C’est un bel article qu’a proposé le 17 mars dernier le quotidien régional Sud Ouest à travers sa rubrique «les plus de Sud Ouest» dans son édition papier: le portrait d’un jeune garçon trans prénommé Leo, résidant dans la partie espagnole du Pays Basque. Âgé de 11 ans, il a déjà droit à une page entière consacrée à sa toute jeune vie déjà bien remplie.

La journaliste rapporte que «malgré ses deux chromosomes X, l’enfant n’en démord pas depuis son plus jeune âge». Leo le sait et le fait rapidement savoir, il n’a «jamais vu son genre sous cet angle-là».

Depuis octobre 2015, Leo reçoit un traitement tous les 28 jours de Decapeptyl. «Le but de ses injections est de lui donner du temps», explique sa maman Monika, en freinant l’apparition des caractères sexuels secondaires à la puberté. Aujourd’hui le jeune trans est suivi par une grande équipe de médecins et spécialistes. Si Leo souhaite entamer la phase médicale de la transition, il pourra le faire à partir de 16 ans, pas avant. En Espagne, il s’agit de l’âge de la majorité sanitaire.

Au-delà de la partie médicale, l’article retrace la naissance de Leo, la séparation de ses parents, la nouvelle vie de sa mère Monika qui vit à présent avec une femme. On apprend aussi que le garçon, plus jeune, refusait de porter toujours les habits de sa grande soeur Nagore, deux ans de plus que lui. «Un moment, j’en ai eu marre de me battre. Je l’ai amené dans un magasin pour choisir sa garde-robe. Il m’a fait acheter des shorts, des baskets, des caleçons», témoigne sa mère.

L’article est à consulter sur Sud Ouest.