Invitée du Grand Journal dans le cadre de la Journée internationale pour les droits des femmes, la maire de Paris, Anne Hidalgo, continue de faire entendre sa différence sur les questions LGBT. Aux côtés de la chanteuse Anonhi, elle aussi invitée de l’émission, elle a déclaré: «J’ai beaucoup de respect pour sa démarche, et dans la quête d’égalité des droits, la question des droits des transgenres est un sujet majeur. Je participe avec d’autres à des combats pour les droits des personnes homosexuelles, on s’est battu, on a obtenu le mariage et l’adoption et je pense que souvent on a laissé de côté la question des trans, comme encore une question dérangeante pour la société. Je pense que c’est le combat sur lequel on doit tous s’impliquer.»

 

 

Précédemment, Maïtena Biraben et Augustin Trapenard avaient tour à tour questionné Anohni sur sa transition (à partir de 17’40), avec une certaine insistance sur l’aspect “avant-après”. «Avez-vous réussi à devenir une femme?» l’a questionnée l’animatrice. L’artiste a expliqué avec patience et pédagogie que là n’est pas la question: «Ce serait un peu trop simplifier les choses, a-t-elle expliqué. J’ai toujours été une personne transgenre, et je le serai toujours.» Questionné sur le soutien qu’elle a reçu ou non du milieu musical, Anohni a de nouveau insisté sur ce point: «Je n’ai jamais vraiment “changé” mon identité, j’ai toujours été moi-même et je l’ai toujours exprimé, rappelle-t-elle. Récemment j’ai pris un nom différent, de la même façon que quand on se marie on prend un autre nom. C’est une sorte de rite de passage, comme prendre un nom spirituel.»