Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent, disait Edgar Faure. Nicolas Sarkozy semble assurément exposé à des vents contraires… Dans le livre qu’il s’apprête à sortir, la France pour la vie (que nous n’avons pas encore lu), l’ancien président revient, selon divers journaux sur la question du mariage pour tous.

Lors d’un meeting de Sens commun, le courant anti-mariage pour tous au sein des Républicains, il avait affirmé, sous la pression des spectateurs, qu’il abrogerait la loi (Lire Ça y est, Nicolas Sarkozy l’a dit: il veut abroger la loi sur le mariage pour tous).

« J’AI EVOLUÉ »
Premièrement, il affirme qu’«Il ne sera pas question de démarier les mariés et de revenir en arrière. » Cela tombe bien, la loi ne peut être rétroactive. Et même parmi les opposants au mariage pour tous, il est généralement admis que cette mesure ne serait pas possible.

Deuxièmement, il explique qu’après avoir réfléchi, il n’abrogerait pas la loi en cas de retour au pouvoir:

« J’avais pensé à l’époque que les ambiguïtés de la loi Taubira sur certains points imposeraient une nouvelle rédaction. À la réflexion, je crains que le remède soit pire que le mal. Je ne souhaite donc pas qu’on légifère à nouveau, parce que la priorité doit être de rassembler les Français. C’est un point sur lequel, je l’assume, j’ai évolué.»

Du côté des anti-mariage pour tous, on fulmine. Hervé Mariton, qui fut en pointe dans le combat contre la loi Taubira parle de « parjure »

Dans un communiqué, Sens Commun affirme sans le nommer qu’il ne soutiendra pas la candidature de Nicolas Sarkozy (à la primaire et éventuellement à la Présidentielle):

« Soucieux de promouvoir le respect de la parole donnée, Sens Commun ne soutiendra pas la candidature de personnalités politiques qui ne tiennent pas leurs engagements jusqu’au bout. Sens Commun appelle donc, dans le cadre de la primaire de la droite et du centre, à un large rassemblement de toutes les forces qui sauront incarner une ligne politique courageuse, forte de son exemplarité et de ses valeurs. »

Pour la Manif pour tous, « Nicolas Sarkozy a congédié ses convictions ». Dans un communiqué, le mouvement exprime sa « stupeur » devant ce virage à 180 degrés et rappelle que, selon elle,  » les candidats des Républicains et du centre qui ont été largement élus [aux Régionales] sont également ceux qui ont exprimé le plus clairement leur attachement à la famille, au mariage et à la filiation père-mère-enfant ». Elle a demandé un rendez-vous à l’ancien Président.