Après Tant que je serai en vie (Grasset), son roman sur 30 ans d’épidémie de sida vue à travers sa vie et celles de ses proches, un récit prenant qui lui avait valu le prix du roman gay en 2014, Olivier Charneux s’est inspiré de faits réels, et en particulier de la vie d’un médecin danois SS, le Dr Carl Værnet pour Les Guérir.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Værnet, appuyé par l’un des plus hauts dignitaires du régime nazi, Heinrich Himmler, conduit des expérimentations médicales à base d’hormones sur des homosexuels emprisonnés dans le camp de concentration de Buchenwald. Une histoire vraie et peu connue. Dans l’interview qu’il nous a accordée, Olivier Charneux explique qu’il a choisi le roman afin de «mieux saisir le chaos de cette période et de mettre en scène la vie quotidienne». Les Guérir fait le portrait terriblement humain d’un médecin banal, obsédé par ses recherches visant à guérir les homosexuels et comment son projet morbide va rencontrer celui des nazis. La description de ses rencontres avec Heinrich Himmler, l’un des responsables de la machine de mort du IIIe Reich contre tout ce qui n’est pas «aryen», est glaçante. On peine à imaginer qu’un médecin ait pu se rendre au camp de concentration de Buchenwald sans voir ce qu’il s’y passait. Et qu’il ait pu conduire tranquillement, sans état d’âme, ses expérimentations cruelles sur des homosexuels, en pensant agir «pour leur bien». L’écriture d’Olivier Charneux est précise, ténue, sans fioriture ni pathos. Mais le récit n’en est pas moins bouleversant. Et l’on découvre à la fin du roman pourquoi cette histoire est toujours malheureusement d’actualité. Comme le souligne Olivier Charneux dans son interview sur Yagg, «les homos seront toujours la proie de ce genre de situations. Il n’y a qu’à voir les cliniques spécialisées dans la “guérison” des LGBT qui s’ouvrent aujourd’hui en Chine ou en Amérique du Sud.» Les Guérir nous force à réfléchir autrement à la place des LGBT dans des sociétés qui les méprisent, et à ne jamais baisser la garde.

Les Guérir, d’Olivier Charneux, Robert Laffont, 198 p., 18,50€.

Lire aussi l’interview d’Olivier Charneux.

Save the date! Vendredi 11 mars, à 19 heures, rencontre avec Olivier Charneux pour son roman Les Guérir, chez Violette & Co, dans le cadre d’un nouveau rendez-vous littéraire de Yagg, en partenariat avec la librairie lesbienne et féministe du XIe arrondissement. Plus d’infos très bientôt!

Cet article est extrait des Lectures de Yagg du 12 février, à lire en intégralité ici.