Comme le rapporte un article publié dans l’édition du Canard Enchaîné sortie hier, il semble que le sujet de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires ait réveillé le gouvernement, suite à la tribune des 130 médecins publiée dans Le Monde le 17 mars. La ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol, qui affirmait récemment ne pas vouloir s’emparer du dossier de peur de réveiller les mouvements conservateurs, aurait évoqué la nécessité «“d’inscrire la PMA à l’agenda législatif”», en la réservant exclusivement aux couples de femmes. Pascale Boistard, désormais secrétaire d’État chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, a affirmé que lier procréation et mariage ou pacs est «rétrograde», tout en déclarant que le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) doit encore rendre son avis (que l’on attend maintenant depuis son auto-saisine en janvier 2013): «“Aujourd’hui, les conditions politiques ne sont pas réunies pour ouvrir le débat. Si on veut mobiliser la gauche, à un an de la présidentielle, on doit le faire plutôt sur les questions sociales.” Par exemple, la loi El Khomri?» questionne narquoisement l’hebdomadaire satirique. Stéphane Le Foll, Thierry Braillard, ou encore Jean-Vincent Placé semblent aussi décidés à ne plus aborder ce sujet avant la fin du quinquennat. «“On ne va quand même pas exhumer maintenant cette histoire dont plus personne ne parle?”», justifie ce dernier, désormais secrétaire d’État chargé de la réforme de l’État.

À lire dans Le Canard Enchaîné du 23 mars 2016.

Tous nos articles sur la PMA.