A la une, Ciné, Culture & Loisirs, Plus | 06.04.2016 - 11 h 34 | 8 COMMENTAIRES

Contenu Yagg +

  • Etienne Chaillou
  • Irène Théry
  • la sociologue et l'ourson
  • Mathias Théry

En salles aujourd’hui: «La Sociologue et l’ourson» ou le mariage pour tous et les marionnettes

Publié par
«La sociologue et l'ourson» sort en salles aujourd'hui mercredi 6 avril. Notre critique.

Celles et ceux qui se souviennent des débats sur le pacs se rappellent sans doute des échanges violents entre Irène Théry et les intellectuels qui défendaient le texte, comme Eric Fassin ou Daniel Borrillo. A l'époque la sociologue s'opposait en termes durs à une éventuelle ouverture du mariage pour les couples de même sexe, allant même jusqu'à reprendre à son compte la fameuse expression de «conception bouchère de la filiation» du psychanalyste réactionnaire Pierre Legendre.

Les années ont passé, le mariage est devenu une revendication des couples gays et des couples lesbiens et Irène Théry a dépassé ses réserves initiales pour s'y rallier. Lors des débats du mariage pour tous, elle a été auditionnée à plusieurs reprises, a publié de nombreuses tribunes, fait le tour des plateaux télé et des radios pour défendre le texte et même proposer qu'il aille plus loin (elle est favorable à l'ouverture de la PMA pour les couples de femmes et à la GPA).

Voilà pour le contexte nécessaire à connaître lorsqu'on visionne le formidable documentaire La Sociologue et l'ourson.


Pour lire la suite de l'article, vous devez être abonné.e


Je me connecte ou Je m'abonne
Print This Post
Photo du profil de Xavier Héraud
Publié par
Co-fondateur de Yagg. Rédacteur en chef. Photo. Comédies musicales. Harvey Fierstein. These are a few of my favorite things.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (8)
  • Par cindyfab 06 Avr 2016 - 12 H 19
    Photo du profil de cindyfab

    Irène Théry trouvait en fait que le PACS n’ouvrait PAS ASSEZ DE DROITS aux LGBT… et on est bien d’accord avec elle.

    Le film est… une TOTALE RÉUSSITE, pourtant je n’avais pas envie d’entendre reparler de ces manifs de la haine pour tous. Le film réussit à montrer cette réalité, montrer comment on a réussi à avoir le mariage pour tous en se mobilisant, tout en nous faisant sourire, rire (pleurer parfois un peu). On en ressort avec la pêche ! A voir, à conseiller… et si vous avez des amis, de la famille pas encore convaincus par le bien fondé de la loi Taubira : ce film est fait pour eux.

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Pelle Svanslös 06 Avr 2016 - 12 H 54
      Photo du profil de

      @cindyfab
      Pareil, a priori pas envie de ressasser tout ça. Je me demande si ce film va trouver un public. Toutefois, si tu dis qu’on en ressort avec la pêche …

      Signaler ce commentaire

       
  • Par helene 06 Avr 2016 - 17 H 42
    Photo du profil de helene

    Mme Théry n’est certainement pas un diable, mais pas une sainte non plus.Pourquoi ne pas avoir parlé de son altercation avec le militant gay Eribon?

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Xavier Héraud 07 Avr 2016 - 11 H 02
      Photo du profil de Xavier Héraud

      La personne que tu mentionnes nous a demandé de ne plus écrire son nom, car, je cite, cela le « salirait ». Je suis très heureux de respecter son souhait 😉

      Signaler ce commentaire

       
  • Par boris322 07 Avr 2016 - 11 H 34
    Photo du profil de boris322

    On peut néanmoins se faire sa propre opinion en lisant ce qu’il écrivait en 2013 au sujet de FRIGIDE THERY / IRÈNE BARJOT…
    http://didiereribon.blogspot.fr/2013/04/pour-en-finir-avec-la-sequence.html

