La neuvième édition du festival Des images aux mots (DIAM) démarre lundi 1er février à Toulouse. Pendant une semaine dans la ville rose puis pour 20 jours dans toute la région, le cinéma LGBT est à l’honneur. Pour tout savoir de la programmation 2016, Yagg a interviewé Marie-José Defol, secrétaire de l’association DIAM et du Festival et Laure Faghol, co-présidente de DIAM et du Festival. Et vous propose la compil’ des bandes annonces des films sélectionnés.

Comment avez-vous préparé la programmation de cette année? Avez-vous suivi une thématique, une idée, une envie, pour choisir les films qui vont être présentés?

Marie-José Defol: La préparation du programme annuel s’effectue très en amont, dès le mois d’avril qui suit notre festival de février. Nous commençons à visionner les films qui nous sont soumis par les distributeurs, puis nous nous rendons dans différents festivals pour peaufiner la programmation. La thématique se dessine à partir des films que nous découvrons et aimons. Ces films abordent fondamentalement les interrogations de la jeunesse, le coming-out et les luttes féministes. Depuis ces deux ou trois dernières années, s’y ajoutent la construction du genre, le mariage, et la parentalité.

Laure Faghol: L’un des enjeux majeurs pour notre équipe est de proposer chaque année des films complètement inédits dans notre ville. Nous avons une programmation intégralement basée sur des films qui n’ont jamais été projetés à Toulouse. Plusieurs d’entre eux sont d’ailleurs complètement inédits en France comme While you weren’t looking, Portrait of a serial monogamist. Nous avons maintenant des liens privilégiés avec des producteurs et des distributeurs du monde entier qui nous aident dans cette recherche.
Les thématiques se dégagent ensuite : les nouvelles formes de parentalité (Two For One), la déconstruction des genres (Parole de King) l’adolescence (Naz et Maalik, I Feel Like Disco) et bien sûr l’amour dans toute sa pluralité! La photographie est aussi mise à l’honneur avec deux expositions: celle d’Alexandre Alves sur des portraits en noir et blanc d’un couple d’hommes en Angleterre et celle très attendue de Mads Nissen sur les conditions de vie des personnes LGBT en Russie, Meilleure photo de l’année au World Presse 2014. Ce sont autant d’occasions de donner de la visibilité à nos vies dans leur plus grande diversité.

Quel va être selon vous le temps fort de cette programmation?

Marie-José Defol: Nous ne pouvons préjuger de ce qui sera le temps fort du festival, mais il est vraisemblable que The Normal Heart sera une révélation, et La Sociologue et l’Ourson une découverte surprenante, tant par l’originalité de la forme que par l’intérêt du contenu.

Laure Faghol: Plusieurs films sont très attendus cette année. La Sociologue et l’ourson sera certainement un temps fort avec ce documentaire réalisé par Mathias Théry et Etienne Chaillou sur l’année de lutte et de débats qui a précédé le vote pour le mariage pour tous. Irène Théry viendra échanger avec le public lors de la projection. Le film sud-africain de clôture While You Weren’t Looking est aussi très attendu. Nous sommes très heureux de pouvoir être les premiers à faire découvrir ce film au public français.

Quel est l’intérêt aujourd’hui de poursuivre le festival durant plusieurs semaines à travers la région Midi-Pyrénées?

Marie-José Defol: Poursuivre le festival dans toute la région nous permet d’aller vers le public qui ne vient pas à nous. La programmation y est quelque peu différente de la nôtre, plus centrée sur des «valeurs sûres» mais elle permet des rencontres et des échanges très différents de ceux que nous avons avec notre public traditionnel. Le partenariat avec ces exploitants de salles nous est précieux, et il doit l’être également pour eux, puisqu’ils nous sont fidèles, certains depuis des années.

Laure Faghol: Poursuivre le festival dans toute la région Midi-Pyrénées est pour nous une évidence chaque année. Nous serons présents cette année dans 13 villes de Midi-Pyrénées. Notre but est de donner de la visibilité aux thématiques LGBT à travers le cinéma et bien sûr que cette visibilité est nécessaire hors des grandes villes. Le public est effectivement assez différent. Il est moins LGBT et cela nous ravit. Les échanges avec les spectateurs est très enrichissant car les gens viennent avec beaucoup de curiosité et d’ouverture.

 

Les bandes annonces des films cités

Bande annonce de While you weren’t looking:

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur While you weren’t looking

Bande annonce de Portrait of a serial monogamist:

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur Portrait of a Serial Monogamist

Bande annonce de I Feel Like Disco:

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur I Feel Like Disco

Bande annonce de Two For One:

 

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur Two For One Film Trailer

 

Bande annonce de Parole de King:

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur Parole de King teaser

Bande annonce de Naz et Maalik:

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur Naz et Maalik Trailer

 

La bande annonce de The Normal Heart:

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur The Normal Heart official trailer

 

La bande annonce de La Sociologue et l’ourson:

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur La Sociologue et l’ourson

 

Toutes les infos sur le festival Des Images aux mots sur www.des-images-aux-mots.fr