LES INSULTES DE LA SEMAINE
Au fil des années, Outsports est devenu le site référence sur tout ce qui touche au(x) sport(s) et aux personnes LGBT, notamment aux États-Unis: coming-out, homophobie, engagement des fédérations ou des clubs, relations avec les sponsors… C’est ainsi qu’en préparant le coming-out du footballeur américain Michael Sam, l’agent Howard Bragman a très vite inclus le site créé par Cyd Zeigler et Jim Buzinski dans le plan de communication. En 2007, déjà, Zeigler et Bragman avaient accompagné le basketteur John Amaechi dans sa sortie de placard.

Il est donc devenu de plus en plus courant pour Outsports de recevoir des témoignages d’athlètes LGBT. Mi-mars, Tyler Dunnington, ancien espoir de l’équipe de baseball des Cardinals de Saint Louis, a envoyé un email à Cyd Zeigler. Il y explique qu’il a quitté les Cardinals en raison des remarques homophobes de ses coéquipiers. Tyler Dunnington est gay, c’est par cet email et une interview vidéo accordée à Outsports dans la foulée et publiée en même temps qu’il a fait son coming-out. Il n’y a, pour l’heure, aucun baseballeur ouvertement homosexuel ou bisexuel en activité. En 2015, la Ligue majeure de baseball (MLB) a nommé «ambassadeur de l’inclusion» l’ancien joueur Billy Bean, qui avait fait son coming-out six ans après avoir pris sa retraite, dont le rôle est de faire évoluer les mentalités dans le baseball.

«Je suis l’un de ceux — et nous ne sommes pas si nombreux — à qui l’on a donné l’opportunité de réaliser leur rêve et de devenir joueurs en Ligue majeure de baseball, écrit Tyler Dunnington. Je suis aussi l’un des athlètes homos dans le placard qui ont la malchance de ressentir pendant des années l’homophobie dans le sport qu’ils/elles aiment. J’ai réussi la plupart du temps à ne pas prendre ces propos au pied de la lettre, mais vers la fin de ma carrière j’ai senti que cela influait sur mes relations avec les autres, mes performances et mon bien-être de façon générale.

«J’ai entendu des entraîneurs et des joueurs appeler au meurtre d’homosexuels lorsque je jouais au baseball [il se souvient en particulier d’une plaisanterie sur le meurtre de Matthew Shepard dans le Wyoming en 1998, ndlr], et chacun de ces commentaires était comme un couteau planté dans mon cœur. J’étais horriblement malheureux dans un sport qui était toute ma vie, et j’ai fini par décider de raccrocher mes crampons pour ne pas devenir fou.»

S’il en parle aujourd’hui, un peu plus d’un an après son départ, c’est parce que le baseball reste toute sa vie, raconte-t-il, et qu’il regrette de ne pas s’en être servi pour faire évoluer les choses au sein même du sport: «Démissionner n’est pas la bonne façon de traverser une épreuve, et j’admire les athlètes qui se comportent en pionnièr.e.s». Il aimerait y revenir, éventuellement à un poste administratif, car, explique-t-il, il a compris qu’il n’était pas nécessaire de quitter son sport pour être heureux.

Quelques heures après la publication de l’article d’Outsports, John Mozeliak, le directeur général des Cardinals de St Louis a envoyé un email au St. Louis Post-Dispatch, le quotidien local, et au site MLB.com affirmant que le club prenait l’affaire «très au sérieux» et avoir pris contact avec Billy Bean. «Les déclarations de Tyler Dunnington sur son expérience de joueur de baseball universitaire et de joueur de Ligue mineure en 2014 sont un exemple de l’importance du travail que nous faisons au sein de la MLB, a déclaré Billy Bean. Chaque instance de la MLB, Cardinals de St Louis inclus, soutient notre travail en faveur de l’inclusion. Nous sommes néanmoins conscient.e.s qu’il y a encore beaucoup à faire. Le souhait de Tyler de revenir au baseball montre bien que notre message d’égalité et d’acceptation est efficace.»

LES INSCRIPTIONS DE LA SEMAINE

Quatrième édition du GaySportMed, du 25 au 28 mars, à Marseille dont les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 20 mars. Course à pied (5km, 10 km) avec le départ donné de la magnifique plage du Prado, volley-ball, badminton, roller derby, natation, tennis de table, football à sept, pétanque et fêtes sont au programme de ce tournoi «multisports mixte» organisé par les Frontrunners Marseille, le Marseille United Sport pour tous (Must) et le Marseille Roller Derby Club et qui reprend le slogan de la Fédération sportive gaie et lesbienne (FSGL), «Contre les discriminations, faisons du sport ensemble». Le marraine de l’édition est Karine Rinaldo, «jeune Marseillaise de 25 ans actuellement la championne du monde de boxe anglaise WBF en super-coq, indiquent les organisateurs sur le site internet de la compétition. Elle reste invaincue depuis 4 ans».

