C’est une surprise qui ne rassure pas la communauté LGBT. Ce matin, Ted Cruz a obtenu 28 % des suffrages dans le caucus de l’Iowa, un état plutôt rural, le tout premier à voter pour désigner le candidat de chaque parti dans la course à la présidentielle. Le candidat ultra-conservateur a devancé Donald Trump (24%) et Marco Rubio (23%) dans cette première étape des primaires américaines. A 45 ans, Ted Cruz, représentant du Texas au Sénat des Etats Unis depuis 2013 s’est rapidement réjoui de sa victoire sur les réseaux sociaux.

Les sondages laissaient entendre que Donald Trump serait au rendez-vous de cette primaire. Un candidat dangereux peut en cacher un autre. Comme l’ensemble des républicains en lice, Ted Cruz, haï de tout l’establishment politique y compris dans son camp, est opposé aux droits LGBT. Pour lui, s’opposer aux droits LGBT, c’est une question de « liberté religieuse ». Notamment quand il était interrogé par l’actrice Ellen Page.  Contre le mariage entre personnes du même sexe, Ted Cruz est aussi contre l’avortement, pour le port d’arme sans aucune restriction et pour la peine de mort. Il est pour l’intervention de l’armée américaine en Syrie. Les démocrates américains LGBT se disaient fiers quand Barack Obama, président des Etats Unis avait projeté sur la Maison Blanche les couleurs de l’arc en ciel quand la cour suprême a légalisé le mariage aux couples de même sexe en juin 2015. Alors que pour Ted Cruz :  » it was messed up « , « ça mettait le désordre ».

LES DEMOCRATES JOUENT A PILE OU FACE
Côté Démocrate, les votants ont eu du mal à choisir entre Bernie Sanders et Hillary Clinton. Les deux candidats terminent dans un mouchoir de poche, 49,8% pour l’ex-secrétaire d’État et 49,6% pour le sénateur du Vermont. Martin O’Malley, le troisième démocrate présent dans la primaire jette l’éponge, après avoir recueilli seulement 0,5% des votes. En octobre dernier, nous nous demandions si Bernie Sanders était le candidat de la communauté LGBT à l’investiture démocrate. Selon un sondage du NewYork Times, il est en tout cas le candidat des jeunes. 84% des 17-29 ans ont apporté leur soutien au candidat aux cheveux blancs.

Avec cette victoire d’une courte tête, celle qui pourrait devenir la première femme présidente des Etats Unis est donnée favorite avec cette victoire dans un des états les plus déterminants dans l’élection présidentielle américaine. Ralliée sur le tard à l’égalité des droits, elle n’a pas hésité à inclure des couples homosexuels dans son spot de campagne. Mais sa victoire se serait jouée à pile ou face. Les militants du parti démocrate auraient appliqué la règle en vigueur dans le guide des circonscriptions du parti: le tirage au sort, comme le rapporte le site du Monde.fr.

Le combat ne fait que commencer pour les différents candidats, démocrates et républicains. Il faudra attendre le 9 février 2016 date à laquelle une nouvelle primaire se déroulera dans le New Hampshire pour confirmer ou non les résultats actuels. Rien n’est encore joué.