Quand on a 17 ans, c’est l’histoire de deux ados qui se cherchent, dans tous les sens du terme. Au début du très beau film de Téchiné (que Yagg a présenté en avant-première), Damien et Tom passent en effet leur temps à se taper dessus. La suite… à découvrir en salles le 30 mars.

Ce n’est pas le premier film à s’intéresser à cette période si particulière de la vie, l’adolescence, moment fugace, crucial, riche en questionnements, en rêves et en possibilités. Yagg vous propose sa sélection, forcément subjective, des films sur les ados gays et lesbiennes.

À TOUT SEIGNEUR, TOUT HONNEUR
André Téchiné n’a pas attendu 2016 pour s’intéresser aux ados. Il y a 22 ans, ses Roseaux sauvages marque le public et la critique par son approche tranquille de l’homosexualité. Le film est récompensé de quatre César (Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario et Meilleur espoir féminin pour Elodie Bouchez).


Les Roseaux sauvages – Bande annonce FR par _Caprice_
 
L’AMOUR EN BANLIEUE
Beautiful Thing, film britannique sorti en 1996 en France, est tiré de la pièce éponyme. C’est la première fois que le sujet des amours adolescentes entre deux garçons est traité sur toutes les coutures. Le film vaut aussi pour sa BO, composée de chansons de Mama Cass et du groupe The Mamas and The Papas.

UNE PALME D’OR SINON RIEN…
Sortie en 2013, le film La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche, tiré du roman graphique Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, divise au sein de la communauté lesbienne. Certaines ne se retrouvent pas du tout dans sa description de la sexualité entre femmes. Les deux actrices principales Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, et une partie de l’équipe, dénoncent un tournage extrêmement difficile. Cela n’empêche pas le film d’obtenir la Palme d’or à Cannes.


La Vie d’Adèle Chapitre 1 et 2 Bande-annonce par toutlecine
 
L’AMOUR EST AVEUGLE
La bonne surprise est venue du Brésil en 2014 avec Au Premier Regard, une romance douce-amère. Leonardo, 15 ans, est aveugle, mais lorsque Gabriel rejoint sa classe, ça va être le coup de foudre.


Au Premier Regard – Bande-Annonce Officielle par Outplay
 
LE PREMIER AMOUR
«Le premier amour, c’est toujours plus fort», disait Lola (Anouk Aimé) dans le premier film de Jacques Demy en 1961. Ce n’est pas le réalisateur belge Bavo Defurme qui lui donnera tort. Son Sur le chemin des dunes , sorti en 2012, mais dont l’action est située à la fin des années 60, est gorgé d’émotions, de souvenirs, de déceptions aussi.


Sur le Chemin des Dunes – Bande-Annonce par OutplayVOD
 
L’OVNI
Une longue journée qui s’achève (The Long Day Closes) est injustement méconnu. Je l’avais découvert au Festival Chéries-Chéris, grâce à Pierre Philippe, qui voue une admiration sans borne à son réalisateur, le britannique Terence Davies. Et avec raison, tant ce film est un pur bijou. Le héros n’est pas encore un adolescent puisqu’il a 11 ans, mais il perçoit déjà qu’il est attiré par les hommes… et par le cinéma.


 
GONFLÉE!
But I’m a cheerleader est un classique signé Jamie Babbit, aussi kitsch que rigolo. Snobé par la critique à sa sortie, menacé aux Etats-Unis d’une interdiction aux moins de 17 ans, le film est devenu culte. On ne résiste pas à l’adorable couple Natasha Lyonne/Clea DuVall.


 
L’HISTOIRE VRAIE D’UN GARÇON TRANS
Tiré d’une histoire vraie, Boys Don’t Cry raconte l’histoire de Brandon, un garçon trans, et de sa relation avec Lana dans le Midwest américain des années 90. Une histoire qui connaîtra une fin violente et tragique. Pour ce rôle particulièrement intense, Hillary Swank reçoit l’Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle… masculin.


 
ON SE MOUILLE POUR ADÈLE
Pour son premier long-métrage, Naissance des Pieuvres, Céline Sciamma (Tomboy, Bande de filles) n’aborde pas de front l’homosexualité, mais filme brillamment le désir adolescent, la fascination de Marie pour Floriane et l’étrange relation toute de tensions et de non-dits qui se tisse entre les deux jeunes filles. C’est troublant et puissant, avec une Adèle Haenel déjà scotchante.


Naissance des Pieuvres par coodoo
 
MASCULIN ET FÉMININ
Avec XXY, la réalisatrice Lucía Puenzo s’intéresse à l’intersexuation à travers le personnage d’Alex, jeune intersexe, qui prend des médicaments pour supprimer l’apparition des caractères physiques masculins. Alors qu’Alex décide de ne plus prendre son traitement, ses parents s’interrogent sur l’éventualité de lui proposer une opération de réassignation. Un film d’une grande sensibilité sur un sujet peu traité au cinéma.

https://www.youtube.com/watch?v=y8osoNlTyiE