Beaucoup de fans du groupe de comedy rock australien The Axis of Awesome s’étaient demandé.e.s pourquoi Jordan Raskopoulos ne portait plus la barbe, qui était un peu sa marque de fabrique. L’humoriste leur a enfin répondu dans une belle vidéo très touchante et pleine d’humour: «Certains ont dit que sans ma barbe, je ne ressemble plus à Jack Black, que je ressemble plus à Big Boo de Orange Is The New Black, à Russell dans Là-Haut, ou Germaine dans Monstres et compagnie. Beaucoup de Pixar. Mais en réalité, j’ai une vraie bonne raison de ne plus avoir de barbe, une très très bonne raison pour qu’on ne la voit plus jamais. Et la raison, c’est que je suis transgenre… sans déconner!»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur What’s Happened To Jordan’s Beard?

Comme le relève Mey, journaliste à Autostraddle, Jordan Raskopoulos parvient à expliquer de façon simple ce que signifie être trans, tout en faisant preuve de second degré. Elle a pris la décision d’entamer sa transition en 2014, après une tournée en Angleterre qui l’a fait comprendre qu’elle ne pourrait pas continuer à vivre sans pouvoir être elle-même. C’est à son retour qu’elle a donc fait son coming-out auprès de ses proches, ainsi que de Benny et Lee, les deux autres membres d’Axis of Awesome. Elle raconte aussi avoir d’abord pensé qu’elle ne pourrait pas concilier le fait d’être trans avec son métier de comédienne:

«Et puis j’ai découvert les histoires d’autres personnes trans qui sont dans le divertissement, comme Lana Wachowski et Laura Jane Grace et je me suis finalement dit “Et puis merde! Je vais continuer à faire ce que j’aime et profiter de chaque minute” (…) Être trans ne veut pas dire laisser tomber sa vie, ses ami.e.s, sa famille, sa carrière, ou tout ce qu’on a accompli. Je vais continuer à faire ce que je faisais, et ce sera foutrement génial!»

Jordan Raskopoulos conclut la vidéo en expliquant qu’elle souhaite désormais être appelée au féminin, mais qu’elle souhaite garder son prénom, Jordan. «Et ma gamme vocale n’a pas beaucoup changé, donc quand je chanterai, ce ne sera pas si différent!»