Contrairement à ce qu’a brièvement cru Sam Smith dimanche dernier, un certain nombre de personnalités gays, lesbiennes ou bies ont déjà reçu un Oscar. Yagg a recensé les noms de ces artistes, qu’ils/elles aient fait leur coming-out bien avant ou bien après avoir reçu la fameuse récompense, ou bien qu’ils/elles ne l’aient finalement jamais vraiment fait.

 

Laurence Olivier
Le mari de Vivien Leigh était bisexuel d’après le biographe Donald Spotto. Il a reçu un premier Oscar de Meilleur acteur pour Hamlet (1948). En 1979, Laurence Olivier fut récompensé d’un Oscar d’Honneur pour l’ensemble de sa carrière.

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur Sir Laurence Olivier receiving an Honorary Oscar®

Edith Head

Une des plus célèbres créatrices de costumes à Hollywood était Edith Head. Elle remportera huit fois un Oscar pour ses magnifiques et très reconnaissables créations, dont les robes d’Audrey Hepburn dans Vacances romaines, sorti en 1953. Edith Head n’a jamais fait son coming-out, mais elle est la femme qui, à ce jour, a reçu le plus d’Oscars.

 

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur Roman Holiday.
George Cukor

En 1965, George Cukor remporte à la suite l’Oscar du meilleur Réalisateur, puis du meilleur Film pour My Fair Lady. Même si son homosexualité n’est alors pas connue du grand public, l’industrie hollywoodienne n’est pas sans ignorer que le réalisateur est gay. Il est alors perçu comme un «réalisateur à femmes» – il a fait tourner Audrey Hepburn, Judy Garland, Marilyn Monroe et tant d’autres.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur My Fair Lady and George Cukor Win Best Picture and Directing: 1965 Oscars

John Schlesinger

En 1970, le réalisateur John Schlesinger reçoit l’Oscar du meilleur réalisateur pour Midnight Cowboy.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur John Schlesinger ‪winning the Oscar® for Directing « Midnight Cowboy »

Marlon Brando

Le comédien, qui n’a jamais caché avoir eu des relations avec des hommes, a reçu l’Oscar du meilleur Acteur à deux reprises, la première fois en 1955 pour Sur les quais, puis en 1972 pour Le Parrain, une récompense qu’il a cependant refusé. Le soir de la cérémonie, ce n’est pas lui qui monte sur scène mais Sacheen Littlefeather, comédienne et militante pour les droits des Amérindiens. C’est en signe de protestation contre la façon dont l’industrie du cinéma traite cette population que l’acteur a refusé le prix.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Marlon Brando’s Oscar® win for  » The Godfather »

Joel Grey

Pour le personnage du MC dans Cabaret, Joel Grey reçoit l’Oscar du meilleur second rôle masculin. Il a fait son coming-out l’année dernière.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Joel Grey Wins Supporting Actor: 1973 Oscars

Sir John Gielgud

Pour son rôle dans Arthur de Steve Gordon, le britannique Sir John Gielgud reçoit l’Oscar du meilleur second rôle masculin.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur John Gielgud Wins Supporting Actor: 1982 Oscars

Linda Hunt

Elle est la première dans ce cas de figure: en 1984, Linda Hunt reçoit l’Oscar du meilleur second rôle pour un rôle d’homme dans L’Année de tous les dangers. Celle qui plus tard inspira le personnage d’Edna Mode dans Les Indestructibles est ouvertement lesbienne.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Linda Hunt Wins Supporting Actress: 1984 Oscars

Howard Ashman

Howard Ashman a reçu deux Oscars pour deux dessins animés Disney, le premier pour la chanson Under the Sea en 1989 dans La Petite Sirène, le second pour Beauty and the Beast dans La Belle et la Bête en 1992. Cette dernière récompense lui est décernée à titre posthume: le compositeur et parolier est décédé à l’âge de 40 ans l’année précédente. Il était atteint du sida. C’est son compagnon Bill Lauch qui est sur scène pour remercier l’académie: «Howard et moi avons vécu sous le même toit, et vécu ensemble et je suis heureux et fier d’accepter ce prix pour lui. Mais c’est avec amertume. C’est la première fois qu’un Oscar est remis à une personne décédée à cause du sida. Pendant qu’il travaillait sur Beauty and the Beast, Howard a surmonté d’incroyables défis, mais a toujours donné le meilleur de lui-même, grâce à une atmosphère de compréhension, d’amour et de soutien. C’est quelque chose dont on a besoin quand on est confronté au sida. C’est aussi quelque chose auquel on a droit.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur « Beauty And The Beast » Wins Original Song: 1992 Oscars

