personnes trans sont une urgence. Stérilisations forcées, Agressions, Précarité: Stop»

Marche des fiertés Paris 2015. - Photo : Xavier Héraud

Conformément à ce que les participant.e.s aux réunions de préparation avaient laissé entendre auprès de Yagg, c'est bien un mot d'ordre portant les droits des personnes trans qui a été choisi pour porter les revendications de la Marche des Fiertés parisienne de cette année:

«Les droits des personnes trans sont une urgence. Stérilisations forcées, Agressions, Précarité: Stop».

Un slogan pour dénoncer «l’inaction de la classe politique face aux graves atteintes aux droits fondamentaux dont sont victimes les personnes trans» explique l'Inter-LGBT dans un communiqué ce matin.

«La dernière année du quinquennat ne peut pas et ne doit pas être une année de renoncement mais, au contraire, une année pour l’engagement en faveur des droits humains respectueux de tou-te-s», insistent les porte-paroles Amandine Miguel et Clémence Zamora-Cruz. «Nous sommes indigné-e-s que le gouvernement et le législateur laissent, en l’absence de loi, des tribunaux obliger les personnes trans à subir une opération de stérilisation pour changer d’état civil et obtenir des papiers conformes à leur genre.

«Or, sans ces papiers, le droit de vote, la liberté de voyager, l’obtention d’un travail, d’un logement ou bien même le retrait d’un simple recommandé deviennent des actes complexes, pour lesquels la personne se voit obliger de dévoiler sa vie privée et s’expose à de nombreuses discriminations et voit ses conditions de vie devenir de plus en plus précaires.»

«Nous sommes indigné-e-s qu’alors que 85% des personnes trans* aient déjà dû faire face à des actes transphobes*, à des refus de soins, à des insultes, du harcèlement, des coups et que 97% aient renoncé à porter plainte, aucun plan pour lutter contre la transphobie, ou même pour quantifier durablement cette violence n’ai été mis en place. Au contraire, les quelques initiatives pour sensibiliser aux questions de genre, comme les ABCD de l’égalité, ont été finalement abandonnées. Nous sommes indigné-e-s que ni l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) à toutes les femmes, ni une réforme de la filiation permettant d’établir dès la naissance les liens d’un enfant avec tous ses parents n’ait pas été mise en place.»

Après Le Parcours, film officiel de la Marche des Fiertés (dont le contenu et la portée ont été somme toute assez contestés), et le mot d'ordre, ne manque plus que l'affiche de la Marche des Fiertés. Repoussée d'une semaine en raison de l'Euro 2016, l'événement aura lieu le 2 juillet, au départ du boulevard Montparnasse.

*Enquête sur la transphobie, Arnaud Alessandrin & Karine Espineira, 2014

Print This Post
Photo du profil de Maëlle Le Corre
Publié par
Journaliste de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (12)
  • Par Pelle Svanslös 15 Avr 2016 - 13 H 59
    Photo du profil de

    Excellent mot d’ordre.
    J’aime beaucoup l’affiche de Lyon, très bonne idée d’avoir inclus Barbarin et Wauquiez (même si j’aurais préféré des caricatures plus ressemblantes).

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Damia 15 Avr 2016 - 16 H 08
    Photo du profil de Damia

    C’est une très bonne chose 🙂
    Et comme la Fédération-LGBT aura un mot d’ordre identique dans l’idée, ça va lui donner encore plus de force !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 15 Avr 2016 - 17 H 10
    Photo du profil de luc

    très bien

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Gaystronome 15 Avr 2016 - 19 H 33
    Photo du profil de Gaystronome

    C’est clair, c’est propre, c’est juste : on y sera.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par EmmaDucart 15 Avr 2016 - 21 H 39
    Photo du profil de EmmaDucart

    Très bon mot d’ordre ! Le 2 juillet, nous serons là !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par callonme 15 Avr 2016 - 23 H 24
    Photo du profil de

    Parfaitement d’accord avec le mot d’ordre. Pas d’accord avec la présence du Strass qui soutient les propos homophobes de la star du PIR. Il faudrait une action comme celle contre Gaylib contre ces opportunistes homophobes.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Transcontinentales 16 Avr 2016 - 8 H 10
    Photo du profil de Transcontinentales

    Ah oui… Un mot d’ordre de 2 km de long que tout le monde hors monde trans ne lira pas jusqu’au bout, c’est super-fun ! On se croirait dans les réunions Existrans avec des revendications tellement longues qu’en presque 20 Existrans, les droits des trans en sont toujours au point mort, tellement personne n’y comprend rien.

