Kayden Clarke avait 24 ans. Il a été abattu ce jeudi 4 février par des policiers dans sa maison à Mesa, en Arizona, qui avaient été alertés par un appel disant que ce jeune homme trans allait mettre fin à ses jours. Ils seraient entrés dans son domicile et l’aurait vu un couteau dans une main. Ils ont alors fait feu. Selon le site Jezebel, ils ont été placés en congé administratif. Les premiers éléments de l’enquête montrent qu’ils ne portaient pas de caméras, ce qui aurait permis de vérifier si les coups de feu qui ont mortellement blessé Kayden Clarke relevaient ou non de la légitime défense.

La mort brutale du jeune homme a été rapportée dans plusieurs médias locaux. Mais, dans la quasi totalité des articles, ce n’est pas le nom de Kayden Clarke qui est utilisé: «La partie la plus tragique de cette histoire est que les médias qui en parlent l’ont malgenré et l’appellent par son nom de naissance dans les titres et les articles. Les titres le présentent comme une femme, usent de l’expression “nom choisi”, et l’appellent par “elle”, déplore le site d’informations FTM Magazine.

Kayden Clarke était atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Il tenait une chaîne Youtube, et avait annoncé en décembre dernier avec joie et émotion qu’il allait bientôt pouvoir recevoir une opération chirurgicale:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Fantastic news!

Souffrant d’anxiété, il était aidé depuis plusieurs années par Samson, un chien d’assistance lui permettant de calmer ses crises, qui pouvait parfois conduire à des comportements auto-destructeurs. Au cours de l’année 2015, il avait posté une vidéo largement relayé montrant cette réalité.

Si les personnes trans sont davantage visibles dans les médias depuis quelques années aux États-Unis, elles restent un groupe de population particulièrement vulnérable, très exposé aux violences et aux discriminations. Sont particulièrement touchées les femmes trans de couleur (lire aussi États-Unis: Pourquoi il est urgent d’agir pour protéger les vies des femmes trans’ de couleur). Le taux de suicide au sein de la communauté trans américaine est en outre très élevé, comme le soulignait Mark Joseph Stern en 2014: 46% des hommes trans et 42% des femmes trans ont déjà tenté de se suicider, la moyenne nationale étant de 4,6% de la population.