Depuis la décision historique de la Cour Suprême des Etats-Unis en juin 2015, la question du mariage est réglée pour les gays et les lesbiennes américain.e.s. Depuis, la bataille s’est déplacée sur un autre terrain: celui de la lutte contre les discriminations au travail, dans les services, dans la vie de tous les jours. Et le combat se déroule Etat par Etat, souvent au nom de la « liberté religieuse », qui autoriserait un citoyen lambda à refuser de servir ou à discriminer une personne parce que cela est conforme à ce qu’il pense être les préceptes de sa religion. Quelques cas ont fait la une, comme ces pâtissiers qui ont refusé de faire un gâteau de mariage pour un couple gay, ou ce photographe qui a refusé de faire des photos de mariage pour deux hommes, à chaque fois au nom de leur religion. Pour les personnes transphobes, le combat porte sur l’accès aux toilettes genrées.

Le cas le plus emblématique est celui de la Caroline du Nord. Les conservateurs y ont fait passer une loi décrite par de nombreux militants comme la loi la plus homophobe et transphobe depuis 50 ans. Le texte annule d’un coup et d’un seul tous les textes anti-discrimination de l’Etat.

LE GOUVERNEMENT OBAMA MENACE
La riposte s’organise. Le gouvernement Obama menace la Caroline du Nord de lui couper les crédits fédéraux pour les écoles ou les routes. Plus de 80 entreprises, dont Apple ou Google, font également pression sur cet Etat de l’est américain. La NBA (la ligue de Basket) menace de déplacer un match prévu l’année prochaine. Pour l’instant, le gouverneur, le Républicain Pat McCrory (photo), reste inflexible.

Le Mississippi vient d’essuyer un revers. Un juge fédéral a jugé que sa loi interdisant l’adoption aux couples homos était illégale. D’un autre côté, l’Etat envisage une loi de « liberté religieuse ». Le gouverneur de l’Etat, qui a le pouvoir de mettre un véto à la loi, n’a pas encore indiqué s’il le ferait ou non.

C’est ce qui s’est passé en Géorgie, où le gouverneur, après avoir subi d’intense pressions de la part de Disney – qui a menacé d’abandonner ses tournages sur place, a refusé de promulguer la loi de « liberté religieuse ». Cela s’était produit également en Arizona, quelques mois auparavant.

Signe que les menaces de boycott des entreprises ou des individus ne sont pas en l’air, la loi homophobe passée en 2015 aurait coûté 60 millions de dollars à l’Indiana, rapporte The Advocate.

Selon Human Rights Watch, une centaine de lois discriminatoires auraient été passées en catimini dans de nombreux Etats depuis l’ouverture du mariage au niveau fédéral.