LES SANCTIONS DE LA SEMAINE
Après avoir estimé qu’il n’était pas homophobe de la part des supporters mexicains de scander le mot «puto» lorsque le gardien de l’équipe adverse prenait possession du ballon à l’occasion des matches de la Coupe du monde de football masculin qui s’est tenue au Brésil en 2014 (lire Les supporters mexicain.e.s scandent une insulte homophobe sans réaction de la Fifa), la Fédération internationale de football (FIFA) a changé d’avis et vient de sanctionner cinq pays, dont le Mexique, «en raison du comportement antisportif de supporters ayant entonné des chants insultants et discriminatoires durant les éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA 2018™».

«L’Argentine, le Mexique, le Pérou et l’Uruguay se sont vu chacun infliger une amende de CHF 20 000 [environ 18 200 €] pour des cas isolés tandis que le Chili a été condamné à une amende totale de CHF 70 000 [environ 64 000 €] pour quatre cas survenus lors de différents matches, mais qui se rapportent à des cas similaires de comportement antisportif commis par des supporters. Toutes les procédures sont liées à des chants homophobes entonnés par des supporters des équipes concernées, la Commission de Discipline de la FIFA ayant conclu que ces associations ont violé l’art. 67 du Code disciplinaire de la FIFA», indique le communiqué, qui précise que le Honduras fait l’objet d’une enquête pour des causes similaires.

Comme le souligne le site américain Outsports, il est étonnant que seuls des pays d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale soient mis en cause, les supporters d’autres régions n’étant pas exempts de comportements homophobes.

LES LACETS DE LA SEMAINE
La première édition, en octobre 2014, à l’initiative des Panamboyz, club de foot inclusif, avait été saluée et primée par la fondation Peace and Sport. L’opération lacets arc-en-ciel aura lieu du 29 janvier au 1er février dans les stades de football en France et en particulier lors des journées de championnats de France: «Pour la deuxième saison consécutive, la Ligue de football professionnel (qui rassemble les clubs professionnels Ligue 1 et Ligue 2), les clubs et les joueurs professionnels, la Fondation du Football et les Panamboyz United montrent ainsi une nouvelle fois leur détermination à lutter contre toutes les formes de discrimination, et à porter conjointement le même message d’ouverture et de respect via le port symbolique de ces lacets, indique le communiqué des partenaires de l’opération. Pas plus que dans la société, l’homophobie, le racisme et le sexisme n’ont leur place sur les terrains de football».

L’INSULTE DE LA SEMAINE
C’était mardi 19 janvier, à l’issue du quart de finale de la Coupe d’Italie qui a vu la victoire de l’Inter Milan sur Naples. Les deux entraîneurs Roberto Mancini (Inter) et Maurizio Sarri (Naples) échangent des mots. Le premier a accusé, mercredi, le deuxième de l’avoir traité de pédé: «Maurizio Sarri est un raciste et les hommes comme lui ne devraient pas rester dans le foot. Il a utilisé des mots racistes. Il a commencé à m’invectiver, puis à me hurler dessus en me traitant de pédé», rapporte L’Équipe. Si Sarri a présenté des excuses, Mancini rappelle un fait assez simple: «On a le droit de se disputer, mais pas comme ça». Maurizio Sarri risque quatre mois de suspension.

LES DROITS DE LA SEMAINE
Les 28 meilleurs matches – 16 rencontres des phases de poules, 5 huitièmes de finale, 3 quarts de finale, les demi-finales, la «petite finale» et la finale pour TF1, l’intégralité des rencontre pour Bein Sports. Les deux chaînes ont obtenu les droits de retransmission des Coupes du monde de football 2018 et 2022. La chaîne en clair ne lâche pas l’affaire en matière d’acquisition de droits du foot dont Bein Sports est devenu très gourmande. C’est la première information de l’annonce faite, jeudi 14 janvier par TF1. La deuxième est emblématique d’une montée en puissance: TF1 a également acquis l’intégralité de la retransmission de la Coupe du monde féminine 2019 qui aura lieu en France.

«En 2011 et en 2015, les chaînes de la TNT Direct 8 et W9 avaient su profiter de cet engouement et réalisé de belles audiences», indique Le Monde.

LES ENCOURAGEMENTS DE LA SEMAINE
La footballeuse américaine – et ouvertement lesbienne – Megan Rapinoe est toujours blessée et pour l’aider à se remettre au plus vite, son ex-collègue et toujours amie Lori Lindseyelle aussi ouvertement lesbienne – invite les supporters à se muscler pour et avec elle. Pendant les trois prochaines semaines, elle postera deux vidéos par semaine la montrant en train de faire ses exercices préférés de musculation. Elle demande aux fans de publier des vidéos d’elles et eux pendant leurs exercices et de dédier leurs séances à Megan avec le hashtag #RepsForRapinoe. C’est parti!

