Diffusée sur les réseaux sociaux depuis deux jours, une vidéo d’une violence inouïe montre un groupe d’hommes faisant irruption dans la chambre d’un appartement où sont deux hommes. Menacés, insultés, passés à tabac, ils sont jetés dehors nus et blessés. La police les a alors interpellés. L’une des victimes a été présentée au procureur, tandis que les agresseurs n’ont pas été appréhendés par les autorités.

Une nouvelle preuve de la montée de l’homophobie dans la société marocaine. D’après le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (Mali), l’agression aurait eu lieu à Beni Mellal. Dans un communiqué, l’organisation fait part de sa solidarité envers les deux victimes et exige l’abrogation de l’article 489 du code pénal marocain, qui criminalise les relations entre personnes de même sexe.
 
L’auteur marocain ouvertement gay Abdellah Taïa a réagi à cette agression: «Jusqu’à quand cette tragédie va-t-elle se répéter encore et encore?» s’interroge-t-il, très choqué.
 

Les homosexuel(le)s marocains sont de plus en en plus en danger. Non seulement ils sont criminalisés et abandonnés par…

Posté par Abdellah Taïa sur samedi 26 mars 2016

 
Le journaliste et auteur Hicham Tahir a publié la tribune intitulée «Mon Maroc, pourquoi es-tu si homophobe?»: «Tu es le père ou la mère de ces gens. Tu es responsable d’eux. Si aujourd’hui, dans ce pays, nous en sommes arrivés là, c’est parce que nous sommes tes victimes. Nous pouvons parler de l’éducation que tu nous donnes, nous pouvons parler de toutes ces frustrations que tu nous as offertes. Nous pouvons parler d’un tas de choses que tu as faites dans le passé et dont on goûte le fruit depuis quelques années. Mais à quoi bon? Aujourd’hui, il ne faut pas être différent. Aujourd’hui, il ne fait pas bon d’être homosexuel chez toi. Aujourd’hui, on ne peut pas aimer. Aujourd’hui, même chez soi on ne se sent plus en sécurité. Ne parlons pas de tes rues.»

À Fès, en juin 2015, un homme, soupçonné d’être gay car travesti, a de la même façon été agressé par une foule. À la même période, le magazine Maroc Hebdo avait créé la polémique avec une Une intitulée «Faut-il brûler les homos?». Lire aussi le témoignage d’Eva: Menacé par un propriétaire homophobe à Casablanca, un couple de femmes franco-marocain témoigne

Retrouvez aussi tous les articles publiés dans le cadre de la journée «Abdellah Taïa, rédacteur en chef d’un jour»

Tous nos articles sur le Maroc.