LE CLASSEMENT DE LA SEMAINE
Il existe toutes sortes de classements en sport. Désormais, en Australie, les équipes sportives seront également classées en fonction de la façon dont elles soutiennent leurs joueurs/joueuses, staff, spectateurs/trices et supporters LGBT. Le Pride in Sport Index (PSI) inclura l’Australian Rugby Union (ARU), la National Rugby League (NRL), l’Australian Football League (AFL), et les fédérations de football, cricket, natation, basketball, golf et waterpolo, premières à s’associer au projet lancé par la Commission des droits humains et la Commission des sports australiennes, conformément aux souhaits formulés lors de la coupe du monde de rugby homo, la Bingham Cup, qui s’est tenue à Sydney en 2014. En parallèle, un programme baptisé Pride in Sport aura pour objectif d’aider les organisations à mettre en place et améliorer ce soutien, avec l’aide de l’association de lutte contre le sida ACON, déjà à l’origine du programme Pride in Diversity, que l’on peut comparer à la Charte d’engagement de l’Autre Cercle en France. Cette initiative découle des résultats de l’enquête Out On The Fields conduite en 2014 et publiée en mai 2015, qui avaient montré que 80% des personnes interrogées avaient vécu ou été témoins d’homophobie dans le sport.

LE COURS DE LA SEMAINE
Tom Daley a mis en ligne le premier épisode d’une nouvelle série appelée «exercice quotidien pour garder la forme». Le plongeur britannique ouvertement gay vous montre; après, c’est à vous de jouer.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur DALEY ROUTINE: ABS WORKOUT 1

LA PREMIÈRE DE LA SEMAINE
Alessia Ameri (photo en ouverture de chronique) est devenue, dimanche 13 mars, la première femme trans à disputer un match dans la ligue de volleyball italienne, avec l’équipe de deuxième division du championnat d’Italie, l’Hermaea Entu Olbia, en Sardaigne. Alessia Ameri avait joué chez les hommes avant sa transition. «Nous l’avons vue jouer, elle est en forme, elle est très douée en défense et nous pensons avoir fait le bon choix pour l’équipe», a indiqué le directeur de l’équipe Giovanni Sarti.

LE PARTENARIAT DE LA SEMAINE
Après les produits cosmétiques M.A.C, c’est au tour de H&M de signer un partenariat avec Caitlyn Jenner, pour une ligne de vêtements de sport.

Pour M.A.C, Caitlyn Jenner est l’égérie d’un nouveau rouge à lèvres, baptisé Finally Free, la totalité du prix d’achat sera reversée au AIDS Fund Transgender Initiative, l’un des fonds de cette marque de cosmétique américaine, engagée depuis 1994 dans la lutte contre le VIH et le sida.

Backstage with @hm. Can't wait to show you more of this inspiring and amazing campaign! #StayTuned #HMSport

Une photo publiée par Caitlyn Jenner (@caitlynjenner) le

 

L’OPINION DE LA SEMAINE
La visibilité de Caitlyn Jenner n’est pas vue par tout le monde comme bénéfique aux personnes trans. Pour la psy et militante trans new-yorkaise Laura A. Jacobs, elle est même carrément problématique. Et pas seulement en raison de son soutien à Ted Cruz pour l’investiture républicaine à la prochaine élection présidentielle. Comme l’explique Laura A. Jacobs dans une tribune publiée par The Huffington Post, en s’exprimant publiquement sur ce que vivent les personnes trans, Caitlyn Jenner fait plus de mal que de bien et montre toujours plus son ignorance de la réalité de la plupart d’entre elles, loin du mode de vie des Kardashian. «À l’heure qu’il est, ce dont avons vraiment besoin venant de vous, c’est de silence», insiste-t-elle.

