«Nous espérons que dans les rues samedi dernier, nous avons injecté auprès des sénateurs et des sénatrices le bon sens, la détermination et la ténacité de ceux et celles qui savent comment mener un bon combat juste», vient d’affirmer Gabriele Piazzoni secrétaire national de l’association italienne Arcigay.

Après les manifestations massives des pro-égalité le week-end dernier, la proposition de loi de la sénatrice du Parti Démocrate Monica Cirinnà sur l’ouverture de l’union civile aux couples de même sexe a fait son entrée au Sénat hier. Les parlementaires devront se pencher sur les huit questions de conformité à la Constitution et voteront mardi prochain à 16h30. Mais rien n’est joué.

RIEN N’EST JOUÉ
C’est principalement les mesures sur l’adoption qui créent des remous parmi les différents partis. Rien n’est encore gagné, car le sujet divise jusque dans les rangs du Parti démocrate, le parti de Matteo Renzi. Le centre-droit rejette par ailleurs l’ouverture de l’adoption, tandis que les partis de gauche et le Mouvement 5 étoiles ont affirmé qu’ils voteraient en faveur de la proposition de loi de Monica Cirinnà à la seule condition qu’elle ne soit pas modifiée pour en retirer la possibilité d’adopter. Si l’union civile remporte l’adhésion de la majortié des Italien.ne.s selon les sondages, la possibilité pour les couples de même sexe d’adopter un enfant n’est pas aussi bien perçue. Convaincue de la nécessité de cette loi, la présidente de la Chambre des députés Laura Boldrini a insisté sur la «responsabilité des parlementaires»: «Le pays attend une loi qui ne déçoit pas les attentes.»

UNE FORTE OPPOSITION DANS LA RUE… ET DE LA PART DE L’ÉGLISE
Samedi 30 janvier, ce sont les anti-égalité qui vont se donner rendez-vous dans les rues pour un «Family Day» afin de clamer leur opposition à la proposition de loi. Au cœur de leur argumentation, un refrain déjà entendu qui met en avant la protection de l’«intérêt» de l’enfant et une conception de la famille figée sur le modèle papa-maman. Ce matin, la conférence épiscopale italienne a exprimé sa position sur le sujet et a mis en garde contre «l’assimilation en cours entre le mariage et les unions civiles –avec l’introduction d’une alternative à la famille» et a réaffirmé «la mission de l’Église dans la défense de l’identité du mariage et de la famille.»

Le 22 janvier dernier, c’est le pape François lui-même qui avait déclaré: «Il ne peut y avoir de confusion entre la famille et tout autre type d’union».

Plusieurs personnalités de la télévision et du cinéma ont fait part de leur soutien inconditionnel à l’égalité, en lançant un oui à l’union civile et à l’adoption pour les couples de même sexe, rappelant que «les droits humains ne sont pas un caprice.»