Il faut drôlement aimer le cinéma, croire en sa puissance, pour consacrer des mois de sa vie, sans moyen, à la réalisation d’un film. C’est d’abord un grand coup de chapeau que nous voudrions tirer à Rémi Lange pour avoir réussi son Chanteur, un film très émouvant, riche, d’une folle humanité, réunissant une pléiade d’actrices et d’acteurs attachant.e.s dans une formidable comédie musicale hors-normes.

Il y a le personnage principal, le talentueux (et parfois très horripilant) Thomas Polly, que l’on suit dans sa quête de reconnaissance artistique mais aussi d’identité. De sa petite ville de province, après la mort de sa mère, ce chanteur va se rendre à Paris pour tenter d’y percer et de trouver sa voie. Ses rencontres, avec un producteur possessif et jaloux, avec un client aux pratiques sexuelles peu ordinaires, un photographe fou amoureux, une SDF au grand cœur, sont l’occasion de scènes comiques, graves ou tendres. Rémi Lange met en scène des personnages rarement présents dans un cinéma français trop souvent formaté pour la télévision et qui prend peu de risques.

Le réalisateur a voulu réaliser un film de fiction, lui qui est surtout connu pour ses journaux intimes filmés (Omelette, dans lequel il filmait son coming out devant sa famille et Les Yeux brouillés) influencés par Joseph Morder. Mais Le Chanteur est troublant parce qu’on ne sait jamais si ce qui se déroule sous nos yeux n’est pas de l’ordre du documentaire. La grande force du film est de maintenir le fil d’une histoire empruntant au mélodrame et qui nous entraîne, avec le héros, dans une comédie musicale ne cachant pas ses influences. Jacques Demy, pour la progression narrative opérée par les chansons de Thomas, Paul Vecchialli pour sa poésie ou le Cukor d’Une étoile est née.

BÉNÉVOLAT
Nous parlions du courage de Rémi Lange, c’est le moment de rappeler la réalité du cinéma aujourd’hui. Sur Le Chanteur, comme l’expliquait le réalisateur lors de l’avant première Yagg, toutes et tous ont travaillé bénévolement. Le film n’a donc pu percevoir aucune aide du Centre Nationale du Cinéma (CNC). Le film n’obtient pas non plus d’agrément, ce qui rend plus difficile sa sortie en salles (pas d’aide à la diffusion) et sa diffusion à l’étranger. Parce que Rémi Lange n’a eu que faire de ses obstacles, il a réussi à entraîner avec lui des dizaines de personnes et le résultat est là: un film qui, non seulement marque un tournant dans sa carrière, mais qui est réellement divertissant et étonnant. Le Chanteur ne ressemble à rien de ce que vous avez vu au cinéma. Ne le manquez pas!

La bande annonce du «Chanteur»:

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur Le Chanteur, de Rémi Lange, avec Thomas Polly