LA RETRAITE DE LA SEMAINE
«C’est officiel: j’ai décidé de finalement raccrocher après une looooongue mais très gratifiante carrière.»

Matthew Mitcham prend sa retraite après une lumineuse carrière dans les bassins dont le pinacle a été le titre olympique à Pékin en 2008 (plate-forme de 10 mètres). Le dernier plongeon de l’Australien avait été couronné de la note parfaite de 10/10.

Une vie d’ombres, aussi, racontée dans The Sydney Morning Herald, marquée par des plongées dans la drogue et la dépression, itinéraire tourmenté que Matthew Mitcham avait raconté dans son autobiographie Twist and Turns, publiée en 2012.

Âgé de 27 ans – un âge assez avancé en plongeon de haut-niveau –, Matthew Mitcham a pensé, un temps, pouvoir espérer participer aux JO de Rio: «Je voulais arrêter avec les Jeux du Commonwealth, en 2014, explique-t-il dans cet entretien à la chaîne australienne ABC, mais j’ai fait bien mieux que je ne pensais – une médaille d’or en plongeon synchronisé –, j’ai pensé que je pouvais continuer deux ans, mais le sport de haut-niveau exige un engagement à plein temps.»

L’entretien révèle un Matthew Mitcham tel qu’en lui-même: émouvant, simplement humain. Il se souvient de l’épreuve des JO 2008 comme le plus beau moment de sa carrière: «À chaque fois que je regarde la vidéo, c’est un instant très spécial».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Matthew Mitcham on winning Diving gold at Beijing 2008 | Aquatics Week

Matthew Mitcham évoque également ses moments de dépression: «J’avais un problème de confiance en moi. J’ai compris que je me suis réfugié dans le sport, que j’ai aussi fait du sport et cherché l’excellence pour obtenir une reconnaissance grâce à mes performances. Aujourd’hui, j’ai que que mon estime de moi pouvait venir de moi et pas et que je n’étais pas obligé de compter sur ces reconnaissances extérieures. C’était peut-être une mauvaise façon de commencer dans le sport mais je n’en garde que le positif et tout cela fait partie de mon passé, pas de mon avenir.»

Il parle aussi de coming-out en 2008, avant les Jeux : «Être capable d’être moi-même et de participer aux Jeux Olympiques en athlète ouvertement gay a inspiré des gens. Les témoignages que j’ai reçus à ce sujet sont les plus beaux compliments que j’ai pu avoir.»

Son avenir? «Média et divertissement, c’est ce qui me plaît», explique le finaliste de l’édition 2015 de Dancing With The Stars en Australie. Il espère pouvoir commenter les épreuves de plongeon pour une chaîne de télévision, aux JO 2016.

It's official: I have decided to finally retire after a looooooooong but very rewarding diving career. So much gratitude…

Posté par Matthew Mitcham sur mercredi 27 janvier 2016

 

Dans son annonce sur les réseaux sociaux, le plongeur ouvertement gay remercie ses proches, sa famille et surtout son compagnon Lachlan Fletcher, en particulier pour sa patience. Il évoque le soutien qu’il a reçu lors de son coming-out, et son avenir qu’il espère, donc, notamment dans les médias.

Lumineux et intense dans son sport, l’homme a également ponctué sa carrière de musique – il joue du ukulele – et de facéties, ainsi son entretien délirant avec Johnny Weir en 2012.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Matthew Mitcham Rome/Roam Ukulele Mashup

LES CROSSES DE LA SEMAINE
Au Canada, le hockey sur glace poursuit sa politique d’inclusion, ici envers les jeunes LGBT. Dimanche 24 janvier, lors d’une exhibition, les Oilers d’Edmonton, franchise évoluant au sein du championnat nord-américain de hockey (NHL), a échangé les rouleaux habituels de chattertons enroulés autour des crosses pour des rouleaux arc-en-ciel.

