Le juge Antonio Scalia, l’un des neuf membres à vie de la Cour Suprême des Etats-Unis est a été retrouvé mort hier dans le Texas, à 79 ans. Il était l’un des membres le plus conservateur de cette cour au pouvoir immense.

Interprète rigoriste de la Constitution des Etats-Unis, il s’est opposé à chaque occasion à l’égalité des droits pour les homosexuels ou les couples de même sexe, que ce soit lorsque la Cour a annulé les lois anti-sodomie (Lawrence v. Texas), lorsque la Cour a mis fin à l’interdiction fédérale du mariage (United States v. Windsor) ou lorsque la Cour a ouvert le mariage dans tous les Etats (Obergefell v. Hodges).

Il estimait qu’au moment de la rédaction de la Constitution, les pères fondateurs des Etats-Unis n’avaient aucune intention de protéger les couples de même sexe. Il utilisait le même argument sur l’avortement. Lire cet article (en anglais) pour mieux comprendre ses positions: Antonin Scalia routinely ruled against gay rights. Those opinions explain his philosophy). « Si nous protégeons les gays, pourquoi pas les violeurs d’enfants? », a-t-il lancé un jour.

BARACK OBAMA DOIT NOMMER UN SUCCESSEUR
Sa mort a entraîné de nombreuses réactions. Elle est notamment devenue un enjeu de la campagne pour la prochaine élection présidentielle. C’est en effet le président des Etats-Unis qui nomme les juges à la Cour Suprême. Le Sénat doit ensuite les confirmer. Scalia avait été nommé par Ronald Reagan. Certains candidats Républicains à l’élection présidentielle, comme Ted Cruz, souhaitent que ce soit le prochain président ou la prochaine présidente qui nomme le successeur d’Antonin Scalia. Sur neuf membres, 5 avaient été nommés par un président Républicain. La nomination d’un juge plutôt progressiste changerait la majorité de la cour.   Barack Obama devrait donc profiter de ses 10 derniers mois au pouvoir pour trouver un successeur à Scalia. Cela étant, l’actuel président américain aura le plus grand mal à faire accepter un.e candidat.e par le Sénat, ce dernier étant contrôlé par les Républicains. La bataille ne fait que commencer.