    Et vous comptez faire une banderole de la longueur de la manif’ pour tout expliquer dans le menu détail ?
    Trêve d’ironie. Un mot d’ordre qui ne tient pas sur une ligne de banderole, est juste non-viable. Le message est dilué.
    Mais bon, il semble qu’il y ait de grands spécialistes de la communication chez les T qui ont pondu ce truc.

    Signaler ce commentaire

     
    • Par plume 16 Avr 2016 - 10 H 33
      Photo du profil de plume

      Je crois que le thème à rallonge, c’est pour parvenir à ne pas sortir « CEC déclaratif », tout en pouvant exciper qu’on a tout de même dit quelque part la même chose. Cela dit, il est pertinent de souligner que les rapports sociaux ne sont généralement pas solubles dans les lois, et que même si ce CEC déclaratif est une nécessité, il ne réglera pas une partie importante et peut-être majeure des violences sociales envers les nanas transses. L’égalité ou l’inclusion civile formelle (et on l’a vu à d’autres occasions dans l’histoire) ne changent souvent pas le traitement effectif par les majorités des minorités visibles (ou qui peuvent le devenir en fonction de la pression normative).

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Transcontinentales 17 Avr 2016 - 11 H 39
      Photo du profil de Transcontinentales

      @tplume, je me pose toujours la même question au bout de cinq années et demi visible en tant que femme-trans. Pourquoi certaines d’entre nous n’ont pratiquement jamais un seul problème de reconnaissance, alors que d’autres semblent se prendre tous les coins de portes possible et imaginable ?
      A la base, quand même, on part avec le même « capital » d’ennuis, avec les mêmes difficultés à franchir.
      Alors je suis claire, les magistrats, etc, ne sont pas forcément de notre côté. Les administrations non plus. Publiques ou privées. J’ai un souvenir assez dur de difficultés avec ma banque pro, la Banque Pop. Au terme d’une lutte acharnée où j’ai fini par vraiment les démonter, et où je les ai fait plier, j’ai eu ma dose de transphobie administrative. Je sais ce qu’est la transphobie aveugle, je l’ai vécue. Mais au final, je les ai bien démontés. Evidemment, j’ai eu des arguments solides contre lesquels ils n’ont pu aller.
      Donc pour revenir à nos moutons, l’Etat a des choses à faire pour nous, c’est très clair et ça ne souffre pas de conditions. Mais d’un autre côté, certaines devraient vraiment se remettre en cause. Elles peuvent aussi être le problème.
      Perso, je mène ma barque depuis des années, et je ne rencontre qu’extrêmement rarement des soucis avec cette « majorité ». Je ne suis pas non plus constamment en train de leur jeter à la figure ma différence transidentitaire. On veut être avec tout le monde, ben on fait comme tout le monde. OK, on a notre faiblesse transidentitaire à gérer, mais c’est bien souvent trop vite oublier que les gens en face de nous peuvent aussi vivre de graves problèmes, tout aussi durs à vivre que nous notre transidentité dans une société qui a une vue déformée de qui nous sommes.
      Donc, se remettre en question, c’est bien utile aussi. Et cela n’affranchit pas l’Etat de se défausser. Il est temps que le CEC soit simplifié. C’est la base de tout. C’est la base de la fin de bien des discriminations.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Dominique Menezkaer 16 Avr 2016 - 8 H 11
    Photo du profil de Dominique Menezkaer

    Attention au parisianisme du titre !! il manque « de Paris ». A Rennes aussi nous avons une Marche des Fiertés » (c’est le 4 juin).

    C’est le genre de détail qui peut être « agaçant »….

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Manuel Atréide 18 Avr 2016 - 0 H 38
    Photo du profil de Manuel Atréide

    Un peu long, très déclaratif mais il a l’immense mérite d’exister, enfin. L’Inter-LGBT a toujours ses problèmes récurrents de communication mais sur le fond je suis très enthousiaste à l’idée de défiler derrière un tel slogan.
    Il était temps qu’on s’intéresse sérieusement au T de l’Inter. Malheureusement, vu le gouvernement actuel, je crains qu’on ne doive réitérer l’opération quelques années encore.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 18 Avr 2016 - 9 H 31
    Photo du profil de Phil86

    Perso, je ne vois rien à redire contre ce mot d’ordre. Certes il est plus long que d’habitude, et alors ? il dit ce qu’il y a à dire : 1/ que les droits des trans sont une urgence et 2/ il explique pourquoi. Au contraire, je trouve qu’il est adapté aux personnes qui ne connaissent pas bien les problématiques de la question trans.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.