L’idée a été lancée par l’Institut d’études sur les minorités sexuelles à l’Université de l’Alberta. Un appel à financement participatif pour réunir des fonds pour fabriquer 10 000 rouleaux de chatterton rainbow a rapidement dépassé les attentes. «Le hockey est un sport inclusif pour tout le monde. C’est un sport qui est censé promouvoir un style de vie positif et actif. Tout le monde devrait être bienvenu dans le hockey», a indiqué Kristopher Wells, directeur de l’Institut.

Patrick Burke, co-fondateur du You Can Play Project qui soutient l’initiative, a salué les Oilers en partageant un texte de son frère Brendan Burke, étudiant et athlète ouvertement gay, mort dans un accident de voiture quelques mois après son coming-out. C’est en sa mémoire que le You Can Play Project a été créé:

https://twitter.com/BurkieNHL/status/691697045929869314

LE COURT-MÉTRAGE DE LA SEMAINE
Un mois après les attentats du 13 novembre, France 2, en collaboration avec la Scam, a lancé un concours de courts-métrages sur le thème «Même pas peur». Parmi les projets reçus, celui de Gemma Halsey et Emilie Papandréou sur une bande de filles qui jouent au football, se jouent des regards, butent par passion ou par militantisme, souvent les deux, et où le jeu est aussi vu comme un acte de résistance. Les projets retenus seront projetés à partir du 16 février, dans l’émission Infrarouge, sur France 2. Le jury est présidé par la dessinatrice et réalisatrice Marjane Satrapi.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ON S’EN FOOT

LA QUESTION DE LA SEMAINE
Les prochains Jeux Olympiques seront-ils ouverts aux athlètes trans sans restrictions? Deux mois après une réunion de spécialistes, le Comité international olympique a publié, le 21 janvier, une série de recommandations qui visent à mieux respecter les athlètes trans, dont la levée de l’obligation d’avoir eu recours à une opération chirurgicale. Pour les athlètes trans hommes, l’accès à la compétition ne fait l’objet d’aucune condition particulière, écrit Maëlle Le Corre sur Yagg: «Ceux qui ont transitionné de femme à homme sont éligibles à concourir dans la catégorie hommes sans restrictions». Concernant les femmes trans, les directives ne sont cependant pas aussi souples: lorsqu’une athlète trans s’est inscrite dans la catégorie femmes, sa déclaration ne pourra pas être modifiée dans les quatre années à venir, précise le document. «L’athlète doit démontrer que le taux total de testostérone dans son sérum est inférieur à 10 nanomoles par litre pendant au moins les douze derniers mois avant sa première compétition.» Son taux de testostérone devra rester en dessous de cette limite, durant toute la période où elle souhaitera participer aux compétitions dans la catégorie des femmes.

LE TWEET DE LA SEMAINE
Johnny Weir se projette vers l’avenir et la réflexion est loin d’être dénuée de sens. À méditer.

«Parfois je me demande si je vais continuer à tweeter toute ma vie et quel type de dévergondage maintiendra l’intérêt si j’arrive à 80 ans?»

LE COMPTE À REBOURS DE LA SEMAINE
Six semaines après avoir été opérée du genou droit (ligament croisé antérieur), Megan Rapinoe explique sur Fox News qu’elle travaille activement à être prête pour les Jeux Olympiques de Rio où l’équipe nationale américaine de football défendra son titre: «C’est l’occasion d’une vie», explique la milieu de terrain, aujourd’hui âgée de 30 ans, qui a fait partie de l’aventure olympique de Londres.

LA PISTE DE LA SEMAINE
New York, pris dans une tempête de neige, s’est transformée en immense piste de ski. Certain.e.s se sont bien amusé.e.s comme le youtubeur et fan de surf Casey Neistat:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur SNOWBOARDING WITH THE NYPD

LA PISCINE DE LA SEMAINE
Le site belge sudinfo a également trouvé ce tweet d’un nageur de l’équipe de l’Université de West Virginia qui n’a pas froid aux yeux.