Single leg training for the win. Get involved with #RepsForRapinoe. ## Learn more at lorilindsey.us. Link in profile.

Une vidéo publiée par Lori Lindsey (@lorilindsey6) le

LA COUVERTURE DE LA SEMAINE
L’édition américaine du magazine GQ attribue le ronflant titre de «Nobel du corps parfait» à Cristiano Ronaldo qui fait l’une des unes de l’édition américaine du magazine. L’attaquant du Real Madrid partage la distinction de corps le plus parfait avec la mannequin brésilienne Alessandra Ambrosio. Des goûts et des couleurs.

L’ANNONCE DE LA SEMAINE
Après avoir entraîné les Cacahuètes Sluts de leur création à quelques premiers sommets prometteurs, Fatima Rouina, chef de pub à Yagg, passe la main. L’équipe de football LGBT-friendly cherche donc un nouveau ou une nouvelle coach «bénévole, impliqué.e, gay-friendly & funky». Fatima continuera, bien sûr, à jouer dans l’équipe dont elle est désormais la capitaine.

Découvrez l’équipe dans cette toute nouvelle vidéo (images Sarah Bastin, musique Mensch):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur CACAHUETES SLUTS

LES BALLONS DE LA SEMAINE
Les Nouvelles News ont repéré deux campagnes décalées, différentes mais qui ont pour point commun le terme «ball» à la double signification («ballon» et «testicule»).

Le premier est orchestré autour d’une idée bien sexiste. Le 13 janvier, une campagne sur les réseaux sociaux promeut un ballon rose et plus doux pour les filles, façon plus soft de jouer au football. Les termes sont lourds de sens comme l’indique ce tweet qui propose de briser les frontières sans se casser un ongle:

Réactions étonnées – certain.e.s envisagent immédiatement l’hypothèse d’une blague – ou indignées. Quelques jours après, la fédération féminine de football gaélique – une discipline très populaire en Irlande qui se joue avec les pieds et les mains – et son nouveau partenaire, une chaîne de magasins, annoncent que cette campagne est fausse et qu’ils entendaient ainsi militer pour la reconnaissance des femmes dans le sport.

Au Canada – pays bilingue français-anglais –, c’est une campagne de lutte contre le cancer des ovaires qui a fait réagir. Son slogan? Il faut «avoir des couilles» («got ladyballs») pour annoncer que l’on a un cancer des ovaires: «Des internautes n’ont pas apprécié l’utilisation d’une expression virile pour évoquer une maladie spécifique aux femmes, indique l’article. Mais la campagne a réussi son coup. L’association assure n’avoir jamais eu autant de visibilité.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Lidl and LGFA behind “Ladyball” concept

LES TUTUS DE LA SEMAINE
Du sexisme et de l’éternelle bataille (sic) entre la culture et le sport. À Philadelphie, à la fin de l’année 2015, l’équipe de football américain ne s’est pas qualifiée pour les play-offs du championnat NFL. Épisode qui conduira au renvoi du coach, Chip Kelly. Le Pennsylvania Ballet de Philadelphie poste alors un statut sur son compte Facebook invitant les fans à venir se consoler en assistant aux dernières représentations de casse-noisette, raconte The Philadelphia Inquirer. Un internaute répond que les Eagles (c’est le nom de la franchise de football) ont joué en tutu. Merveilleuse réponse du Pennsylvania Ballet:

A Facebook user recently commented that the Eagles had "played like they were wearing tutus!!!"Our response:"With…

Posté par Pennsylvania Ballet sur mercredi 30 décembre 2015

 

«Avec tout le respect que nous devons aux Eagles, prenons une minute pour voir ce que les femmes portant des tutus ont fait en décembre. Demain après-midi, les ballerines qui portent des tutus au Pennsylvania Ballet auront dansé Casse-noisette 27 fois en 21 jours. Certaines de ces femmes sont apparues dans la Valse des flocons de neige ou La Valse des fleurs [deux scènes emblématiques du ballet de Tchaïkovski, ndlr] sans doublure. Pas de “remplaçante” pour les épauler quand elles avaient besoin d’une pause [ce qui est le cas en football américain, ndlr]. Quand elles ont été malades, elles sont venues au théâtre, se sont maquillées, habillées, ont souri et dansé. Quand elles ont ressenti une douleur au milieu d’un spectacle, il n’y a pas eu de temps mort pour blessure. Elles ont continué à sourire, ont fini le boulot, ont salué, ont quitté la scène et, ensuite, se sont occupées de ce qui leur faisait mal.
Quelques-unes de ces porteuses de tutus ont été appelées à occuper de nouvelles places [dans le corps de ballet] quelques minutes seulement avant de monter sur scène. C’est comme si un défenseur allait apprendre à la mi-temps qu’il va jouer receveur dans les deux derniers quarts temps et qu’il doit faire en sorte que personne ne se rende compte qu’il n’a jamais joué receveur auparavant.
Ces femmes ont fait tout cela avec tant de talent et grâce que les spectateurs/trices, représentation après représentation, ont applaudi et acclamé (pas de huées à l’Académie) et le Philadelphia a écrit que la production n’avait jamais aussi été bonne.
Alors, non les Eagles n’ont pas joué comme s’ils “portaient des tutus”. S’ils l’avaient fait, Chip Kelly serait toujours coach de l’équipe et nous attendrions tous les play-offs avec impatience.
Bonne année!»

