Parmi les entrées annoncées par la Bibliothèque du Congrès américain le 23 mars dernier, l’hymne gay par excellence, I Will Survive, tube disco planétaire et qui a été chanté par des générations de drag-queens…  et d’adeptes de karaoké. Mais au fait quelles sont les caractéristiques d’un hymne gay?

En 2002, les auteurs de Queer, Simon Gage, Lisa Richards et Howard Wilmot avaient tenté de le définir. Les paroles des chansons des hymnes gays sont souvent marqués par les thèmes de la persévérance, de la force intérieure, de l’acceptation de soi, de la fierté et de l’unité, écrivent ces auteurs qui ont identifié dix éléments communs aux hymnes gays: «des divas à forte capacité vocale; des thèmes pour dépasser  les obstacles en amour; « tu n’es pas seul »; les thèmes qui encourage à laisser tomber les soucis (pour faire la fête); une estime de soi rudement gagnée; une sexualité sans honte; la recherche de l’acceptation;  le thème de l’amour qui permet de tout surmonter; et ne pas s’excuser de qui on est».

Pour la Bibliothèque du Congrès, I Will Survive est devenu un emblème pour l’émancipation des femmes et un hymne de la communauté LGBT.

D’après le magazine Popular Journal, il existe plusieurs hymnes gays. Il y a eu I’m Coming Out par Diana Ross, Dancing Queen par ABBA, Y.M.C.A. des Village People et plus récemment le Born This Way de Lady Gaga ou encore Beautiful de Christina Aguilera. Mais aucun ne semble avoir détrôné I Will Survive qui a maintenant sa place dans la prestigieuse Bibliothèque du Congrès, qui conserve une copie de très bonne qualité de la version originale pour les générations futures. Sur Yagg, nous vous proposons quinze versions marquantes de ce tube disco, écrit par Freddie Perren et Dino Fekaris, sorti en 1978 et interprété par Gloria Gaynor.

L’original, par Gloria Gaynor herself

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur  I Will Survive

La version par Aretha Franklin: elle ne pouvait pas passer à côté

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Aretha Franklin, I Will Survive

Diana Ross et RuPaul, of course!

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Diana Ross I will survive

The Pussycat Dolls s’y sont mises aussi, dans une version très personnelle

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur The Pussycat Dolls I will survive

Chantay Savage propose une version R’n’B très réussie

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Chantay Savage I Will Survive

Une des pionnières de la visibilité lesbienne dans la pop, kd lang ne pouvait pas passer à côté et livre une version énergique en 1995 au stade de Wembley

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur kdlang I will survive

En 2004, le groupe de rock alternatif CAKE clôt un concert avec une version guitare de I Will Survive

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur

Régine est restée 11 semaines en tête du Top 50 avec sa version française, Je survivrai

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Régine Je Survivrai

L’immense Celia Cruz chante une version salsa, Yo Viviré, muy caliente!

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Yo Viviré, Celia Cruz

La version punk de Me First and the Gimme Gimmes

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur I Will Survive Me First and the Gimme Gimmes

La version techno par Floorfila

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur I Will Survive, Techno

La version dans le 8e épisode de la 3e saison du feuilleton Glee

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur GLEE Survivor/I Will Survive

En 1997, reprise par le groupe Hermes House Band, elle devient l’hymne du Stade français, puis celui de l’équipe de France de football lors de la Coupe du monde de football de 1998.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Hermes House Band

En version grecque, par Filippou Nikolaos!

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Δρ Φρυόβολος Χαρούπης – Θα επιβιώσω (I will survive)

Et, last but not least, en version jazz, par Karolina Vaitkute

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur I Will Survive Karolina Vaitkute

 

i will survive