Alors qu’elle défendait aujourd’hui le droit à l’avortement lors de la 60ème session de la Commission de la Condition de la Femme à New York, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol s’est fendue d’un tweet qui a suscité l’étonnement:

C’est avec une certaine ferveur que l’abbé Grosjean s’est exprimé hier soir lors du Grand Journal au sujet des actes de pédophilie commis par certains membres du diocèse de Lyon qu’aurait couvert le cardinal Barbarin. L’ecclésiastique n’est cependant pas une voix progressiste en matière de droits des femmes ou encore s’agissant de la reconnaissance des couples de même genre et des familles homoparentales. Dans un article de Metronews publié en 2014, le journaliste Thomas Vampouille analysait d’ailleurs l’image médiatique très moderne de l’abbé – actif sur les réseaux sociaux et bon client des plateaux télés – qui véhicule pourtant une posture conservatrice, notamment sur l’homosexualité. Sur Twitter, certain.e.s n’ont pas manqué de le rappeler.

La ministre n’était déjà pas en odeur de sainteté auprès des associations LGBT et féministes qui lui ont reproché le mois dernier son immobilisme sur la question de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires. «Après avoir contribué à laisser le mouvement dit de ‘la Manif pour tous’ prendre de l’ampleur en 2012, le gouvernement de François Hollande s’en sert encore, en 2016, pour justifier le non respect de ses engagements et sa politique conservatrice», relevait notamment le collectif Oui Oui Oui.

Tous nos articles sur Laurence Rossignol.