LA BOÎTE DE LA SEMAINE
Greg Louganis va enfin être représenté sur des boîtes de céréales Wheaties, dont le slogan est «Le petit-déjeuner des champions». Une fan avait lancé une pétition pour que le plongeur américain, quadruple médaillé d’or olympique à Los Angeles (1984) et Séoul (1988), rejoigne la cohorte d’athlètes dont l’image figure sur les boîtes, comme c’est la tradition aux États-Unis pour les champion.ne.s olympiques. Elle a recueilli plus de 43.000 signatures.

En septembre 2015, Greg Louganis racontait à The Huffington Post que dans les années 1980, le chargé de communication de General Mills, la société qui produit les Wheaties, lui avait répondu que la question de le voir sur une boîte ne s’était pas posée «parce qu’ils pensaient que je ne partageais pas les mêmes valeurs familiales qu’eux». Il expliquait également que «General Mills montre depuis plusieurs années son soutien à la communauté LGBT. L’entreprise a un programme interne de diversité appelé Betty’s Family LGBT, et elle soutient ouvertement l’Equality Act, qui vise à étendre les protections de droits civils existantes pour inclure des mesures contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.»

Greg Louganis sera donc sur les Wheaties à partir du mois de mai et pendant tout l’été. La nageuse Janet Evans, ancienne détentrice du record du monde du 400 mètres nage libre, et le double champion olympique du 400 mètres haies Edwin Moses auront également cet honneur.

LA CAMPAGNE DE LA SEMAINE
L’équipe nationale de football du Mexique a lancé une campagne contre les discriminations baptisée «Enlaçons-nous pour le football». Les joueurs appellent les fans à être inclusifs/ves et à en finir avec les insultes discriminantes et homophobes.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Abrazados por el fútbol

Le Mexique est l’un des cinq pays qui ont été sanctionnés en janvier dernier par la Fédération internationale de football (FIFA) «en raison du comportement antisportif de supporters ayant entonné des chants insultants et discriminatoires durant les éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA 2018™»

Officiellement, la campagne cible essentiellement le racisme, mais selon le site américain Fusion, un employé de la Fédération mexicaine de football aurait confirmé qu’elle a en réalité comme objectif de mettre fin à l’emploi du terme homophobe «puto» dans les chants des supporters.

L’AFFAIRE DE LA SEMAINE
C’est presque un classique américain: un.e athlète commet une infraction et préfère l’annoncer directement en présentant des excuses. Le week-end dernier, l’ancienne attaquante de l’équipe de football des États-Unis, Abby Wambach, également championne olympique et du monde, a été arrêtée après avoir brulé un feu.

«La nuit dernière, j’ai été arrêtée pour conduite en état d’ivresse à Portland après avoir dîné chez un.e ami.e, a annoncé la footballeuse, qui a pris sa retraite fin 2015. Ceux et celles qui me connaissent savent que j’ai toujours, pour moi, exigé l’excellence. Je me suis déçue et les autres avec moi. J’assume la responsabilité de mes actions, je suis entièrement responsable. Je promets que je ferai tout pour que mon horrible erreur ne se reproduise jamais. Je présente des excuses à ma famille, mes ami.e.s, mes fans et à ceux et celles qui cherchent à suivre un meilleur exemple».

Last night I was arrested for DUII in Portland after dinner at a friend's house. Those that know me, know that I have…

Posté par Abby Wambach sur dimanche 3 avril 2016

Au lendemain de l’arrestation, l’ancienne attaquante, meilleure buteuse de tous les temps en équipe nationale (184 buts), a perdu le partenariat de la marque automobile Mini. Dans un communiqué, la marque automobile a indiqué que «ce comportement est contraire aux valeurs que nous défendons, et la sécurité de chacun sur la route est une priorité pour Mini». La marque a annoncé retirer toutes les publicités où Abby Wambach apparait seule.

Invitée, mardi 5 avril, de l’Université du Kentucky, Abby Wambach s’est exprimée sur cette histoire, autant que possible puisqu’une enquête est en cours, a-t-elle expliqué, promettant d’être entièrement transparente dès qu’elle y serait autorisée. Devant les étudiant.e.s, elle s’est déclarée «embarrassée et honteuse», rapporte le Lexington Herald-Leader, désolée de l’impact qu’a son arrestation non seulement sur ses ami.e.s et sa famille mais aussi sur ses fans. Mais, a-t-elle souligné, «tout ce qui m’est arrivé de mieux dans la vie a découlé de mes plus grosses erreurs». Elle a également encouragé les étudiant.e.s à être elles/eux-mêmes et à faire preuve de bonté et de compassion. «Trop souvent, on a tendance à frapper quelqu’un qui est déjà à terre au lieu de l’aider à se relever. Quand on aide les gens, cela finit toujours pas être récompensé.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Soccer star Abby Wambach reflects on recent arrest