LE TOURNOI DE LA SEMAINE
La France dispute, jeudi 21 janvier, à 18h15, son premier match du deuxième tour à l’Euro de handball, en Pologne. Les Français, tenants du titre, n’ont plus le droit à l’erreur après leur sévère défaite au premier tour contre la Pologne, mardi, s’ils veulent se qualifier, sans casse-tête, pour les demi-finales.

L’ENTRETIEN DE LA SEMAINE
La France accueillera du 13 au 19 juin, à Rézé, le tournoi pré-olympique de basket qui distribuera les cinq derniers billets qualificatifs pour le tournoi féminin, aux Jeux de Rio. Céline Dumerc, meneuse de jeu de Bourges et de l’équipe de France, vice-championne olympique 2012, deux fois fois vice-championne d’Europe 2013-2015 et pas encore qualifiée pour le Brésil, est ravie: «Avec Bourges, on a joué dans la nouvelle salle de Rezé (contre Nantes) juste avant Noël, indique-t-elle à L’Équipe. Et j’avais déjà noté l’ambiance, le public avait répondu présent, il y avait 4000 personnes, je me dis que les affiches et l’enjeu feront que le public va pouvoir nous emporter et ça va être cool.»

LES ADIEUX DE LA SEMAINE
Foule chavirée, larmes et sourires, émotion, jeudi 21 janvier, sur la Rod Laver Arena. Lleyton Hewitt a joué son dernier match, battu par David Ferrer, au deuxième tour de l’Australian Open. L’enfant du pays, ancien numéro 1 mondial, vainqueur à l’US Open en 2001 et à Wimbledon en 2002, disputait son 20e Australian Open. Champion généreux et combatif, il va devenir de devenir capitaine de l’équipe nationale de Coupe Davis.

LES BÉBÊTES DE LA SEMAINE
Les nuits tennistiques de Melbourne sont souvent peuplées d’insectes attirées par les puissants projecteurs qui illuminent les courts. Parfois, des volatiles un peu plus gros viennent faire un tour. Ainsi, cette aigrette à face blanche qui a fait le bonheur du public de la rencontre de premier tour entre Viktor Troicki et Daniel Munoz.

Un autre visiteur pendant le match entre David Goffin et Damir Dzumhur:

LA CONFIDENCE DE LA SEMAINE
Andy Murray pourrait quitter l’Australian Open précipitamment. Son épouse, Kim Sears, est enceinte de leur premier enfant et doit accoucher en février mais si les choses devaient s’accélérer, le nméro 2 mondial sauterait dans un avion pour la Grande-Bretagne. «Ma famille, c’est ma priorité», a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse à la veille du tournoi. Andy Murray a été quatre fois finaliste à Melbourne (2010, 2011, 2013, 2015), ce qui pourrait bien donner quelques sueurs froides aux organisateurs. La finale du simple messieurs est programmée le 31 janvier. Pour l’heure, le Britannique est au troisième tour après deux rencontres aisément remportées.

https://youtu.be/vAyEytkXkxI?list=PL3ZQ5CpNulQnoVDr33GK-eOAg0IoYk7m4

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Andy Murray press conference

LES RETROUVAILLES DE LA SEMAINE
Le numéro 2 mondial a retrouvé sa coach Amélie Mauresmo, de retour de congé maternité, qui est en Australie avec son fils Aaron. Andy a trouvé l’enfant très sage. La chroniqueuse aime bien la pointe d’humour qui vient après: «Ça a l’air facile mais je suppose que c’est le cas quand vous ne voyez un bébé qu’une heure et demie par jour», a-t-il confié.

LES RETROUVAILLES DE LA SEMAINE (2)
L’équipe de France de Fed Cup s’est retrouvée, en Australie, autour de sa capitaine, Amélie Mauresmo. Les Françaises recevront les Italiennes, les 6 et 7 février, à Marseille.