Jodie Foster

Bien avant son coming-out, l’actrice a reçu à deux reprises l’Oscar de la meilleure Actrice, d’abord pour Les Accusés en 1988 puis pour son rôle de Clarisse Starling dans Le silence des agneaux en 1991: «Merci à l’Académie d’avoir aimé cette héroïne incroyablement forte, belle et féministe dont je suis si fière!» déclare-t-elle à la cérémonie.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Jodie Foster Wins Best Actress: 1992 Oscars

Steven Sondheim

En 1991, le compositeur Steven Sondheim reçoit l’Oscar de la Meilleure chanson originale pour Sooner or Later, tirée du film Dick Tracy, dans lequel joue d’ailleurs Madonna.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur « Sooner or Later » Wins Original Song: 1991 Oscars

Anna Paquin

Elle est évidemment la benjamine de cette liste. À 11 ans, Anna Paquin remporte l’Oscar du meilleur second rôle pour La leçon de Piano en 1994. Plus tard, on la retrouve dans la saga X-Men, puis dans le rôle de Sookie Stackhouse dans la série d’Alan Ball, True Blood. Elle a fait son coming-out en tant que bisexuelle en 2010.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Anna Paquin winning Best Supporting Actress for « The Piano »

Elton John

Une nouvelle fois, c’est une production Disney qui remporte l’Oscar de la meilleure Chanson originale pour Can You Feel the Love Tonight dans Le Roi Lion, une chanson écrite par la pop star britannique Elton John.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Elton John and Tim Rice Win Original Song: 1995 Oscars

Bill Condon

Pour son adaptation du Père de Frankenstein, Bill Condon reçoit un Oscar du meilleur Scénario adapté en 1999.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Gods and Monsters and Shakespeare in Love Win Writing Awards: 1999 Oscars

Alan Ball

Le scénariste et créateur des séries Six Feet Under et True Blood a remporté l’Oscar du meilleur Scénario en 2000 pour American Beauty, de Sam Mendes.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Alan Ball Wins Original Screenplay: 2000 Oscars

Pedro Almodóvar

«Pedro!» hurle Penelope Cruz en découvrant dans l’enveloppe le nom du réalisateur espagnol, alors récompensé pour Tout sur ma mère avec l’Oscar du meilleur film étranger. Il reçoit un autre Oscar, celui du meilleur Scénario en 2003, pour Parle Avec Elle.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur All About My Mother Wins Foreign Language Film: 2000 Oscars

Angeline Jolie

Pour sa performance dans Une Vie Volée aux côtés de Winona Ryder, Angelina Jolie reçoit l’Oscar du meilleur Second rôle.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Angelina Jolie Wins Supporting Actress: 2000 Oscars

Melissa Etheridge

En 2007 (année où Ellen DeGeneres présente pour la première fois la cérémonie), la chanteuse américaine remporte l’Oscar de la Meilleure chanson pour I Need to Wake Up, dans le film Une vérité qui dérange, le documentaire de Davis Guggenheim avec Al Gore. A l’annonce de son nom, la chanteuse embrasse sa compagne Tammy qui assiste à la cérémonie à ses côtés et remercie leurs quatre enfants dans son discours de remerciements. On ne pouvait pas faire plus out.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Melissa Etheridge winning Original Song for « I Need to Wake Up »

Dustin Lance Black

Pour Milk, réalisé par Gus van Sant, Dustin Lance Black remporte l’Oscar du meilleur Scénario en 2009. Dans son discours, il remercie tou.t.e.s les militant.e.s qui lui ont permis d’écrire la vie d’Harvey Milk et l’ensemble du casting: «Quand j’avais 13 ans, ma merveilleuse mère et mon père m’ont fait déménagé de San Antonio dans le Texas, à la Californie. C’est là que j’ai entendu l’histoire d’Harvey Milk. Et ça m’a donné de l’espoir. L’espoir de vivre ma vie, de savoir que je pourrais vivre ma vie tel je suis, et peut-être un jour être amoureux et me marier. Je veux remercier ma mère qui m’a toujours aimé tel que je suis, même quand ça n’était pas bien vu. Et si Harvey ne nous avait pas été enlevé il y a trente ans, je crois qu’il voudrait que je dise à tou.t.e.s ces jeunes gays et lesbiennes à qui on a dit qu’ils/elles ne valent rien dans leur église, dans leur famille, ou au gouvernement, que je leur dise qu’ils et elles sont beaux, formidables, qu’ils et elles ont de la valeur. Que peu importe ce qu’on leur dit, Dieu les aime. Et bientôt je vous promets, nous aurons l’égalité, au niveau fédéral aux Etats-Unis.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Dustin Lance Black Wins Original Screenplay: 2009 Oscars

Il est fort possible que nous en ayons oublié. N’hésitez pas à compléter cette liste dans les commentaires.