LE PAPA DE LA SEMAINE
Une journée de congé, un moment tendresse avec bébé, comme disent les magazines spécialisés, pour le footballeur Robbie Rogers:

Peaceful morning off… : @gberlanti

Une photo publiée par Robbie Rogers (@robbierogers) le

 

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE
«Je connais sept footballeurs jouant en première division du championnat d’Angleterre qui sont homosexuels», a déclaré Amal Fashanu dans un entretien à la BBC. L’affirmation est d’autant plus forte qu’elle vient de la nièce de Justin Fashanu, joueur de football britannique qui s’était suicidé en 1998 après avoir subi l’homophobie pendant des années, après son coming-out en 1990. Il ne s’agit pas ici d’outer qui que ce soit, elle le martèle dans cet entretien. Mais celle qui a réalisé, en 2012, un documentaire sur l’homosexualité dans le football masculin britannique, révèle cette information pour montrer à quel point le milieu du football est sombre: «Je ne vais pas les outer, je ne ferais jamais ça. On ne sait pas quoi faire, on veut dire la vérité, être honnête, même pour les aider. Mais, on ne peut pas faire cela. Le monde du football est tellement sombre. Je ne peux même pas imaginer ce que cela doit être d’être un footballeur et gay».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Amal Fashanu ‘knows of seven’ gay Premier League footballers

LA COULEUR DE LA SEMAINE
Rose, c’est la couleur choisie pour l’équipe junior du club de football turinois Settimo Calcio. Ce qui a valu aux jeunes footballeurs, âgés de 12 à 13 ans, de se faire traiter de «tapettes» par leurs adversaires du Volpiano, rapporte la presse italienne, dont La Repubblica et le Corriere Della Sera.

L’HISTOIRE DE LA SEMAINE
Dans le cadre de Facets, une série de portraits de femmes réalisée par Yoko Okumura, l’histoire de Lacey Baker. La skateboardeuse américaine raconte sensiblement la même histoire Silvana Lima dont Terrains de Jeux du 3 mars évoquait la vie.

Mais, contrairement à la surfeuse brésilienne qui a eu du mal à trouver des sponsors, Lacey Baker, médaillée d’or aux X-Games 2014 (et ouvertement lesbienne), a eu, elle, des sponsors. Qui ne lui donnent pas d’argent mais lui ont demandé de garder ses cheveux longs et de correspondre ainsi à des critères « classiques » de féminité. Et puisque le milieu du skate ne se préoccupe pas suffisamment, à ses yeux, des skateuses, elle milite pour que celles-ci créent leurs propres espaces de liberté. C’est l’une des raisons pour lesquelles elle soutient (et est soutenue par) Meow Skateboards, qui propose des planches et des vêtements pour toutes les filles qui font du skateboard, quel que soit leur look.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur FACETS – Ep 3 – Lacey Baker // Defiant Skateboarder

Et à part ça, ce que cette femme, médaillée d’argent aux X-Games d’Oslo en février dernier, est capable de faire avec une planche et quatre roulettes est simplement magique.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Lacey Baker

LE RETWEET DE LA SEMAINE
L’édition 2016 de l’opération «Une jonquille pour Curie», destinée à alerter sur le cancer et récolter des fond pour l’Institut Curie, s’achève le 20 mars. Amélie Mauresmo, la marraine de Curie, a retweeté l’opération «Un sourire contre le cancer». Une photo, un sourire sur Twitter et c’est 50 centimes reversés, par Banque Populaire Rives de Paris, à l’Institut.

retweet Curie Mauresmo

LE CHOC DE LA SEMAINE (1)
Issue encore incertaine pour la victoire du Tournoi des VI Nations féminin. L’Angleterre peut réaliser le grand chelem (cinq matches, cinq victoires) mais elle n’a pas encore gagné la compétition… que peut remporter l’équipe de France à la différence de points si elle bat les Anglaises. La France a l’avantage du terrain qui jouera chez elle, à Vannes, vendredi, à 21 heures. Le match est retransmis sur France 4.

LE CHOC DE LA SEMAINE (2)
Chez les hommes, l’Angleterre a déjà gagné le Tournoi des VI Nations, il lui manque une victoire pour la parachever en réalisant le grand chelem, samedi, à 21 heures, contre la France, au Stade de France (France 2). Sur le site de L’Équipe, un vade-mecum de «quelques règles élémentaires du rugby, pour éviter de perdre bêtement une nouvelle fois du terrain et des points».

LA BÉBÊTE DE LA SEMAINE
Matthew Mitcham a un chien à croquer:

And then he gets impossibly more adorable. #dog #dogsofinstagram #moodle #puppy #puppylove #toocute #squishyfacecrew

Une photo publiée par Matt(hew) Mitcham (@matthewmitcham88) le