    Signaler ce commentaire

     
  • Par plume 07 Avr 2016 - 11 H 50
    Photo du profil de plume

    hé hé… J’ai l’impression que nos milieux sont tellement attachés à des visions fixistes du social et de l’intellectuel que l’éventualité de changer d’avis est vue comme aussi impossible et suspecte que de changer on va dire sommairement d’identité. Une vraie trouille mêlée de hargne. « Toujours déjà été et pour toujours » – la recette même pourtant de ceux que nous sommes censées (?) combattre… D’où l’incroyable recours, quand on change, à la phraséologie nietzschéenne (!) du « devenir ce que l’on est », histoire que la morale, l’essence et l’éternité soient sauves. Jamais de nouveau, pas d’écart vers ce qui n’aurait pas déjà préexisté (sans quoi ce ne serait pas « vrai », pas légitime quoi) – le fond idéologique des positions subjectivistes actuelles me fait froid dans le dos.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par helene 07 Avr 2016 - 15 H 51
    Photo du profil de helene

    Tout le monde sait que Didier est excessif (les gays et trans non excessifs quelle tristesse). J’ai demandé son avis à Didier, voici sa réponse.: « Helene Hazera Oh si, je reçois beaucoup de messages qui me demandent de dénoncer cette écœurante imposture. Mais je l’ai déjà fait… Et « panthéonisation » est un mot qui ne convient pas. Je vois que c’est son fils qui a fait un film (qui semble particulièrement ridicule) pour essayer de faire croire, en contractant le temps sur la seule année 2013, que c’est elle l’intellectuelle qui a accompagné la lutte pour les droits des couples de même sexe et des familles homoparentales, et faire ainsi oublier que pendant 20 ans elle les a combattus dans des termes insultants et avec un acharnement ahurissant – et un soutien médiatique, politique et universitaire tout aussi ahurissant. C’est le signe qu’un mouvement social a réussi : cela fait changer les évidences, et comme elle ne peut plus s’appuyer sur « l’évidence » – le bon sens disait-elle – que l’homoparenté est impossible et même impensable, elle est obligée de courir partout pour dire qu’elle a « changé », et comme elle dispose de nombreux réseaux (et pouvoirs) politico-académico-médiatiques, elle les mobilise pour s’attribuer le résultat des luttes menées par des associations, des militants, des chercheurs, des intellectuels, etc. qu’elle dénonçait comme des « ayatollahs de l’égalité qui veulent effacer toute différence dans le droit ». Et comme ceux qui l’ont soutenue quand elle essayait d’empêcher que ça advienne ont intérêt à faire oublier leur propre rôle négatif et réactionnaire dans cette histoire, ils la soutiennent désormais pour dire tous ensemble qu’en fait ils ont toujours été « pour ». Le Parti socialiste joue un rôle très trouble là-dedans. Elisabteh Guigou, la ministre de la Justice à la fin des années 1990 citait Théry pour dire que le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe… ça mettrait en question les fondements mêmes de la civilisation… Le PS tente aujourd’hui de faire oublier sa propre histoire, en effaçant pour cela l’histoire réelle des associations qui s’indignaient de ses discours et de ses pratiques réactionnaires. Relis le livre de Borrillo et Lascoumes : les citations sont édifiantes. Ne parlons donc pas de panthéonisation de la « sociologue ». Disons plutôt « peluchisation » et « clownisation ». Mais ne t’inquiète pas, contre cette « peluchisation » de l’histoire, il va se trouver des historiens pour raconter sérieusement et véridiquement l’histoire de ces mobilisations ».

    Signaler ce commentaire

     
  • Par bouard52 08 Avr 2016 - 14 H 21
    Photo du profil de bouard52

    J’ai beaucoup aimé le film, et j’aime énormément les écrits de Didier Eribon. Je me trouve donc bien embêtée sur tout ça. J’estime qu’on a le droit de changer d’avis, c’est même un des éléments intéressants du film (autour de la GPA en particulier). Mais je peux comprendre l’amertume de Didier Eribon, si Irène Théry a effectivement prononcé des horreurs (je me souvenais de positions assez réacs, à ce moment-là, mais j’étais encore jeune et peu au fait des débats sur la question. Après avoir vu le film, je me suis dit que je m’étais trompée). C’est un peu comme si H. Mariton défendait l’adoption pour tous et la PMA dans 20 ans. Lui pardonnerions-nous pour autant les injures et le mépris et l’humiliation qu’il nous a fait vivre il y a 4 ans ? J’aurais bien du mal, je dois avouer…

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.