Brillamment interprété, servi par une mise en scène impeccable, le film Spotlight est indéniablement un des films à ne pas manquer en ce début d’année 2016. Bien que tirée de faits réels – l’enquête d’un groupe de journalistes du Boston Globe pour révéler un gigantesque scandale de pédophilie dissimulé par le clergé de Boston -, l’histoire a été sensiblement modifiée, révèle Afterellen. Susan Ryan-Vollmar était rédactrice en chef au Boston Phoenix, un journal local qui a, bien avant le Boston Globe, été le premier à enquêter sur cette affaire. Ouvertement lesbienne et aujourd’hui encore engagée sur les questions LGBT, elle déplore que le film n’ait à aucun moment mentionner son travail et celui de la journaliste Kristen Lombardi: «Le co-scénariste et réalisateur Tom McCarthy a interviewé Lombardi pour ses recherches, mais il a décidé que son rôle n’était pas assez important pour l’inclure au montage final. Il a préféré se focaliser sur le mythe du journalisme blanc et masculin, et cet aspect fait que le film est non seulement faux, mais cela le rend plat» juge-t-elle dans une interview pour Bitch Flicks.

«Est-ce que Spotlight est un grand film. Oui, assure la journaliste d’Afterellen. Mais doit-on sur-simplifier les événements et ce qui s’est réellement passer, en oubliant de créditer deux femmes qui ont joué un rôle important dans cette enquête saluée par un film récompensé aux Oscars. Étant donné que seule une femme apparait au final (jouée par Rachel McAdams), cela ressemble à une énorme occasion manquée.»

À lire sur Afterellen.