La footballeuse a remercié le public pour son affection:

Thank you to @uksab for hosting me tonight. It was great to feel the love

Une photo publiée par @abbywambach le

LE DON DE LA SEMAINE
Quelques jours auparavant, Abby Wambach et sa consœur Megan Rapinoe, elle aussi ouvertement lesbienne, ont fait savoir qu’elles légueraient leurs cerveaux à la médecine pour permettre de faire des recherches sur les commotions cérébrales à répétition dans le football, à l’instar de Brandi Chastain, double championne du monde de football (1991 et 1999) et double championne olympique (1996 et 2004).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Lantern TV Extended Interview: Abby Wambach & Megan Rapinoe

LA PLAINTE DE LA SEMAINE
Cinq joueuses de l’équipe féminine américaine de football – Hope Solo, Alex Morgan, Megan Rapinoe et les deux co-capitaines Carli Lloyd et Becky Sauerbrunn, soutenues par toute l’équipe, ont décidé, jeudi 31 mars, de poursuivre en justice la fédération américaine pour discrimination salariale.

Today I am very proud to stand with my teammates on the @ussoccer_wnt and file a complaint with the Equal Employment Opportunity Commission against the US Soccer Federation. We are fighting for our equal pay, equal treatment, and equal RESPECT for the same work. We WILL leave this game in a better place than we found it and we will NEVER stop fighting to ensure this happens. The Women's National team has earned incredible success over the years. With that has come a powerful platform for our collective voice. We have a responsibility to be the leading voice on this issue. We have an entire generation following us to look after, a generation that doesn't yet have a voice. We appreciate all of your support going forward as we lean into this historic fight.

Une photo publiée par Megan Rapinoe (@mrapinoe) le

«Les chiffres parlent d’eux-mêmes, a expliqué Hope Solo, gardienne vedette de la formation. Nous sommes les meilleures du monde, avons gagné trois titres de championnes du monde et quatre titres olympiques». Les hommes dont la meilleure performance récente est un quart de finale en Coupe du Monde en 2002, «sont mieux payés pour juste se montrer que nous sommes payées à gagner des championnats majeurs».

Les graphiques de démonstration proposés par The New York Times sont édifiants: une victoire en Coupe du monde et les joueuses touchent 75.000 dollars quand, en cas de succès en finale, les hommes en toucheraient 390.625. Pour une victoire en match d’exhibition, les footballeurs reçoivent 13.166 dollars et les footballeuses 4.950 dollars. Si l’équipe masculine perd les 20 matches amicaux qu’elle doit disputer sur une année, les joueurs toucheront 100.000 dollars. Si l’équipe féminine remporte ces 20 matches amicaux, les joueuses toucheront 99.000 dollars.

Les footballeuses ont notamment trouvé le soutien d’Hillary Clinton, actuellement en campagne pour l’investiture démocrate pour l’élection à la présidence des États-Unis:

L’ÉCRAN NOIR DE LA SEMAINE
Deux clubs français – Villeneuve-d’Ascq et Bourges – s’affrontaient mercredi 6 avril en match aller de la finale de l’Eurocoupe féminine de basket (Bourges l’a emporté 51-40, match retour mercredi prochain). Mais pas de retransmission nationale pour cet événement pourtant remarquable. Ce qui a franchement agacé Céline Dumerc, meneuse de jeu de Bourges et de l’équipe de France:

Pourtant, comme le souligne Les Nouvelles News, le président du CSA, Olivier Shrameck, insistait pourtant lors du lancement des «4 saisons du sport féminin» sur un principe simple: «La médiatisation nourrit naturellement un cercle vertueux».

LES RÉACTIONS DE LA SEMAINE
Le patineur Johnny Weir et la championne de tennis Martina Navratilova, tous deux athlètes out, aujourd’hui retraité.e.s, ont réagi au vote, dans le Mississippi, d’une loi discriminante envers les personnes LGBT.

L’ancien basketteur Jason Collins a, lui, retweeté, l’organisation LGBT Human Rights Campaign (HRC):

LES TATOUAGES DE LA SEMAINE
Toujours blessée à la cheville, la handballeuse Alexandra Lacrabère, qui a fait son coming-out fin 2011, poursuit sa convalescence.

LES PLANCHES DE LA SEMAINE
Au Bangladesh, des jeunes femmes pratiquent le surf entre transgression des cultures, performance et plaisir. L’article du Los Angeles Times est illustré de magnifiques photos.

L’INVENTION DE LA SEMAINE
Comment rendre l’escrime encore plus spectaculaire. Une époustouflante invention d’une entreprise japonaise en réalité augmentée.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez Yuki Ota Fencing Visualized Project – MORE ENJOY FENCING