C’est avec une joie non dissimulée que les militant.e.s de l’association tunisienne Shams ont annoncé hier qu’ils et elles allaient pouvoir reprendre leurs activités: «Shams a gagné son procès contre le secrétaire général du gouvernement, peut-on lire sur le compte Facebook de l’association LGBT. En effet le tribunal de première instance de Tunis a ordonné le 23 février 2016 l’annulation de l’ordonnance sur requête qui avait suspendu les activités de Shams.» Shams a salué «l’indépendance de la justice» et remercié «les acteurs de la société civile»

Le 4 janvier dernier, Shams avait reçu une notification par huissier de la part du chargé du contentieux de l’État» décidant la suspension de ses activités pour 30 jours. Une décision «politique avec un habillage juridique», d’après le vice-président de l’association Ahmed Ben Amor, interviewé par le HuffPost Tunisie, mais aussi le signe d’une menace supplémentaire dans un contexte déjà très difficile pour les personnes LGBT. Plusieurs arrestations très médiatisées ont en effet eu lieu au cours des derniers mois, celle d’un étudiant condamné à un an de prison en septembre 2015, libéré deux mois plus tard, puis celle de six hommes, condamnés à la peine maximale prévue par l’article 230 du code pénal tunisien, en décembre.

Le président de Shams, Yadh Krendel, avait lancé un appel à l’aide pour soutenir l’association et les personnes LGBT en Tunisie qui subissent à l’heure actuelle de très lourdes pressions (lire sa tribune «Pourquoi il faut sauver l’association tunisienne Shams».

L’avis d’Abdellah Taïa:

abdellah-taia-commentaire dans article
«C’est un jour historique. Pour la première fois dans l’histoire du monde arabe, une association homosexuelle réussit à faire reconnaître par la justice son droit d’exister. Je mesure pleinement l’importance d’une telle victoire qui, j’en suis sûr, va aider les militant.e.s homosexuel.le.s arabes dans le combat courageux et risqué qu’ils/elles mènent quotidiennement. Je ne peux m’empêcher de faire un lien entre cette avancée et celles obtenues dans les années 70 par le légendaire activiste gay américain Harvey Milk. Bravo à Shams! Ils et elles ont pour toujours mon admiration et mes encouragements.»

 

Tous nos articles sur la Tunisie.