Selon les informations d’i-Télé, le footballeur Serge Aurier pourrait prochainement quitter le PSG. Serge Aurier a fait la une des médias cette semaine, pas pour ses performances sportives, mais pour avoir tenu des propos homophobes et injurieux dans une vidéo virale le week-end dernier.

Dans cette vidéo, filmée avec l’application Periscope et diffusée sur les réseaux sociaux samedi 13 février, on peut voir un ami du footballeur de 23 ans en train de lire des questions d’internautes au joueur: «Laurent Blanc il fait souvent la folle ou pas?» Réponse de Serge Aurier: «C’est une fiotte!». Dans la vidéo, le joueur du PSG ne fait pas l’économie de propos clairement homophobes, non seulement envers l’entraîneur de son club, mais aussi envers des coéquipiers, Kevin Trapp ou Zlatan Ibrahimovic.
Cependant, si les réactions aux injures contre Laurent Blanc ont été unanimes, peu de médias ont relevé le caractère homophobes des propos de Serge Aurier. C’est ce que n’a pas manqué de souligner l’association Les Dégommeuses dans une tribune dans Libération. Pour l’association Les Panamboyz, «l’idée, bien évidemment, n’est pas de fustiger Serge Aurier mais de lui faire réaliser la portée de ses paroles.»

Le PSG a annoncé  dimanche 14 février dans un communiqué que le joueur avait été mis à pied.

«ÉCARTÈLEMENT IDENTITAIRE»
Pour le sociologue Philippe Liotard, interviewé par Yagg cette semaine, les propos de Serge Aurier révèlent un écartèlement identitaire. «Ce que montre la vidéo, c’est un joueur qui prononce des insultes et des moqueries et utilise deux types de procédés rhétoriques, expliquait-il à Yagg: d’un côté une dévalorisation de l’autre avec des qualificatifs homophobes quand il dit que Laurent Blanc est une «fiotte», qu’il «suce», et de l’autre, une valorisation de soi grâce à une affirmation de sa virilité, mais aussi de son origine, quand il manifeste sa fierté d’être de Sevran par exemple. Il y a un équilibre entre ses deux pôles.»

ENTRETIEN DISCIPLINAIRE
Selon i-Télé, Serge Aurier a été convoqué lundi 22 février pour un entretien disciplinaire qui pourrait sceller son sort. Le latéral droit, qui jouait précédemment à Toulouse, a rejoint le PSG à l’été 2014, et son transfert, finalisé en avril 2015, avait coûté à l’époque la coquette somme de 12 millions d’euros.