Une «grande proportion» de médecins de certains États membres de l’Union Européenne considère l’homosexualité comme une maladie, selon un rapport publié par l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA). Plusieurs pays sont ainsi montrés du doigt: la Bulgarie, la Hongrie, l’Italie, la Lettonie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie.

VISION NÉGATIVE
Cette vision négative vis-à-vis des lesbiennes, des gays, des bisexuels, et des transsexuels (LGBT) dans la société qu’ont des groupes professionnels comme les médecins ou les responsables politiques «fait obstacle aux efforts pour freiner la discrimination et contrecarrer les délit motivés par les préjugés», explique l’étude. Le rapport s’appuie sur des interviews réalisées en 2013 avec plus de 1 000 fonctionnaires publics et professionnels des forces de sécurité, dans les secteurs de la santé et de l’éducation dans 19 États membres.

Nombreux sont les professionnels de la santé qui «ne sont pas conscients» des problèmes de santé spécifiques auxquels peuvent faire face les personnes LGBT. Ce «manque de conscience» est généralement lié à la discrimination dont sont victimes les personnes LGBT dans le milieu de la santé, peut-on lire dans l’étude.

Lire l’article complet sur Euractiv.fr