Celles et ceux qui se souviennent des débats sur le pacs se rappellent sans doute des échanges violents entre Irène Théry et les intellectuels qui défendaient le texte, comme Eric Fassin ou Daniel Borrillo. A l’époque la sociologue s’opposait en termes durs à une éventuelle ouverture du mariage pour les couples de même sexe, allant même jusqu’à reprendre à son compte la fameuse expression de «conception bouchère de la filiation» du psychanalyste réactionnaire Pierre Legendre.

Les années ont passé, le mariage est devenu une revendication des couples gays et des couples lesbiens et Irène Théry a dépassé ses réserves initiales pour s’y rallier. Lors des débats du mariage pour tous, elle a été auditionnée à plusieurs reprises, a publié de nombreuses tribunes, fait le tour des plateaux télé et des radios pour défendre le texte et même proposer qu’il aille plus loin (elle est favorable à l’ouverture de la PMA pour les couples de femmes et à la GPA).

Voilà pour le contexte nécessaire à connaître lorsqu’on visionne le formidable documentaire La Sociologue et l’ourson.

DIRECT, LUDIQUE ET EMOUVANT
Le film raconte les débats autour du mariage pour tous en s’appuyant sur l’expérience et les explications d’Irène Théry. Les réalisateurs, Mathias Théry (fils de la sociologue) et Etienne Chaillou ont eu une idée lumineuse pour illustrer leur propos: ils ont alterné des images documentaires classiques avec des séquences de marionnettes (Lire leur interview:  «C’est contre l’avis d’Irène Théry que nous l’avons choisie comme personnage principal» ). Alors qu’un documentaire sur le mariage pour tous vu par une sociologue pourrait vite devenir déprimant ou trop technique, le procédé permet d’aborder le sujet d’une manière directe et ludique. Emouvante aussi, à l’image de la « séquence des grand-mères » où pour illustrer l’évolution de la perception du mariage dans la société, Irène Théry prend pour exemple sa propre famille.

Résultat, un film finalement très pédagogique sur le mariage pour tous, qui donne à comprendre avec des mots simples les enjeux qui ont secoué la société pendant ces longs mois. Lors de notre avant-première, Irène Théry elle-même a rendu hommage à ce travail de vulgarisation de sa pensée, en regrettant de ne jamais parler aussi clairement d’habitude. D’aucuns suggèrent même que le film soit montré dans les écoles. Bonne idée.