Les théâtres nationaux, c’est à dire uniquement subventionnés par l’Etat, on n’en compte que six en France, dont cinq à Paris et un à Strasbourg (voir la liste ici). La concurrence est donc rude pour occuper le poste envié de directeur ou directrice d’une scène aussi prestigieuse que l’Odéon, le Théâtre National de Strasbourg ou La Colline, dans le XXe arrondissement de Paris. C’est ce théâtre que convoite Jean-Marie Besset, auteur récemment du Banquet d’Auteuil, sur la vie homosexuelle de Molière.

Et parmi la dizaine de prétendant.e.s (deux femmes seraient sur les rangs) il se distingue pour ses choix de programmation, dans lesquels le répertoire LGBT tient une bonne place.

Auteur de plus de 20 pièces (dont Villa Luco en 1984, Commentaire d’amour, Perthus, Grande Ecole ou encore RER) Besset a été nommé dix fois aux Molières. Il a également adapté un grand nombre de pièces d’auteurs étrangers, principalement anglo-saxons (Alan Bennet, Tom Stoppard, Tennessee Williams). De 2010 à 2013, il a dirigé le Théâtre des 13 Vents, à Montpellier.

RÉPERTOIRE LGBT OCCULTÉ EN FRANCE
Dans sa profession de foi de candidature pour le Théâtre National de La Colline (TNC), Jean-Marie Besset présente son projet et insiste sur les grands axes de sa programmation: la comédie, le répertoire LGBT, les femmes, l’histoire, la redécouverte d’auteurs oubliés et négligés, dans cet ordre. Sur le répertoire LGBT, auquel il consacre un long paragraphe, il explique que la sensibilité homosexuelle, et les personnages ouvertement homosexuels, sont apparus et se sont développés dans le théâtre occidental précisément dans la période de référence du TNC (1880-2016). Il précise que ce répertoire, «si présent sur les scènes anglo-saxonnes et germanophones, est singulièrement absent, voire délibérément occulté, dans le théâtre public français.»

Il cite alors les œuvres de nombreux auteur.e.s français, dont Colette, Bourdet, Navarre ou Copi mais aussi étrangers comme Lilian Hellman, R.W. Fassbinder ou Terrence McNally.

Selon lui, les femmes n’ont bénéficié que «d’un strapontin» sur les scènes subventionnées françaises. Et de citer des auteures étrangères majeures: Sophie Treadwell, Mae West, Wendy Wasserstein, ou françaises dont Colette et Françoise Sagan.

Fin 2015, le directeur du Théâtre National de la Colline, Stéphane Braunschweig avait été choisi pour succéder au metteur en scène Luc Bondy, décédé le 28 novembre, à la tête de l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Il faut donc le remplacer.

C’est la nouvelle ministre de la Culture, Audrey Azoulay qui parmi les candidat.e.s devra établir une short list de 3-4 noms. Puis c’est le Président de la République en personne qui désignera l’occupant.e du poste prestigieux.