LES CLICHÉS DE LA SEMAINE
Et si on arrêtait avec les clichés sur le sport féminin? Dame de sports, une association de trois clubs de sport du pays nantais (le Nantes-Rezé Basket, le Volley-Ball Nantes et le Nantes Loire-Atlantique Handball) aborde sur le thème de l’humour, les préjugés du le sport féminin… pour mieux les démolir. Savoureux.

http://dai.ly/x3o9tmw

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Et si on arrêtait les clichés sur le sport féminin? – Episode 1

http://dai.ly/x3o9zgf

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Et si on arrêtait les clichés sur le sport féminin? – Episode 2

L’ÉQUIPE DE LA SEMAINE
Le sport comme lien social. Le club de football féminin Clemensnas IF, à Skelleftea, en Suède, a décidé d’aider les jeunes réfugiés afghans à trouver leur place. Et c’est à la star du football nigérian Perpetua Nkwocha, qui entraîne l’équipe du Clemensnas IF – dont elle est aussi membre – qu’a été dévolu le rôle de coach de ces adolescents. «Je sais ce qu’ils ont traversé, explique à la BBC celle qui a été désignée footballeuse africaine de l’année en 2004, 2005, 2010 et 2011. (…) Je suis si heureuse de passer du temps avec ces charmants enfants. J’ai l’impression d’être chez moi, comme quand j’entraîne mes garçons au Nigeria. J’ai le même sentiment ici.»

«C’est une façon de donner à ces immigrants et à ces réfugiés quelque chose pour occuper leurs journées», renchérit Jens Karlsson, président du Clemensnas IF. S’ils aiment le foot, ils peuvent venir s’entraîner avec Perpetua, qui est une formidable footballeuse. C’est tout l’objectif, aider l’immigration de ces garçons.» Pour l’élu local Daniel Aldin, c’est aussi une façon de faire vivre les petites villes et les villages menacés par le dépeuplement.

LE BUT DE LA SEMAINE
Premier match de l’année pour l’équipe de France féminine de football et une courte victoire sur la Norvège en match amical, mardi 26 janvier, à La Manga (Espagne). L’unique but a été marqué, sur penalty, à la 86e minute, par Louisa Necib.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Norvège-France Féminines, 0-1 : but et occasions

La rencontre était la centième, sous le maillot bleu, de Sarah Bouhaddi, la gardienne de but de retour après une opération à l’épaule.

La préparation de la France pour les Jeux Olympiques de Rio 2016 passera, en mars, par une tournée aux États-Unis. Les Françaises rencontreront les championnes du monde ainsi que l’Allemagne, championne d’Europe, et l’Angleterre.

LA DÉFAITE DE LA SEMAINE
L’équipe de France masculine de handball ne jouera pas les demi-finales du Championnat d’Europe. Mercredi 26 janvier, lors du dernier match du tour principal, les tenants du titre ont été battus par la Norvège (29-24) qui se qualifie, elle, pour le dernier carré.

LA QUESTION DE LA SEMAINE
Serena Williams rejoindra-t-elle le record de Steffi Graf de 22 victoires en grand chelem? La championne américaine s’est qualifiée, jeudi 28 janvier, pour la finale de l’Australian Open dont elle est tenante du titre. Elle rencontrera l’Allemande Angelique Kerber qui ne l’a battue qu’une fois en six rencontres (quart de finale au tournoi de Cincinnati en 2012). Mais les statistiques, quand on s’approche du sommet, ne veulent plus dire grand chose. En septembre 2015, alors que le titre de l’US Open et le grand chelem (quatre victoires en Australie, à Roland-Garros, Wimbledon et New-York) lui tendaient les bras, elle avait été battue en demi-finale par Roberta Vinci.

L’ABSENTE DE LA SEMAINE
À sa demande, Alizée Cornet ne participera pas au premier tour de Fed Cup contre l’Italie, les 6 et 7 février, à Marseille.

«Il y a des moments où elle a pris des coups sur la tête et aujourd’hui, elle m’explique qu’elle est en train de faire un travail et que cette rencontre arrive un peu tôt pour elle», a indiqué Amélie Mauresmo, capitaine de l’équipe de France de Fed Cup, à L’Équipe.

La formation sera composée de Kristina Mladenovic, Caroline Garcia, Pauline Parmentier et pour la première fois Océane Dodin.