Retrouvez le player après les commentaires de la Yagg Team.

Xavier Héraud: My Father, Nina Simone
Cette reprise de Judy Collins par Nina Simone me touche particulièrement.

Bénédicte Mathieu: Oops!… I Did It Again, Britney Spears
Spéciale dédicace @caro!

Etienne Pouettre: Biscuit, Ivy Levan
Bon, je prends 22 ans dimanche, alors j’ai fait une petite recherche pour trouver des morceaux adaptés. J’avais donc le choix entre Lily Allen et Taylor Swift… du coup j’ai opté pour Ivy Levan, que je viens de découvrir. Et je me rends compte ça n’a absolument aucun rapport.

Judith Silberfeld: Carol, Carter Burwell
Autour de moi, Carol divise. J’ai aimé, et la musique de Carter Burwell y est pour beaucoup.

Christophe Martet: It’s Too Darn Hot (Cole Porter), Kiss Me Kate
Ne manquez pas, à partir du 3 février au théâtre du Châtelet, Kiss Me Kate, dernier succès de Cole Porter. Quand une troupe veut adapter La Mégère apprivoisée de Shakespeare. Un bijou de comédie musicale. Et des chansons légendaires, comme ce Too Darn Hot aux nombreux sous-entendus.

Fatima Rouina: Am I Wrong, Anderson .Paak
Anderson Paak c’est mon coup de cœur du début de l’année et c’est surtout le protégé du rappeur Dr.Dre. Dans l’album Campton paru cet été, Anderson y parait sur pas moins de six tracks. Il faut dire que sa voix et son beat sont très accrocheurs. A l’occasion de son nouvel album intitulé Malibu, Andesron .Paak était l’invité du Grand Journal, et dès les première notes, il illumine le plateau, embarque les spectateurs dans son univers soul, blues, rap, funk parfois rock et surtout un son frais, sincère et joyeux!

Maëlle Le Corre: Gardenia, Iggy Pop
L’Iguane est de retour et il a su bien s’entourer pour son album Post Pop Depression: Josh Homme, qui a emmené avec lui le bassiste des Queens of the Stone Age, Dean Fertita, et Matt Helders qu’on a toujours connu derrière les fûts des Arctic Monkeys. Premier extrait, un Gardenia suave et sensuel, qui se déguste aussi très bien en live, comme ici, lors du Stephen Colbert Show.

Jordan Venant: The Kids Aren’t Alright, The Offspring
Retrouvailles du Hellfest N°2: The Offspring. Une partie de mon adolescence musicale synthétisée dans une musique, de la nostalgie imbécile mais appréciable!